Réforme du WorldTour : L’UCI fait machine arrière

Il y aura bien une réforme du cyclisme sur route pro masculin à partir de 2020 mais l’Union Cycliste Internationale l’a vidé de tous risques de frictions avec les équipes, si bien qu’elle a été adoptée hier à l’unanimité par le Conseil du Cyclisme Professionnel, où sont représentées les équipes. Le Comité Directeur de l’UCI vient de l’entériner aujourd’hui. Il n’y aura donc pas de réduction du nombre d’équipes WorldTour à 15 (au lieu de 18 actuellement), ni de système de montée/descente. Les changements apportés par cette réforme ne sont pas énormes à l’exception d’un : l’invitation automatique des deux meilleurs équipes Continentales Pro (qui s’appelleront à partir de 2020 : ProTeams) aux Grands Tours, mais aucune précision n’est apportée. L’UCI impose aussi aux équipes WorldTour de relever leurs effectifs à 27 coureurs minimum.

Il y aura donc toujours 18 équipes WorldTour en 2020 sur la base de licences de trois ans. Ces équipes devront être composées de 27 à 30 coureurs, ce qui était la moyenne jusqu’à avant cette année mais avec la réduction du nombre de coureurs par équipe sur les courses, ces effectifs avaient globalement diminué cette année. Retour en arrière donc, pour le bien des coureurs en général car cette année, la diminution des effectifs avait laissé un certain nombre de coureurs sur le carreau. Cette augmentation du nombre de coureurs par équipe serait-il le prélude d’une obligation de participer aux 9 épreuves ajoutées au calendrier WorldTour en 2017 et où la participation n’est pas obligatoire pour le moment ? Cette mesure était fortement pressentie mais elle ne figure pas dans le projet présenté aujourd’hui.

En ce qui concerne les équipes Continentales Pro ou plutôt ProTeams, les deux meilleures d’entre elles auront donc une invitation pour les Grands Tours, mais il n’est pas précisé à quel moment sera arrêté le classement qui désignera les deux équipes ayant droit au fameux sésame, ni même si ce seront donc les mêmes deux équipes qui seront invitées sur les trois Grands Tours d’une même année… Sur le même principe, les trois meilleures ProTeams auront le droit de participer à toutes les épreuves WorldTour.

Le reste de la réforme est plus protocolaire. Le classement UCI WorldTour disparaitra, ne laissant plus que le classement UCI global et un classement UCI par équipes, calculé sur la base des “résultats des 10 meilleurs coureurs de chacune des équipes des trois divisions sur la totalité des courses du Calendrier International Route UCI“. À l’intérieur du classement UCI WorldTour, on verra naître aussi le UCI Classics Series, qui regroupera les épreuves d’un jour. Sorte de renaissance de la Coupe du Monde mais dont les contours et l’intérêt restent à préciser.

Le calendrier global sera divisé en trois plutôt qu’en deux circuits. Actuellement on a le WorldTour et les circuits continentaux. Dans le WorldTour, les équipes WorldTour et les équipes Continentales Pro peuvent concourir. Sur les circuits continentaux, on a trois types d’épreuves : celles classées .HC où les équipes WorldTour et les Continentales Pro peuvent participer et les Continentales non pro du pays de l’épreuve ou celles qui ont reçues une dérogation ; celles classées .1 où équipes WorldTour, Continentales Pro et Continentales peuvent participer ; et enfin celles classées .2 où les équipes WorldTour ne peuvent pas participer mais où les Continentales Pro, les Continentales et même des équipes de Division Nationale peuvent participer. À partir de 2020, apparaitra un nouveau circuit, nommé UCI ProSeries, et qui regroupera une sélection d’épreuves .HC et .1, ainsi “que de courses à haute importance stratégique dans l’optique du développement du cyclisme“. Et à la base de la pyramide, demeurent donc les circuits continentaux. L’objectif est probablement d’éviter que des épreuves soient surclassées comme c’est actuellement le cas pour offrir aux équipes n’appartenant pas au calendrier européen l’occasion de marquer des points.

Communiqué de l’UCI : 

Réuni du 25 au 27 septembre à Innsbruck, en Autriche, en marge des Championnats du Monde Route UCI 2018, le Comité Directeur de l’Union Cycliste Internationale (UCI) a approuvé aujourd’hui la nouvelle organisation du cyclisme sur route professionnel masculin. Celle-ci avait été approuvée la veille à l’unanimité par les membres du Conseil du Cyclisme Professionnel (CCP), organe composé notamment de représentants des équipes, des coureurs et des organisateurs, à la suite d’une large consultation de toutes les parties concernées.

