© ASO/Namuss Films

Tour de Catalogne : La glorieuse échappée de Maximilian Schachmann

Maximilian Schachmann avait déjà fait le coup la saison dernière, sauf qu’il était accompagné. Cette saison, c’est en solitaire que le jeune coureur allemand a mené à bien une échappée sur le Tour de Catalogne. Et de quelle manière ! D’abord accompagné par Tejay van Garderen (EF Education First), Bert-Jan Lindeman (Jumbo-Visma) et Andrey Amador (Movistar), le coureur de la Bora-hansgrohe est sorti tout seul à dix kilomètres de la ligne d’arrivée et a réussi à maintenir à distance un peloton lâché à ses trousses. Il s’octroie ainsi sa deuxième victoire de la saison, après 150 kilomètres d’échappée, alors que Michael Matthews (Sunweb) s’est quant à lui contenté de régler le sprint pour la deuxième place, quelques secondes plus tard, devant Ryan Gibbons (Dimension Data). Miguel Angel Lopez (Astana) conserve lui sa tunique de leader après une journée relativement tranquille le concernant. 

Il fallait être bien échauffé, ce vendredi midi, avant de prendre le départ de la cinquième étape du Tour de Catalogne. C’est en effet une longue ascension de vingt bornes, certes roulante, qui fait office de rampe de lancement dès les premières minutes. Logiquement, les attaques se succèdent mais aucune n’aboutit jusqu’à celles de Tejay van Garderen (EF Education First), Bert-Jan Lindeman (Jumbo-Visma) et Andrey Amador (Movistar) à l’approche du sommet. Le trio bascule avec vingt secondes d’avance tandis que Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) vient conforter son maillot de meilleur grimpeur en prenant la quatrième place au sommet. Le Belge n’insiste pas dans la descente, au contraire de Maximilian Schachmann (Bora-hansgrohe), qui accélère et ne tarde pas à rejoindre le trio de tête. À peine revenu, l’Allemand poursuit son forcing et n’emmène que Van Garderen dans la portion descendante. Amador et Lindeman sont légèrement décrochés tandis que le peloton ne veut pas laisser partir, dans un premier temps. C’est finalement après quasiment quarante kilomètres que le paquet fait rideau et lève le pied. Cela permet à Schachmann et Van Garderen d’attendre leurs deux compères.

On retrouve alors un quatuor qui affronte la deuxième et dernière difficulté du jour, le Collet de Sant Agusti, avec trois minutes d’avance. Reste alors un peu plus de cent kilomètres à parcourir, et derrière, ce sont les formations Arkéa-Samsic et Sunweb qui prennent les rênes de la poursuite. Malgré tout, l’écart continue de grimper et atteint les 3’30 à la mi-course. Dimension Data et Bahrain-Merida se décident alors à venir contribuer à la chasse derrière un quatuor redoutable. Néanmoins, l’écart ne bouge quasiment pas jusqu’à l’entrée dans les soixante derniers kilomètres. C’est à cet instant que le peloton met franchement en marche. L’avance des fuyards tombe rapidement à 2’30 mais les échappés décident alors, eux aussi, d’entamer leur résistance. L’écart passe bel et bien sous les deux minutes à 35 kilomètres du but, mais ensuite, les secondes tombent bien plus difficilement pour le peloton. Les quatre coureurs de tête restent très unis et livrent leurs dernières forces dans la bataille. Le peloton plafonne par conséquent à 1’30 sous la pancarte des vingt derniers kilomètres. La Bahrain-Merida et la Sunweb doivent alors faire appel à leur homme du général pour faire descendre l’écart. Mais même dans cette configuration, l’échappée résiste plutôt bien.

Elle finit toutefois par se désagréger dans une courte bosse à onze kilomètres, que Schachmann utilise comme tremplin pour s’isoler en tête de course. Sa tentative lui donne raison puisque ses anciens compères de fuite sont repris dans la foulée par le peloton. Lui, en revanche, conserve 45 secondes sur le paquet à l’entame des dix dernières bornes. La Sunweb et la Mitchelton-Scott se mettent en ordre de marche derrière, mais l’Allemand lâchent ses dernières cartouches et parvient à conserver 40 secondes à cinq kilomètres du but, moment où Wilco Kelderman est victime d’une glissade en tête de peloton. Le tout désorganise la chasse pendant quelques instants et Michael Matthews perd un élément précieux. Pour autant, l’écart se réduit à trente secondes à trois kilomètres, et à vingt secondes à deux bornes, à la faveur d’un faux-plat. Mais Schachmann retrouve ensuite une petite portion descendante qui l’emmène jusque sous la flamme rouge, avec une quinzaine de secondes d’avance. Le coureur de la Bora-hansgrohe a course gagnée et s’attache simplement à assurer ses trajectoires dans les ultimes virages. Il peut finalement profiter dans les derniers hectomètres de sa victoire, acquise au terme d’un superbe numéro. Derrière, Michael Matthews (Sunweb) se contente de la deuxième place derrière Ryan Gibbons (Dimension Data).

Classement de la cinquième étape

1 Maximilian Schachmann (BORA – hansgrohe)
2 Michael Matthews (Sunweb) à 0’13
3 Ryan Gibbons (Dimension Data) m.t
4 Daryl Impey (Mitchelton-Scott) m.t
5 Patrick Bevin (CCC) m.t
6 Phil Bauhaus (Bahrain Merida) m.t
7 Jay McCarthy (BORA – hansgrohe) m.t
8 Nairo Quintana (Movistar) m.t
9 Bjorg Lambrecht (Lotto Soudal) m.t
10 Miguel Ángel López (Astana)

Général après la cinquième étape

1 Miguel Ángel López (Astana)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

VeloPro.fr change provisoirement de formule

Cela fait maintenant 5 saisons que VeloPro.fr vous propose tous les jours un suivi continu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.