(c) Volta ao Algarve

Tour d’Algarve : Fabio Jakobsen ouvre le bal, Arnaud Démare deuxième

Un sprint pour lancer le Tour d’Algarve. Après qu’une chute a désorganisé le peloton à sept kilomètres de la ligne, le train Deceuninck-Quick Step a parfaitement mis en orbite Fabio Jakobsen. Le jeune Néerlandais a réglé l’emballage avec une certaine marge. Arnaud Démare (Groupama-FDJ) doit se contenter de la deuxième place pour sa première course de 2019.

Un groupe de cinq coureurs se dégage dès les premiers hectomètres de course. Pedro Paulinho (Efapel), David Ribeiro, Marvin Scheulen (LA Aluminios), José Mendes (Sporting-Tavira) et Rafael Lourençao (UD Oliveirense/InOutBuild) forment l’échappée du jour. Ces cinq-là n’ont besoin que de huit kilomètres pour se constituer une avance de 3’20”. Le peloton les laisse filer jusqu’à 4’10” au kilomètre 27, avant d’organiser la poursuite.

Deceuninck-Quick Step et Jumbo-Visma viennent rapidement en tête de peloton pour contrôler. Les formations respectives de Fabio Jakobsen et Dylan Groenewegen ramènent l’écart à 2’35” après soixante kilomètres de course. Les hommes de tête se font alors peu d’illusion sur leur chance de victoire, mais l’échappée permet au moins à Ribeiro de faire le plein de points de la montagne. Le coureur portugais de 23 ans s’assure rapidement le port du premier maillot de meilleur grimpeur.

A 50 kilomètres de l’arrivée, Antonio Angulo et Sergio Paulinho (Efapel) profitent du rapproché du peloton pour se lancer à la chasse du groupe de tête. Les deux coéquipiers font la jonction avec l’échappée et lâchent les premiers attaquants du jour. Ils parviennent à se créer un avantage de deux minutes, avant que le peloton ne se lance véritablement à leur poursuite. Les équipiers de sprinteurs placent un coup d’accélérateur pour ramener le duo à 30 secondes à 35 kilomètres du but, avant de baisser le pied. Ils se contentent, dans un premier temps, de contrôler la marge des deux fuyards.

Le duo Efapel est finalement repris à 23 unités de Lagos, la ville-arrivée de cette première étape. Le peloton évolue ensuite groupé à un rythme tranquille. Seulement, une grosse chute survient à sept kilomètres de l’arrivée. Le premier tiers du peloton passe sans encombre, mais plusieurs prétendants au succès sont tombés ou contraints de poser le pied à terre. C’est notamment le cas de Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma), John Degenkolb et Jasper Stuyven (Trek). Ils sont moins d’une cinquantaine à avoir évité l’embûche.

Le train Deceuninck-Quick Step s’annonce en tête à trois kilomètres de la ligne et conduit le peloton jusqu’à l’emballage. Fabio Jakobsen récompense le bon travail de ses équipiers et remporte, assez largement, l’étape d’ouverture. Arnaud Démare (Groupama-FDJ) prend la deuxième place. Les deux hommes, qui effectuaient là leur rentrée, sont rejoints sur le podium par Pascal Ackermann (Bora). Quatrième, Simone Consonni (UAE) a lancé de beaucoup trop loin et s’est fait avaler par les trois premiers.

Le classement de la première étape : 
1. Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step) en 4h52’59”
2. Arnaud Démare (Groupama-FDJ) t.m.t.
3. Pascal Ackermann (Bora)
4. Simone Consonni (UAE)
5. Jasper De Buyst (Lotto Soudal)
6. Soren Kragh Andersen (Sunweb)
7. Edward Theuns (Trek)
8. Jon Aberasturi (Caja Rujal)
9. Christophe Laporte (Cofidis)
10. Neilson Powless (Jumbo-Visma)

Le classement général après la première étape est le même que celui de l’étape : il n’y a pas de bonifications sur cette épreuve. 

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour de France 2020 : Le direct de la 18e étape (Méribel>La Roche-sur-Foron)

Suivez le direct du Tour de France 2020 avec l’app VeloPro.fr sur votre mobile ou …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.