(c) Chris Graythen/Getty Images)

Trek-Segafredo promeut deux de ses stagiaires

Actuellement stagiaires au sein de la Trek-Segafredo, le Luxembourgeois Michel Ries et l’Espagnol Juan Pedro Lopez seront l’an prochain, et pour les deux saisons à venir, coureurs professionnels au sein de l’écurie américaine. Les deux jeunes hommes issus de la Kometa, l’équipe “de développement” fondée par Alberto Contador et soutenue par Trek-Segafredo, imitent ainsi leur ancien coéquipier Matteo Moschetti. “Pour une structure sportive dont la vocation est la formation, comme c’est le cas de la Fondation Alberto Contador, c’est à chaque fois une grande joie de voir un coureur atterrir dans le WorldTour ou en Conti Pro, a signalé Francisco Contador, directeur général de l’équipe cycliste Kometa. Tout d’abord, c’est un grand bonheur pour le coureur lui-même, pour sa carrière, puis ça l’est pour le projet lui-même, car cela prouve qu’il fonctionne très bien et que d’autres équipes voient et apprécient beaucoup notre travail. Pour une équipe continentale, ces signatures sont tout comme des victoires.”

Âgé de 21 ans, Michel Ries vient de terminer septième du Tour de l’Avenir après fini deux fois deuxième d’étape. Il s’est également imposé sur le Tour de la Vallée d’Aoste (11e du général) mais s’est aussi illustré chez les pros avec une 9e place finale sur le Tour de Sicile cette année et une onzième place au général du Tour de l’Ain en 2018. “L’année dernière, j’étais déjà stagiaire au sein de l’équipe et j’ai été vraiment impressionné par le professionnalisme de la structure, a expliqué le coureur du Grand Duché. Mes objectifs pour l’année prochaine sont de continuer de progresser et d’apprendre à tirer le meilleur de moi-même, et je pense que Trek-Segafredo m’offre le meilleur environnement pour le faire. C’est vraiment un rêve de passer dans le WorldTour avec Trek-Segafredo.”

Son acolyte Juan Pedro Lopez, 22 ans, a lui pris la sixième place du Tour de Hongrie cette année, mais aussi la 14e du Tour de l’Ain et du Tour de Sicile, ou plus récemment la 17e du Tour de l’Utah, en tant que stagiaire. “Comme tout le monde, je suppose, mon rêve était de passer professionnel depuis que j’ai commencé à courir, a commenté l’Espagnol. Je rêvais d’être un jour dans une équipe du WorldTour, et m’y voilà. J’espère aider l’équipe tous les jours et donner mon maximum. Depuis que je suis petit, je rêve de courir un jour la Vuelta a España et peut-être qu’un jour je serai au départ de la plus grande course de mon pays. Je vais continuer à travailler dur pour atteindre cet objectif.”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.