 La nouvelle organisation du cyclisme sur route professionnel masculin sera mise en œuvre graduellement à partir de la saison 2019. Son objectif consiste à renforcer le statut du cyclisme parmi les plus grands sports professionnels du monde. Elle permettra notamment d’améliorer la lisibilité de la saison et la stabilité du système, d’encourager la venue de nouveaux partenaires, d’améliorer la visibilité globale du cyclisme et de soutenir son développement à tous les échelons.

 Le Calendrier International Route UCI sera désormais composé de trois divisions : UCI WorldTour, UCI ProSeries et Circuits Continentaux UCI.

Dès 2020, l’UCI WorldTour regroupera les trois Grands Tours, les autres épreuves par étapes, les courses d’un jour réunies dans une nouvelle UCI Classics Series, dont les contours devront être précisés avec les parties prenantes – dans laquelle on retrouvera les cinq Monuments et potentiellement une quinzaine d’épreuves de premier plan – et les autres courses d’une journée, pour un total d’environ 185 jours de course. Toutes bénéficieront d’une garantie de trois ans. La nouvelle UCI ProSeries, lancée en 2020, sera composée quant à elle d’une sélection des actuelles épreuves HC et de classe 1 avec un cahier des charges précis, ainsi que de courses à haute importance stratégique dans l’optique du développement du cyclisme. Les Circuits Continentaux UCI, enfin, demeureront les piliers de notre sport au niveau continental.

 De leur côté, les équipes continueront à être elles aussi réparties dans trois divisions : UCI WorldTeams, UCI ProTeams (anciennement Equipes Continentales Professionnelles UCI) et Equipes Continentales UCI. On retrouvera comme aujourd’hui 18 UCI WorldTeams (composées de 27 à 30 coureurs) au bénéfice d’une licence de trois ans, et un nombre illimité d’UCI ProTeams et d’Equipes Continentales UCI.

 Dès 2019, le seul classement calculé au niveau international sera le Classement Mondial UCI (le Classement de l’UCI WorldTour disparaîtra). L’UCI publiera un Classement Mondial UCI individuel global. Elle publiera par ailleurs un Classement Mondial UCI par nations et, nouveauté, un Classement Mondial UCI par équipes, prenant en compte les résultats des 10 meilleurs coureurs de chacune des équipes des trois divisions sur la totalité des courses du Calendrier International Route UCI. Les classements individuel, par équipes et par nations continueront d’être publiés pour les cinq Circuits Continentaux UCI.

 Dès la fin de la saison 2019, et ce tous les trois ans, 18 équipes recevront une licence UCI WorldTour basée sur cinq critères : éthique, administratif, financier, organisationnel et sportif qui permettra de comparer les UCI WorldTeams avec les potentiels candidats. Le caractère ouvert du système et la reconnaissance du mérite sportif seront ainsi assurés. Il s’agit d’une combinaison entre nécessaire stabilité et système ouvert.

 Les règles de participation consacreront elles aussi l’importance du critère sportif et l’ouverture du système. Les deux meilleurs UCI ProTeams auront en effet le droit de participer aux Grands Tours ; le nombre de wild cards à la discrétion des organisateurs sera par conséquent réduit. De manière comparable, les trois meilleurs UCI ProTeams auront ainsi le droit de participer aux épreuves de l’UCI Classics Series ainsi qu’aux autres événements de l’UCI WorldTour.

 Il reste encore des détails importants à finaliser pour la mise en place complète de la réforme au 1er janvier 2020. Ils le seront au cours de l’année 2019 suite à la poursuite des discussions constructives entre les parties prenantes en vue de leur approbation par le CCP et le Comité Directeur de l’UCI.

 David Lappartient, Président de l’UCI, a déclaré : « Je suis très heureux que tous ensemble nous soyons parvenus à un consensus favorable pour toutes les parties prenantes du cyclisme sur route professionnel masculin : équipes, coureurs, organisateurs, sponsors et fans en particulier. Nous disposons maintenant d’une base solide pour continuer à développer notre sport afin qu’il devienne plus encore l’un des sports professionnels majeurs à l’échelle mondiale, LE sport du 21e siècle. Je remercie très chaleureusement tous les acteurs impliqués, Iwan Spekenbrink, Président de l’Association Internationale des Groupes Cyclistes Professionnels (AIGCP), Gianni Bugno, Président des Cyclistes Professionnels Associés (CPA), et Christian Prudhomme, Président de l’Association Internationale des Organisateurs de Courses Cyclistes (AIOCC), pour avoir su porter collectivement cette vision pour le cyclisme professionnel et dépasser leurs potentielles divergences. Ensemble, nous sommes plus forts. »

 Des informations plus détaillées sur la nouvelle organisation du cyclisme sur route professionnel masculin seront communiquées ultérieurement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.