EN DIRECT
© Sirotti

Giro : Toujours pas d’accord avec la RAI, la diffusion du cyclisme italien en danger

Le problème devient récurrent. À chaque échéance du contrat de diffusion du Tour d’Italie par la Rai, les négociations du prochain contrat sont sources de tensions. Il Messaggero rapportait ce week-end qu’il n’y avait toujours pas d’accord entre RCS et la Rai pour la diffusion du prochain Tour d’Italie. En cause ? RCS demanderait 18 millions d’euros à la Rai contre 12 millions d’euros auparavant pour une diffusion de l’ensemble de ses compétitions*. Sans compter les frais de productions qui restent à la charge de la Rai. Pire encore, même si un accord est trouvé avec RCS, la Rai pourrait laisser tomber la diffusion des autres épreuves italiennes en même temps qu’elle cherche à acquérir des épreuves bon marché comme La Vuelta (ASO). 

* Ensemble des compétitions RCS : Strade Bianche, Tirreno Adriatico, Milan-Sanremo, Giro d’Italia, Milan-Turin, Tour du Piémont et Tour de Lombardie

RCS et les droits TV c’est une longue histoire. Déjà dans les années 90, l’appétit de l’organisateur italien l’avait amené à des conflits avec les diffuseurs publics européens. Et même en Italie, l’épreuve est passée au réseau privé Mediaset de 1993 à 1997 avant que la Rai ne reprenne le flambeau. En terme de ventes des droits de retransmission, la politique de RCS, qui vend à l’étranger via le célèbre prestataire du marketing sportif, IMG, est simple : la rentabilité prime sur la visibilité. C’est ainsi que de 2013 à 2016, BeIn Sports a été préféré à Eurosport pour la diffusion en France malgré les faibles perspectives d’exposition (le nombre d’abonnés de BeIn Sports étant bien moindre à l’époque). C’est ainsi aussi qu’aux Etats Unis par exemple, c’est le jeune réseau de diffusion par internet Fubo.TV avec son petit nombre d’abonnés qui diffuse le Giro alors que le géant de la TV, NBC, qui diffuse déjà les épreuves ASO, avait fait une offre à peine moins compétitive pour une audience bien plus conséquente. En Belgique, la VRT (Sporza) et aux Pays-Bas, NOS, ont aussi perdu récemment la diffusion en direct au profit d’Eurosport… Aujourd’hui la chaine L’Equipe, qui diffuse en France, est l’une des rares chaines en clair à diffuser les épreuves RCS. Il faut dire aussi qu’une grande partie des partenaires des épreuves RCS visent principalement l’Italie et que donc l’exposition hors d’Italie est moins importante que la rentabilité de la vente des droits TV, qui assure un cash tangible et immédiat. Ce n’est pas le même raisonnement chez ASO par exemple pour qui l’exposition demeure une donnée capitale même à l’étranger.

Mais sur le territoire italien le raisonnement ne peut pas être le même, car les épreuves RCS ont besoin de visibilité, à la fois pour les sponsors mais aussi pour les territoires traversés. De plus, le Tour d’Italie fait partie de la liste des événements sportifs majeurs en Italie qui doivent être accessible autant que possible sur des chaînes nationales en clair. C’est bien pour ça que, comme pour le Tour de France avec France Télévisions et la Vuelta avec la TVE, l’opérateur public italien (Rai) est le partenaire parfait. Oui mais en parallèle, à un niveau encore plus développé qu’en France, il y a une surenchère d’offres d’opérateurs privés pour tenter d’obtenir la diffusion d’un événement phare. Le Giro n’y échappe pas et en profite pour tenter de faire monter les prix auprès de la Rai.

Le risque de clash entre RCS et la Rai reste cependant peu probable (des négociations sont prévues prochainement) mais l’appétit de RCS pourrait en revanche être l’une des raisons pour laquelle la Rai songe à cesser la diffusion des autres épreuves italiennes de la Ciclismo Cup comme le Trofeo Laigueglia, le Championnat italien, le Tour des Alpes, la Semaine Coppi Bartali, les Trois Vallées Varésines, etc… Pour l’instant ses épreuves sont produites par PMG Sport mais dans les faits ce sont les moyens techniques de la Rai qui sont utilisés. La menace est réelle pour les épreuves italiennes pour qui la perte de la Rai serait lourde de conséquences.

En parallèle, la Rai cherche de bonnes affaires et pense fortement à La Vuelta (ASO) pour enrichir l’offre de sa chaine dédiée Rai Sport. 3 semaines de course pour “seulement” 1 million d’euros grâce au partenariat avec ASO, alors que d’autres épreuves ASO (Paris-Roubaix, Paris-Nice, Liège-Bastgogne-Liège, Flèche Wallonne, Critérium du Dauphiné…) sont déjà sécurisées en même temps que le Tour des Flandres, l’Amstel Gold Race ou les Mondiaux. Et, dans une toute autre catégorie, le Tour de France (ASO) bien entendu. Rai Sport pense aussi à d’autres courses espagnoles aux droits de diffusion bon marché et rappelons que les droits du Tour de Catalogne sont distribués par ASO.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Mikel Landa : « On ne peut plus parler de gagner le Tour, mais le podium est toujours jouable »

Mikel Landa monte en puissance. Tombé lors de l’étape des bordures, le Basque s’était retrouvé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.