© Nicolas Götz / Velobs

Dimanche, quelque part en Italie, FDJ va devoir tout changer en une nuit

Depuis décembre dernier, on le sait, FDJ va devenir Groupama – FDJ. Un changement important mais aussi rendu complexe par le fait qu’il intervient non pas en début d’année mais alors que la saison est déjà bien lancée. Or, le cyclisme étant un sport itinérant, il offre pas mal de complications. Celles-ci sont encore renforcées par le fait que samedi, en Italie, l’équipe de Marc Madiot s’appellera FDJ sur les Strade Bianche et Groupama – FDJ, le lendemain, sur le Grand Prix Larciano. Dimanche 4 mars en Italie, pas question qu’un seul élément soit aux anciennes couleurs. Dit comme ça, ça peut paraître une formalité, mais en cyclisme, c’est un vrai défi logistique. 

Chaque dernier dimanche du mois de mars, c’est le passage de l’heure d’hiver à l’heure d’été. En 2018, le premier dimanche du mois de mars sera presque aussi important. On exagère à peine. Après 20 saisons sous l’appellation FDJ (et ses variantes : La Française des Jeux, Fdjeux.com, FDJ.fr, FDJ-Bigmat), l’équipe de Marc Madiot va changer de sponsor principal et deviendra ce dimanche : Groupama – FDJ (lire ici). Martial Gayant, emblématique directeur sportif de l’équipe française, travaille le sujet depuis début décembre. Car si pour Paris-Nice, il y a une semaine pour préparer, la dernière course de l’équipe française ayant été Kuurne-Bruxelles-Kuurne dimanche dernier, en Italie, c’est une toute autre affaire. Tout va devoir se faire en une nuit.

Du côté des maillots, musettes, vêtements, vélos, home trainers… ce n’est pas le plus compliqué. Il faut “juste” prévoir un double jeu pour tout et resticker certains éléments. La tâche s’avère beaucoup plus complexe en ce qui concerne la logistique. “Depuis le début de l’année nous tournons avec deux équipages sur les courses de début de saison, nous explique Martial. 3 voitures, un van (VW Caravelle), un bus et un camion par équipe. Tous ces véhicules ont été complètement destickés à l’intersaison. Ils sont tout blanc et on a mis un sticker FDJ pour le début de saison, donc ils paraissaient un peu fades mais c’était en attendant le grand jour” .

Et pour le grand jour justement ? “Sur les Strade Bianche, on aura 3 voitures, le campeur et un camion. Ils seront blancs comme nos véhicules depuis le début de l’année avec un sticker FDJ. J’ai un grand carnet d’adresse et j’ai donc fait appel à des chauffeurs pour descendre deux voitures, un nouveau bus et un camion, tout fraichement décorés Groupama – FDJ qui arriveront sur place pour samedi soir. Ils prendront le relais. Une voiture et le campeur remonteront vers Paris où ils seront sérigraphiés pour les prochaines courses. Les deux autres voitures restent pour Larciano et Tirreno et continueront d’être sobrement décorées mais plus sous le seul logo de la FDJ mais bel et bien sous celui de Groupama – FDJ. Le 4 mars, tout doit changer ! Ces deux véhicules ne sont pas en course donc ce n’est pas très grave. Ils reviendront après Tirreno et à Milan-San Remo, tout sera aux couleurs définitives de Groupama – FDJ” .

Ça aurait pu être aussi simple mais bien sûr, mais comme souvent dans le vélo, ça ne l’est pas. “Nous avons pris de l’avance sur tout ce que nous pouvions. Dès le 15 février le camion cuisine, qui jusqu’ici n’avait jamais été pleinement aux couleurs de l’équipe et un bus passaient déjà dans les ateliers d’ESP (entreprise spécialisée dans la sérigraphie et présente depuis longtemps dans le cyclisme, ndlr) mais après le week-end avec les courses belges d’un côté (Omloop Het Nieuwsblad et Kuurne-Bruxelles-Kuurne, ndlr) et Drôme-Ardèche de l’autre, il fallait que tout le reste revienne au plus vite pour passer à la sérigraphie, à commencer par les véhicules lourds. Le timing était déjà serré mais il nous est en plus arrivé un sacré pépin ! Le froid ! Pour la sérigraphie, il faut une température clémente et le froid a énormément compliqué le travail. On a pris du retard, il y a du stress mais au final ça a été”, conclut, soulagé, Martial Gayant, qui surveille tout de même la situation de près depuis la région parisienne où est basée l’équipe.

On n’a pas eu l’occasion d’avoir la photo du bus nouvellement décoré. Chez Groupama-FDJ, on veut préserver la surprise jusqu’à demain soir où aura lieu un cocktail de présentation. Mais à l’heure actuelle, il doit déjà être quelque part sur la route entre la région parisienne et Sienne. Pour la petite la première course de Groupama – FDJ ne sera pas Paris-Nice mais le Grand Prix Larciano, qui commence quelques heures plus tôt que la première étape de la “Course au Soleil”.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.