(c) www.ypmedias.com

Classic de l’Ardèche : Romain Bardet, quelle rentrée !

Romain Bardet peut être rassuré. Après avoir dû déclarer forfait pour le Tour d’Andalousie, en raison d’un accident domestique, le coureur d’AG2R-La Mondiale a parfaitement réussi son retour à la compétition, ce samedi, en allant chercher la victoire en solitaire sur la Classic de l’Ardèche. Le grimpeur auvergnat s’est isolé dans l’avant-dernière ascension du jour, à plus de vingt bornes du but, et n’a dès lors cessé d’augmenter son avantage sur le peloton. Il a ainsi pu savourer son premier succès de la saison dans la dernière ligne droite. Maximilian Schachmann (Quick Step Floors) et Lilian Calmejane (Direct Energie) ont complété le podium un peu plus tard.

Sous une température très fraîche, ce matin, au départ de la Classic de l’Ardèche, les vaillants attaquants ne sont pas pléiade. Yoann Paillot (HP BTP Auber 93) lance les hostilités au pied de la côte de Saint-Romain-de-Lerps, puis est pris en chasse par Adam de Vos (Rally Cycling). Lucas de Rossi (Delko Marseille Provence KTM) tente lui aussi de sortir une première fois, mais c’est sa seconde tentative, en compagnie de Jérôme Mainard (Roubaix-Lille Métropole) qui s’avère concluante. Quelques instants plus tard, Simone Sterbini (Bardiani-CSF) fait également le bond dans le groupe de tête et l’échappée peut alors prendre le large. Et ce n’est pas rien de le dire. Le peloton lève complètement le pied et après une grosse trentaine de kilomètres, l’avantage des cinq fuyards atteint ainsi les dix minutes (!).  C’est à cet instant que certaines équipes, à l’instar de FDJ, Trek-Segafredo et AG2R-La Mondiale, commencent à rouler. Au premier passage sur la ligne, à environ 150 bornes du but, l’écart est enfin stabilisé. Puis, progressivement, au gré des différentes côtes du circuit, l’avantage de l’échappée se réduit. AG2R-La Mondiale assume dès lors la majeure partie du travail et on ne compte alors plus que quatre minutes après la seconde boucle.

Les terre-et-ciel ne ménagent pas leurs efforts et se rapprochent au fur et à mesure de l’échappée, où Lucas De Rossi ne peut plus tenir sa place, à 60 bornes du but. Dans le peloton, quelques contres font alors irruption, à l’instar de ceux de Emerson Oronte (Rally Cycling) ou Victor Lafay (Equipe de France Espoirs). Toutefois, les deux hommes ne parviennent pas à grignoter énormément sur la tête de la course, qui est de plus secouée par l’attaque Sterbini dans l’avant-dernier passage du bien nommé Val d’Enfer. L’Italien s’isole en tête de course et entame peu après la dernière boucle, différentes des trois précédentes, avec 30 secondes sur ses anciens compagnons de fuite, et 1’20 sur un peloton toujours maitrisé par AG2R-La Mondiale. On observe toutefois un changement de physionomie en tête de paquet juste avant la montée des Côteaux du Cornas. C’est la FDJ d’Arthur Vichot et David Gaudu qui prend les rênes, intensifie le rythme, et provoque ensuite une sérieuse sélection. Jérôme Cousin (Direct Energie) et Elie Gesbert (Fortuneo-Samsic) tentent pour leur part de sortir en contre, et condamnent par la même occasion Sterbini, le dernier rescapé de l’échappée.

Et c’est alors que surgit Romain Bardet (AG2R-La Mondiale). À cinq kilomètres du sommet, à plus de 20 kilomètres de l’arrivée, l’Auvergnat sort de sa réserve et attaque en personne. Très vite, il fait la différence sur le peloton, ou ce qu’il en reste, ainsi que sur les autres poursuivants. Le troisième du dernier Tour de France est d’abord maintenu à environ 20 secondes, par le travail d’Arthur Vichot et de Sebastien Reichenbach dans le peloton, mais il finit tout de même par s’envoler … dans la descente qui suit. Dans cette portion qui lui sied à merveille, Bardet capitalise et se retrouve au bas de la descente avec une avance portée à 50 secondes ! Derrière, un petit peloton se reforme, mais est déjà quasiment “hors-course”. L’homme de tête entame ainsi l’ascension du Val d’Enfer, la dernière, à huit bornes de la ligne, avec un avantage de près d’une minute. Grimpeur émérite, Bardet garde un solide tempo sur ces pentes, tandis que la bataille pour les accessits est lancée dans le peloton. La Quick Step Floors tente ainsi de faire la sélection, avec Jhonnatan Narvaez et Maximilian Schachmann, alors que David Gaudu s’essaie aussi à quelques estocades.

Bardet bascule seul dans la descente, à cinq bornes de la ligne, tandis qu’il sont une demi-douzaine en contre, à savoir David Gaudu, Maximilian Schachmann, Jhonnatan Narvaez, Alexis Vuillermoz, Quentin Pacher, Pierre Latour et Lilian Calmejane. Pointés à 50 secondes à quatre kilomètres à peine de la ligne, ces derniers s’attaquent tour à tour, mais les coureurs d’AG2R-La Mondiale veillent au grain et sautent sur chaque offensive. Devant, leur coéquipier et leader Romain Bardet file donc vers la victoire, et peut alors savourer tranquillement son premier succès de l’année. Son second, aussi, sur les Boucles Drôme Ardèche, cinq ans après sa victoire sur la Drôme Classic. Derrière lui, Maximilian Schachmann parvient à s’isoler dans les derniers hectomètres pour aller chercher la seconde place sur la ligne, à près de 50 secondes, tandis que Lilian Calmejane (Direct Energie) vient prendre la troisième place sur le podium juste devant Alexis Vuillermoz (AG2R-La Mondiale).

Classement 

1 Romain Bardet (AG2R La Mondiale)
2 Maximilian Schachmann (Quick-Step Floors)
3 Lilian Calmejane (Direct Energie)
4 Alexis Vuillermoz (AG2R La Mondiale)
5 David Gaudu (FDJ)
6 Jhonnatan Narvaez (Quick-Step Floors)
7 Quentin Pacher (Vital Concept Cycling Club)
8 Pierre Latour (AG2R La Mondiale)
9 Eliot Lietaer (WB-Aqua Protect-Veranclassic)
10 Romain Sicard (Direct Energie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.