(c) Sirotti

4e de sa première course WorldTour, Mathieu van der Poel a « pris beaucoup de plaisir »

Mathieu van der Poel est décidément un phénomène. Pour sa première épreuve WorldTour, le champion néerlandais s’est classé 4e de Gand-Wevelgem au terme d’une course épique, derrière un podium de spécialistes composé d’Alexander Kristoff (UAE), John Degenkolb (Trek-Segafredo) et Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale). Les 249,5 de la classique belge ont été parcourus ce dimanche à la vitesse moyenne de 45,90km/h. A titre de comparaison, l’édition 2018 s’était courue à 42,60km/h. Dès le départ, tous les coureurs étaient à bloc : les favoris n’ont alors pas attendu le final pour se livrer le combat attendu. Pour autant, le triple champion du monde de cyclo-cross n’a pas trouvé qu’il s’agissait là de la course la plus difficile de sa carrière.

Lire aussi > Alexander Kristoff : « Les gens m’ont enterré trop vite »

« Les championnats d’Europe, c’était encore plus dur d’après moi, mais Gand-Wevelgem arrive juste derrière. J’ai pris beaucoup de plaisir pour mes débuts, il n’y avait pas une minute pour s’ennuyer, a réagi Van der Poel dans l’aire d’arrivée, devant une foule de journalistes admiratifs. C’était une édition spéciale, et je ne crois pas que ce déroulement de course se reproduira de sitôt. C’est parti à fond dès le départ, c’était peut-être encore plus dur qu’un départ de cross! Quand vous voyez la vitesse moyenne, vous comprenez qu’on n’a pas traîné… Ce que j’ai réussi ici dans une course aussi longue et avec autant de vent est un sacré boost pour la confiance. »

Le petit-fils de Raymond Poulidor s’est présenté dans le final au sein d’un groupe d’une trentaine d’unités, avec en son sein les plus grands spécialistes. Si les Niki Terpstra (Direct Energie), Greg Van Avermaet (CCC) ou encore Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step) étaient à bout de force, le représentant de la Corendon-Circus avait encore la condition pour jouer la gagne. « A l’arrivée, j’étais ravi de voir que j’avais encore un sprint dans les jambes. Pourtant, j’avais misé sur la mauvaise roue, en prenant celle de Viviani, a détaillé le Néerlandais de 24 ans. J’ai dû sauter de roue en roue et j’ai aussi dû couper mon effort un instant, ce qui n’est pas l’idéal. De ce point de vue, un résultat encore meilleur était possible, mais je suis déjà plus qu’heureux du déroulement de cette course. »

Lire aussi > John Degenkolb : « Je me suis éclaté »

Finalement, ce test réussi au plus haut niveau le place en bonne position au sein de la longue liste des candidats au titre du Tour des Flandres. « Je pense avoir ma place dans le groupe des favoris, mais il y a des coureurs qui ont de plus grandes chances de gagner que moi. D’abord, je courrai À Travers la Flandre mercredi, mais Gand-Wevelgem est certainement une superbe course pour monter encore en condition en vue de cet objectif. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.