(c) Sirotti

Pascal Ackermann : « Caleb était le plus fort aujourd’hui »

Gagnant ou perdant, c’est toujours un Pascal Ackermann souriant qui se présente en zone mixte. Troisième à Pesaro derrière Caleb Ewan et Elia Viviani, on oublierait presque que le champion d’Allemagne participe ici au premier Grand Tour de sa carrière. Il en a découvert les étapes marathons ce samedi. « C’est la première fois que je fais une course de 240 kilomètres! Je n’avais plus le punch nécessaire à l’arrivée. J’étais fatigué, avouait-il à notre micro après avoir bouclé la plus longue étape du 102e Giro. J’attends maintenant le jour de repos avec impatience. »

Lire aussi > Caleb Ewan : « Chaque jour sans victoire m’ajoutait de la pression »

Ce samedi, le peloton du Giro devait couvrir 239 kilomètres pour relier Tortoreto Lido à Pesaro. Ajouté à ce total fou, il y avait également les cinq kilomètres du départ fictif et un final particulièrement technique. L’équipe d’Ackermann s’y est présenté en tête, mais l’Allemand n’a pas su produire le même effort que lors de ses succès acquis à Fucecchio et Terracina. « Nous avons peut-être commis une erreur à l’avant du peloton, mais Caleb était le plus fort aujourd’hui. Il suffit de regarder le sprint à nouveau, il mérite largement sa victoire, saluait le sprinteur de la Bora-hansgrohe. Il fallait prendre de gros risques dans le dernier virage, mais aussi avoir le punch pour sprinter. »

L’intégralité de sa réaction (en anglais) est à écouter ci-dessous:

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Vuelta : Astana enlève le chrono, Miguel Angel Lopez premier leader

Astana réussit son entrée en matière. La formation kazakhe a réglé le contre-la-montre par équipes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.