(c) Sirotti

Une solution trouvée pour les coureurs de l’Armée de Terre

Après une entrevue annulée au mois de décembre (lire ici), Florence Parly, la Ministre des Armées a finalement rencontré le Président de la Fédération Française de Cyclisme (FFC), Michel Calot, et le Président de la Ligue Nationale de Cyclisme Professionnel (LNC), Marc Madiot, pour évoquer le sort des treize coureurs de l’Armée de Terre encore sous contrats militaires, comme le relate le journal L’Equipe. Et une solution aurait été trouvée.

Pour rappel, à l’annonce de la disparition de l’équipe de l’Armée de Terre, le Ministère des Armées a assuré que les contrats des coureurs (allant de un à trois ans) seraient honorés mais, s’agissant de contrats militaires, beaucoup avaient peur qu’on leur propose un reclassement qui n’aurait rien eu à voir avec leur activité de coureur cycliste professionnel. La solution proposée par la FFC et la LNC était que les coureurs concernés puissent intégrer des équipes professionnelles en étant payés par l’Armée de Terre. Une solution qui se justifiait par l’annonce tardive de l’arrêt de l’équipe. Et c’est, selon L’Equipe, la solution qui a été adoptée. Une convention devrait bientôt être signée.

Bien sûr, cela ne concerne pas les huit coureurs qui devaient être recrutés pour 2018 puisqu’ils n’ont jamais officiellement intégré l’Armée. Jusqu’à présent, à l’exception de Romain Le Roux (lire ici), qui a lancé une cagnotte pour auto-financé (en partie) son recrutement chez Fortuneo – Samsic, tous ceux laissés sur le carreau par l’arrêt de l’Armée de Terre ont intégré des équipes amateurs ou n’ont toujours pas de contrat pour 2018.