EN DIRECT
(c) Sirotti

Giro : Caleb Ewan domine Elia Viviani et Pascal Ackermann

Une journée interminable pour le peloton. Ce samedi, les coureurs devaient affronter la plus longue étape du 102e Giro. 239 kilomètres étaient ainsi au programme, le long de la Mer Tyrrhénienne, entre Tortoreto Lido et Pesaro. Une fois l’échappée reprise, un groupe de trois coureurs a tenté de surprendre les sprinteurs dans le final, mais en vain. C’est alors Caleb Ewan qui est sorti vainqueur de l’emballage, devant Elia Viviani et Pascal Ackermann. 

Trois hommes s’enfuient dès le départ réel. Les habitués Marco Frapporti (Androni-Sidermec) et Damiano Cima (Nippo-Vini Fantini) ainsi que Nathan Brown (EF Education First) forment l’échappée du jour. Le peloton laisse filer et offre rapidement deux minutes de marge. Seulement, Brown décide de se relever après quinze kilomètres de fuite. Cima et Frapporti poursuivent à deux et prennent 5’55” d’avance après les cent premières bornes. Le peloton commence alors à s’organiser, notamment sous l’impulsion des équipes Bora-hansgrohe et Groupama-FDJ.

L’échappée obtient finalement son avance maximale au passage de la zone de ravitaillement. Il y a alors 6’05”, mais le peloton contrôle sereinement. La poursuite se lance plus intensément ensuite. On voit notamment Thomas De Gendt (Lotto Soudal) passer un gros relais en tête de peloton. A 100 kilomètres du but, il n’y a alors plus que quatre minutes d’écart. La course entre alors sur un parcours beaucoup plus accidenté. A commencer par l’ascension de Monte della Mattera (3e cat., 6,8km à 3,9%). Le duo de tête rallie ce premier sommet avec 2’45” d’avance sur le peloton. Mais la poursuite s’accélère derrière, Lotto Soudal assurant la plupart du travail. Frapporti et Cima entament alors la deuxième ascension, Monteluro (4e cat., 4,4km à 3,5%), avec une poignée de secondes d’avance. Cima lâche prise, mais Frapporti poursuit son effort.

Alors qu’il n’y a plus que quelques secondes de différence à l’approche du sommet, Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) fait le jump et rejoint l’homme seul en tête. Juste à temps pour passer le sommet en premier, avant que le peloton ne ramène tout le monde à la raison. C’est alors un groupe complet qui se présente au pied de l’ultime bosse du jour : Gabicce Monte (2,1km à 4,5%). La tension est palpable, les leaders se placent dans les premières positions. A moins d’un kilomètre du sommet, Louis Vervaeke (Sunweb) attaque. Il est suivi par Ciccone et aussi François Bidard (AG2R-La Mondiale). Le meilleur grimpeur empoche de nouveaux points au sommet, mais ne se relève pas cette fois. Le trio poursuit son effort et entame les 20 derniers kilomètres avec 35″ d’avance. Vervaeke, Ciccone et Bidard maintiennent une trentaine de secondes à 15 unités du but.

Les équipes Bora-hansgrohe et Lotto Soudal dictent une allure très soutenue en tête du peloton et ramènent le trio à 19″ au passage de l’arche indiquant les 10 derniers kilomètres. Ils sont finalement repris juste avant de basculer dans la descente technique. Cette dernière passe sans encombre. C’est alors un peloton groupé qui arrive sous la flamme rouge et va s’expliquer sur une pointe. Après l’excellent travail de ses équipiers tout au long de la journée, Caleb Ewan récompense la Lotto Soudal en dominant Elia Viviani et Pascal Ackermann. Malgré un final assez spécial avec un virage à angle droit pour entrer dans les 200 derniers mètres, ces trois-là ont pu se livrer à une belle explication, à la régulière. Les autres sprinteurs étaient trop loin pour disputer leur chance. Pour preuve, le poisson-pilote de Viviani, Fabio Sabatini, conclut quatrième à plusieurs longueurs. Trop loin à la sortie du virage, Arnaud Démare (Groupama-FDJ) doit se contenter de la sixième place.

Le classement de la huitième étape : 
1. Caleb Ewan (Lotto Soudal) en 5h43’32”
2. Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step) t.m.t.
3. Pascal Ackermann (Bora-hansgrohe)
4. Fabio Sabatini (Deceuninck-Quick Step)
5. Manuel Belletti (Androni-Sidermec)
6. Arnaud Démare (Groupama-FDJ)
7. Davide Cimolai (Israel Cycling Academy)
8. Marco Canola (Nippo-Vini Fantini)
9. Giacomo Nizzolo (Dimension Data)
10. Rüdiger Selig (Bora-hansgrohe)

Le classement général après la huitième étape : 
1. Valerio Conti (UAE-Team Emirates) en 35h13’06”
2. José Joaquin Rojas (Movistar) à 1’32”
3. Giovanni Carboni (Bardiani-CSF) à 1’41”
4. Nans Peters (AG2R-La Mondiale) à 2’09”
5. Valentin Madouas (Groupama-FDJ) à 2’17”
6. Amaro Antunes (CCC) à 2’45”
7. Fausto Masnada (Androni-Sidermec) à 3’14”
8. Pieter Serry (Deceuninck-Quick Step) à 3’25”
9. Andrey Amador (Movistar) à 3’27”
10. Sam Oomen (Sunweb) à 4’57”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour de France : Jakob Fuglsang s’en tire sans fracture

Jakob Fuglsang est tombé lourdement ce mardi, à 25 kilomètres de l’arrivée de la seizième …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.