© Sirotti

Alexander Kristoff détaille son programme et évoque sa collaboration avec Fernando Gaviria

Alexander Kristoff n’était certes pas l’unique de la formation UAE Team Emirates en 2018. Il était toutefois le numéro 1 incontesté et incontestable. Ce statut va évoluer lors de la saison à venir, puisque le Norvégien voit l’arrivée au sein de l’équipe de l’un des meilleurs sprinteurs du moment en la personne de Fernando Gaviria, double vainqueur d’étape et maillot jaune sur le dernier Tour de France. Logiquement, le recrutement du Colombien, en provenance de la Quick Step Floors qui n’a pas été en mesure de le conserver, bouscule quelque peu les plans habituels de Kristoff. Celui-ci ne jouira pas de toutes les prérogatives dont il avait le droit jusqu’à présent ; la principale touchant directement au Tour de France, comme l’intéressé l’a expliqué à Procycling.no.

“J’ai envisagé le Giro, a-t-il souligné, mais il y a deux courses où ils (les dirigeants d’UAE Team Emirates) veulent former la meilleure équipe possible. Il s’agit du Tour de France et de l’UAE Tour. Je dois faire ce que la direction de l’équipe souhaite. Ce sera tout pour Fabio Aru sur le Giro, puis, sur le Tour, il y aura plusieurs objectifs. Un peu comme ce fut le cas cette année”. À la différence près que Kristoff ne devrait pas avoir sa carte à jouer cette fois-ci. “Cela pourrait être un Tour un peu ennuyant pour moi. Tant qu’il (Fernando Gaviria, ndlr) sera là, je devrai l’aider”, a ajouté le Scandinave, toutefois enclin à admettre que son nouveau coéquipier est “plus rapide”.

Pour assister Gaviria sur l’UAE Tour, Kristoff a dû faire une croix sur le week-end d’ouverture. Il devra aussi se mettre à son service sur le Tour de Suisse pour une répétition générale, puis sur la Grande Boucle. Que reste-t-il donc au Norvégien ? Les Classiques, naturellement. Encore que, le coureur de 31 ans n’est pas assuré d’avoir les “pleins pouvoirs” sur Milan-Sanremo comme il le souhaiterait : “Je veux être en forme pour cette course, et je sens vraiment que c’est là où je peux être le meilleur. Gaviria sera là aussi, mais je demanderai qu’ils roulent pour moi là-bas, car j’obtiens de meilleurs résultats que lui chaque année. C’est un peu une course en interne, mais ce sera un peu plus facile pour moi de l’amener sur le Tour de France s’il m’aide là-bas”.

Kristoff démarrera quoiqu’il en soit sa saison sur le Challenge de Majorque, restera en Espagne pour le Tour de la Communauté de Valence avant de s’envoler pour le golfe disputer le Tour d’Oman puis l’UAE Tour. En prévision des Classiques, il a opté pour Paris-Nice pour monter en pression. Son premier grand objectif se présentera ensuite, avec Milan-Sanremo. Puis il pourrait se mettre en jambes sur les 3 Jours de La Panne avant d’entamer une grosse période comprenant le GP E3 Harelbeke, Gand-Wevelgem, À Travers la Flandre, le Tour des Flandres et Paris-Roubaix. Il est ensuite prévu au Grand Prix de Francfort, aux Hammers Series dans sa ville natale, à Stavanger, au Tour de Norvège, avant le Tour de Suisse et le Tour de France. Il retrouvera la compétition sur la Cyclassics d’Hambourg. Puis, souhaitant se concentrer sur les Mondiaux en fin de saison, il garde la possibilité de disputer la Vuelta. Si ce n’est pas le cas, il enchaînera le Tour d’Allemagne et des semi-Classiques italiennes.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.