Record de l’heure : Victor Campenaerts détrône Bradley Wiggins

Victor Campenaerts est le nouveau maître des horloges, le nouveau recordman de l’heure ! Dévoué à cet unique objectif depuis six mois, le médaillé de bronze des derniers Mondiaux du contre-la-montre a réussi son pari. Et avec la manière. Le coureur de la Lotto-Soudal, âgé de 27 ans, entre dans l’histoire du sport cycliste après avoir parcouru, ce mardi, pas moins de 55,089 kilomètres au terme d’une heure d’effort dans le vélodrome d’Aguascalientes (Mexique), situé à 1887 mètres.

Campenaerts a donc effectué 563 mètres de plus que Bradley Wiggins (54.526 km), détenteur du record depuis juin 2015 ! Le Belge a toujours été en avance sur la marque du Britannique, notamment peu après à la mi-course, au km 30 (32’39 contre 32’57 pour l’Anglais). Après quarante kilomètres, il a même atteint la vitesse moyenne de 55,199 km/h avant de baisser très légèrement en régime dans le dernier quart d’heure. Malgré tout, il a franchi la barre des 50 kilomètres avec 30 secondes d’avance par rapport à Wiggins et, au terme de dernières minutes de souffrance apparentes sur son visage, a finalement réussi à résister et même reprendre de l’allant pour boucler 55,098 kilomètres en une heure.

Il est aussi le premier coureur de l’histoire à passer la barre des 55 kilomètres sous les nouvelles règles. La barre, justement, il l’a désormais mise très haute pour les futurs prétendants au record.

« Je suis très heureux, et si je regarde la liste à laquelle j’appartiens maintenant (celle des recordmen de l’heure), je me situe aux côtés de quelques uns des plus grands coureurs de l’histoire. Je me suis focalisé sur cet objectif pendant un très long moment donc je suis super content d’avoir réussi le record et je suis aussi très heureux d’avoir pu passer la barre mythique des 55 kilomètres. C’était très dur néanmoins. J’étais très optimiste après les 30 premières minutes, et il faut l’être, mais après cette demi-heure, il était important d’imprimer un nouveau rythme, légèrement moins rapide. Je pense que je l’ai bien fait. J’ai un peu ralenti, mais quand même, je pense que je suis resté un peu plus rapide que Wiggins à tous les stades de la course. J’ai travaillé très dur et très longtemps pour cela, l’équipe m’a soutenu, m’a donné une confiance entière, et je pense que c’est important d’avoir pu donné une réponse positive à cette confiance. J’espère que c’est que j’ai fait. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.