(c) Sirotti

Tour de France : Peter Sagan ouvre son compteur en costaud

Ce mercredi, la cinquième étape du Tour de France reliait Saint-Dié-des-Vosges à Colmar en 171,5 kilomètres. A travers les Vosges, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, quatre difficultés émaillaient le parcours, la dernière d’entre elles étant située à quinze unités du but. Après vingt kilomètres d’intense bataille, le peloton a laissé filer un quatuor d’attaquants. Seulement, ce groupe a été durement contrôlée d’entrée et n’a jamais pu prendre plus de deux minutes et trente secondes de marge. Toms Skujins, le dernier rescapé de l’échappée, a alors été repris à 22 kilomètres du but. C’est alors sur un sprint en comité réduit que s’est jouée l’étape, couronnant Peter Sagan. Le maillot vert signe là sa douzième victoire en carrière sur le Tour de France! Wout van Aert et Matteo Trentin complètent le podium. Dixième sur la ligne, Julian Alaphilippe reste lui sereinement accroché au maillot jaune. 

Le profil du jour donne des idées aux coureurs offensifs. Ils sont alors nombreux à vouloir se glisser à l’avant dès le départ réel, mais le peloton filtre durement. L’allure est très soutenue d’entrée : les tentatives vaines se succèdent alors pendant 20 kilomètres. On voit notamment Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale), Thomas De Gendt (Lotto Soudal) ou encore Nils Politt (Katusha-Alpecin) tenter leur chance sans réussite. C’est alors un groupe de quatre qui parvient à se faire la malle après une grosse bagarre. Le maillot à pois Tim Wellens (Lotto Soudal) est accompagné en tête par Mads Würtz Schmidt (Katusha-Alpecin), Toms Skujins (Trek-Segafredo) et Simon Clarke (EF Education First). Le peloton leur laisse rapidement deux minutes d’avance, avant d’évoluer en contrôle. Signe que l’allure est vive, le quatuor de fuyards couvre 46 kilomètres en première heure. Pour autant, leur avance peinera à dépasser les deux minutes.

Les quatre hommes de tête ne se posent pas de question et filent vers la première difficulté du jour : la Côte de Grendelbruch (3e cat., 3,4km à 4,9%). Au sommet, Wellens devance Skujins et accroît son avance au classement de la montagne. Le peloton y arrive avec deux minutes de retard. La formation Bora-hansgrohe contrôle l’allure, bientôt épaulée par Sunweb et Deceuninck-Quick Step. L’écart est stable jusqu’au sprint intermédiaire de Heiligenstein, au km71. Clarke y règle l’échappée avant qu’Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step) ne domine le peloton. Les quatre fuyards attaquent ensuite le pied de la deuxième difficulté, la Côte du Haut-Kœnigsbourg (2e cat., 5,9km à 5,9%), avec 2’30” d’avance. Le peloton roule plus vite que l’échappée dans l’ascension. Cela n’empêche pas Wellens d’empocher le maximum de points au sommet, mais l’écart diminue à 1’45” à ce stade.

Le quatuor collabore bien et arrive au pied de la troisième difficulté, la Côte des Trois-Épis (2e cat., 5km à 6,7%) avec 1’30” de marge. Le peloton continue lui son rapproché sous l’impulsion des équipes Deceuninck-Quick Step, Bora-hansgrohe et Sunweb. Tous les purs sprinteurs sont distancés à l’arrière. En tête de course, Würtz Schmidt lâche prise à la mi-ascension et laisse Wellens, Skujins et Clarke poursuivre sans lui. Un kilomètre plus loin, Skujins attaque ses compagnons de fuite et les distance. Le champion de Lettonie s’en va seul, à l’assaut des 37 derniers kilomètres. Il passe le sommet en tête, alors que Würtz est avalé par le peloton. Ce dernier se rapproche alors à moins d’une minute de l’homme seul en tête.

Wellens et Clarke sont eux repris à 29 kilomètres du but, dans la descente. A ce stade, Skujins ne compte plus que 55″ d’avance. Il se lance dans la dernière ascension du jour, la Côte des Cinq Châteaux (3e cat., 4,6km à 6,1%) avec seulement 25″ d’avance. Le peloton l’avale alors dans la montée, sous l’impulsion des Sunweb de Michael Matthews. Il n’y a pas d’attaque dans cette dernière difficulté, seul Xandro Meurisse (Wanty-Gobert) sort du peloton pour prendre les points de la montagne avant de se relever. Le peloton réduit entame alors la descente et se dirige vers un sprint en petit comité.

Personne ne vient troubler le contrôle de la Sunweb… jusqu’à une attaque solitaire de Rui Costa (UAE-Team Emirates). L’ancien champion du monde sort du peloton à sept unités du but et va tenter de résister sur le final plat. Il crée un écart d’une dizaine de secondes avant d’être repris sous l’arche indiquant les deux derniers kilomètres. Le peloton s’explique alors sur une pointe. Le maillot vert Peter Sagan (Bora-hansgrohe) s’y montre le plus véloce et règle ses rivaux avec autorité. Wout van Aert (Jumbo-Visma) et Matteo Trentin (Mitchelton-Scott) complètent le podium à une longueur. Le maillot jaune Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) est arrivé dixième et conserve sa tunique.

Le classement de la cinquième étape : 
1. Peter Sagan (Bora-hansgrohe) en 4h02’33”
2. Wout van Aert (Jumbi-Visma) t.m.t.
3. Matteo Trentin (Mitchelton-Scott)
4. Sonny Colbrelli (Bahrain-Merida)
5. Greg Van Avermaet (CCC)
6. Julien Simon (Cofidis)
7. Michael Matthews (Sunweb)
8. Nils Politt (Katusha-Alpecin)
9. Jasper Stuyven (Trek-Segafredo)
10. Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step)

Le classement général après la cinquième étape : 
1. Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) en 18h44’12”
2. Wout van Aert (Jumbo-Visma) à 14″
3. Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma) à 25″
4. George Bennett (Jumbo-Visma) m.t.
5. Michael Matthews (Sunweb) à 40″
6. Egan Bernal (Ineos) m.t.
7. Geraint Thomas (Ineos) à 45″
8. Enric Mas (Deceuninck-Quick Step) à 46″
9. Peter Sagan (Bora-hansgrohe) à 50″
10. Greg Van Avermaet (CCC) à 51″

 

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Vuelta : Astana enlève le chrono, Miguel Angel Lopez premier leader

Astana réussit son entrée en matière. La formation kazakhe a réglé le contre-la-montre par équipes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.