(c) Sirotti

Michael Valgren indécis sur ses objectifs 2019

Michael Valgren a du mal à choisir. Celui qui quittera Astana pour rejoindre Dimension Data en 2019 est partagé entre son envie de classiques et son souhait de remporter une étape sur un Grand Tour. Normalement ces deux objectifs ne sont pas incompatibles, les coureurs de classiques ayant l’habitude de tenter leurs chances ensuite sur le Tour de France mais le problème pour Valgren est qu’il ne voit pas au Tour d’opportunité de gagner. “J’aimerai faire le Giro car je ne l’ai jamais fait et les échappées ont tendance à aller plus souvent au bout alors qu’au Tour de France, c’est beaucoup plus verrouillé. Ce serait bien d’avoir une chance de gagner une étape sur un Grand Tour avec le Giro“, délcarait-il à CyclingNews.com. Le Danois nuance cependant “C’est très dur de faire un programme de classiques complet en finissant à Liège-Bastogne-Liège et d’aller ensuite au Giro“.

Le problème de Valgren, c’est sa polyvalence. Il a gagné l’Omloop Het Nieuwsblad, terminé quatrième du Tour des Flandres, remporté l’Amstel Gold Race… Il a aussi été plusieurs fois à l’avant sur des échappées lors du Tour de France, où il a notamment contribué à la victoire de son coéquipier Magnus Cort Nielsen à Carcassonne. En revanche, il n’avait pas pris part à Paris-Roubaix cette année, il n’y a même jamais participé, et il avait prolongé sa saison de classiques jusqu’à Liège-Bastogne-Liège. “J’ai besoin de m’assoir, regarder le calendrier et parler avec les directeurs sportifs sur comment nous devrions faire les choses. Peut-être que je ferai la même saison que cette année. Je peux faire quasiment tous type de course, donc si les directeurs sportifs veulent que je fasse un autre type de programme, je serai ravi de l’entendre et volontaire pour changer. Je pense que je peux dire les courses que je veux et ils considéreraient ça comme mon apport à un débat constructif. C’est important que le coureur soit content“. Il faut dire aussi que Valgren ne manque pas de bonne humeur et semble bien en mesure d’apporter celle-ci au sein de sa nouvelle équipe.

Celle-ci comptera d’ailleurs deux autres nouveaux venus vainqueurs de l’Amstel Gold Race, avec Roman Kreuziger, vainqueur en 2013 et deuxième cette année derrière Valgren avant de faire quatre à Huy et huitième à Liège, et Enrico Gasporotto, double vainqueur de l’Amstel (2012 et 2016). Il faudra donc aussi gérer les talents pour éviter qu’ils ne se marchent dessus. À l’inverse, sur les Flandriennes, Edvald Boasson Hagen portait cette année à lui seul toutes les ambitions de Dimension Data.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.