© ASO / Alex BROADWAY

Julian Alaphilippe : “Je n’ai aucun regret”

C’était une journée spéciale pour Julian Alaphilippe (Quick Step). Non seulement il n’était pas loin de ses terres, il est originaire de Saint-Amand-Montrond et le début d’étape passait à proximité, mais en plus le profil des derniers kilomètres lui offraient une chance de bien faire devant ses proches venus assister à l’étape. Son coéquipier Dries Devenyns a assuré un très gros tempo dès le début de la Côte des Charbonnières, où tout pouvait se passer, et Alaphilippe a été le premier à dégoupiller. Il y avait du beau monde avec lui : Tim Wellens (Lotto – Soudal) puis Jakob Fuglsang (Astana), Ion Izagirre (Bahrain – Merida) et Lilian Calmejane (Direct Energie) mais tout ce beau monde s’est un peu regardé et s’est finalement fait reprendre avant que le bon groupe ne sorte après le sommet.

Je connaissais toute l’étape, expliquait-il au pied du bus où il pouvait compter sur de nombreux supporters. Ce sont mes routes d’entraînement et c’était un plaisir de voir mes amis et ma famille. Je savais que quelque chose pouvait se passer avec ce final. Elia (Viviani) nous a dit qu’il ne se sentait pas en mesure de faire quelque chose avec la bosse dans le final et à partir de là, j’ai eu carte blanche pour faire ce que je devais faire.

L’équipe a roulé plein pot durant les 30 derniers kilomètres et je dois vraiment les remercier pour leur super travail. J’ai attaqué dans l’ascension parce que je pensais pouvoir faire la différence. Ça a marché au début mais finalement c’est revenu en plusieurs temps. Quand les trois sont partis (Luis León Sánchez, Rémy Di Grégorio et Jonathan Hivert), j’ai essayé de suivre mais personne ne voulait relayer. Nous avons fait de notre mieux aujourd’hui. Nous avons couru offensivement pour gagner. Je n’ai aucun regret. Maintenant il faut penser à récupérer pour le chrono de demain car ça a été une grosse journée. Ce contre-la-montre sera très différent de celui de l’an passé (qu’il avait remporté au sommet du Mont Brouilly, ndlr). C’est un passage important donc nous verrons” .

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Un commentaire

  1. Il a formidablement animé la course, ça manquait dans le cyclisme pro. Vraiment top de sa part.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.