(c) B.Bade/LNC

Tro Bro Leon : Christophe Laporte prive Damien Gaudin du doublé

Dans le dur et même lâché quand la bataille finale s’est lancée, Damien Gaudin a pourtant bien failli conserver son titre sur le Tro Bro Leon. Il n’y aura finalement eu que Christophe Laporte (Cofidis), brillant sur les ribinou bretons ce dimanche après-midi, pour devancer le solide coureur de la Direct Energie. Un magnifique duel s’est en effet installé dans les cinq derniers kilomètres entre les deux hommes, et Laporte est finalement parvenu à conserver une poignée de secondes d’avance sur Gaudin, auteur de derniers kilomètres époustouflants. Le coureur de la Cofidis empoche son quatrième succès de l’année, sans aucun doute le plus beau. Jelle Mannaerts (Tarteletto-Isorex) complète lui le podium du jour en réglant au sprint le groupe de poursuite. 

L’échappée du jour sur le Tro Bro Leon se détache après seulement quelques minutes. Le peloton laisse filer un groupe de trois hommes comprenant Yber Sefa, Kevin De Jonghe (Tarteletto-Isorex) et Gianni Marchand (Cibel-Cebon). L’avance des trois hommes s’accroit progressivement dans la première heure de course et atteint même près de huit minutes après cinquante bornes parcourues. Les premiers chemins empierrés, les fameux ribinous, sont entamés et cela a pour effet de scinder le peloton par moments. Malgré tout, peu avant la mi-course, c’est un paquet relativement groupé qui se retrouve pointé à cinq minutes des fuyards, après sept des vingt-sept ribins au programme. Le plus gros reste à faire et la seconde moitié de course peut débuter. AG2R-La Mondiale souhaite prendre les devants et ne tarde donc pas à lancer les hostilités. Le rythme s’accélère et le peloton vole en éclat. Un premier groupe se détache alors, avec Stijn Vandenbergh (AG2R-La Mondiale), Benjamin Thomas (Groupama-FDJ), Maxime Daniel (Fortuneo-Samsic), Marc Fournier (Vital Concept) et Ole Forfang (Joker Icopal). Ces cinq hommes s’en vont reprendre les premiers échappés, et parmi eux, seul Marchand est capable de s’accrocher dans ce groupe de costauds. La course est complètement décantée et il n’y a donc plus réellement de peloton, mais plusieurs groupes de poursuite derrière les hommes de tête.

 Les ribinou s’enchaînent et un quatuor avec Damien Gaudin, Thomas Boudat (Direct Energie), Christophe Laporte (Cofidis) et Sefa parvient à faire la jonction avec la tête de course dans le seizième secteur. À un troisième échelon, à environ trente secondes, c’est la Groupama-FDJ qui relance sans arrêt, avec la ferme intention de se retrouver en nombre à l’avant. Fortuneo-Samsic collabore à la chasse, et la jonction s’effectue finalement à une trentaine de kilomètres du but. Immédiatement, toutefois Boudat et Vandenbergh repartent en contre et prennent quelques longueurs sur un « peloton » d’une quinzaine d’unités. Cette entreprise est néanmoins tuée dans l’oeuf puisque Boudat chute assez durement à la sortie d’un virage. C’est donc repris et Cyril Gautier (AG2R-La Mondiale) tente de sortir. Le Breton accélère, mais un peu trop, puisque lui aussi part à la faute à la sortie d’un virage et se retrouve au sol. Un nouveau regroupement s’opère donc avant le 22e chemin de terre/secteur empierré, à Pont Krac’h. Il reste un peu plus de 25 kilomètres à couvrir et une nouvelle attaque se produit. Elle est l’oeuvre de Frederik Backaert (Wanty-Groupe Gobert), Stijn Vandenbergh (AG2R-La Mondiale), Zakkari Dempster (Israel Cycling Academy) et Rasmus Tiller (Joker Icopal). Elle dure quelques minutes mais elle finit, elle aussi, par être neutralisée !

