EN DIRECT

Toon Aerts, un triomphe au mental

Wout van Aert semblait avoir pris l’ascendant sur Toon Aerts au cours des dernières semaines, mais dans une course d’un jour, comme chacun le sait,  rien n’est acquis d’avance. Une chose était certaine, toutefois. La bataille pour le maillot de champion de Belgique allait se résumer à un duel entre ces deux-là. La lutte a tenu toutes ses promesses dans le bourbier de Kruibeke, connaissant plusieurs renversements de situation, et à la fin, c’est l’outsider qui eu le dernier mot, privant le champion du monde d’un quatrième titre national consécutif.

En larmes au moment de livrer ses premiers mots, Toon Aerts avait du mal à réaliser et soulignait l’aspect mental de son premier sacre : “Je me sentais bien dès le départ mais je n’arrivais pas à me détacher en côte et Van Aert a creusé un écart. Je suis revenu une première fois, puis il est reparti. J’ai un peu laissé tomber pendant quelques instants, mais j’ai ensuite repensé à tout ce que j’avais appris au cours des derniers mois, et l’été dernier. J’ai travaillé avec une préparatrice mental qui m’a beaucoup aidé. Je me suis battu, je n’ai pas lâché et je me suis concentré sur moi, sur la technique, à ne pas faire d’erreurs. C’est ainsi que je suis revenu. Puis j’ai fait le trou sans vraiment le vouloir. Ce n’était pas vraiment une accélération, j’ai simplement fait mon truc, produit mon effort où je le pouvais, et avant que je m’en rende compte, Van Aert n’était plus dans ma roue.”

La saison 2018-2019 de Toon Aerts est déjà réussie, mais il pourrait la rendre encore meilleure avec un sacre au général de la Coupe du Monde. Actuellement leader, le coureur de la Telenet Fidea Lions est sous la menace de … Wout van Aert alors qu’il reste encore deux manches. “On me dit toujours qu’il est plus important de remporter un grand championnat qu’un grand classement, mais j’estime qu’un champion doit être là chaque semaine et je suis fier de pouvoir le prouver, a encore énoncé celui qui pointe aussi au deuxième rang du DVV Trofee et du SuperPrestige (derrière Van der Poel, ndlr). J’ai franchi la ligne avec un sourire. Souvent, on célèbre une victoire avec de grands gestes. Moi, je voulais juste montrer que j’étais super content de livrer une belle saison. Je ne m’attendais pas à ce titre”. 

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Milan-Sanremo : Peter Sagan passe encore à côté

L’histoire se répète encore et encore. Années après années, Peter Sagan échoue à remporter Milan-Sanremo. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.