Et alors que 16 hommes sont encore en lice pour la victoire à près de 20 bornes du but, Damien Gaudin, le tenant du titre, souffre lui de plus en plus. Il ne peut donc suivre les attaques qui se multiplient en tête. Cyril Gautier, après sa chute, relance à nouveau mais Christophe Laporte est vigilant et ramène le peloton avant le 24ème ribin du jour, celui du Château de Kerouartz. Dans ce secteur, l’un des plus difficiles au programme, c’est le jeune Norvégien Rasmus Tiller qui fait grosse impression, prenant seul les devants dans le faux-plat montant. À 15 bornes de la ligne, le Scandinave compte une dizaine de secondes d’avance sur un groupe de poursuite composé de Ladagnous, Le Gac, Pichon, Dempster, Jelle Mallaerts (Tarteletto-Isorex), Laporte, Hofstetter, Gautier, Cobbaert Finetto, Backaert, Aristi. Quelques instants plus tard, le champion de Norvège entame en tête le 25e ribinou, rendu boueux et glissant par la pluie qui s’intensifie. Il se montre toujours très à l’aise et conserve une belle marge avant de se diriger vers le dernier tour de circuit autour de Lannilis. Mais tout s’effondre quelques instants plus tard pour le jeune homme, qui chute dans un virage détrempée à moins d’un kilomètre du passage sur la ligne. Il peut remonter sur son vélo rapidement, mais doit repartir au sein du groupe de chasse, qui se transforme en groupe de tête.

Ils se retrouvent donc à douze pour la victoire à l’entame des dix derniers kilomètres. Mais dès lors, ça temporise, ce qui permet brièvement le retour de Damien Gaudin ! Les coureurs abordent ensuite l’avant-dernier ribin, sur lequel Laporte tente de faire la différence. Gautier et Dempster sont le plus prompts à réagir, mais c’est finalement un regroupement total qui s’opère à la sortie du secteur. Laporte ne se décourage pas et retente une deuxième, puis une troisième fois. Et c’est la bonne. Le Varois prend quelques mètres et personne n’y va. Il entame ainsi le dernier tour autour de Lannilis avec une petite avance. Derrière lui, c’est … Damien Gaudin, à peine revenu, qui parvient de façon assez incroyable à sortir en poursuite ! C’est le duel qui s’installe alors, puisque le reste des concurrents semble jouer battu. A la pancarte des trois derniers kilomètres, Christophe Laporte conserve une poignée de secondes d’avance sur Gaudin tandis que le reste du groupe est à plus de vingt secondes. Dans l’ultime secteur, l’écart se réduit à 4-5 secondes entre les deux hommes, qui livrent leurs toutes dernières forces dans la bataille, alors que le soleil refait son apparition pour ces derniers instants. Sous la flamme rouge, Laporte conserve 40 mètres d’avance, opère une bonne relance et se présente donc dans les derniers hectomètres avec une marge suffisante pour se relever et, enfin, profiter d’une sublime victoire face à un coriace et redoutable adversaire. Damien Gaudin s’empare de la seconde place et Jelle Mannaerts (Tarteletto-Isorex) complète le podium du jour en réglant le sprint du contre.

Classement :
1. Christophe Laporte (Cofidis) en 5h12’07
2. Damien Gaudin (Direct Energie) à 0’04
3. Jelle Mannaerts (Tarteletto – Isorex) à 0’16
4. Hugo Hofstetter (Cofidis)
5. Rasmus Tiller (Joker – Icopal)
6. Olivier Le Gac (Groupama – FDJ)
7. Mikel Aristi (Euskadi – Murias)
8. Jonas Rickaert (Sport Vlaanderen – Baloise)
9. Mauro Finetto (Delko – Marseille Provence – KTM)
10. Stijn Vandenbergh (AG2R La Mondiale)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour d’Algarve : La deuxième étape en direct commenté



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.