Cyclo-cross – Brico Cross #6, Bredene : Wout van Aert se donne de l’air

Cette saison, Wout van Aert n’a pas souvent l’occasion de lever les bras au vu de l’ultra-domination de son rival Mathieu van der Poel. Il ne l’avait d’ailleurs réalisé qu’une seule fois jusque là, il y a plus de deux mois. Alors, le triple champion du monde s’est en quelque sorte enlevé une belle épine du pied en allant s’imposer ce samedi, en patron, du côté de Bredene. Le Belge a profité de l’absence de Mathieu van der Poel sur cette sixième manche du Brico Cross pour à son tour faire parler sa puissance et réaliser un solo remarquable dans la deuxième partie de course. De loin le plus costaud du plateau ce samedi, Wout van Aert l’a emporté avec une large avance devant Quinten Hermans et Jens Adams. 

C’est un Van der Poel qui prend la tête des opérations au départ du Brico Cross de Bredene ce samedi. Mais il s’agit cette fois-ci de David, et non de Mathieu, absent. Le frère ainé de l’ogre néerlandais est suivi par Quinten Hermans et Daan Soete tandis que Wout van Aert réalise un départ plutôt moyen, aux alentours de la dixième place. Dans le second tour, Soete prend ses responsabilités. Pendant ce temps, Van Aert opère sa remontée dans la file pour se rapprocher des premières positions. Il se retrouve en deuxième place à l’issue du second tour, alors qu’une quinzaine d’hommes se tiennent encore en quelques secondes. Dans le troisième tour, peu après le quart d’heure de course, Thijs Aerts, petit frère de Toon, absent lui aussi, tente de secouer quelque peu le cocotier. Toutefois, grâce à une chasse menée par Gianni Vermeersch, le peloton de tête se regroupe à l’entame de la quatrième boucle. Sur un circuit peu sélectif, on retrouve alors à cet instant 14 coureurs ensemble en tête. Puis, c’est Jens Adams qui tente de créer une brèche. Et il semble bien y parvenir.

Seuls Hermans, Van Aert, Vermeersch et Sweeck parviennent à suivre son rythme. Mais suite à une faute du champion du monde sur la fin du tour, il s’isole finalement avec Hermans au moment de débuter la cinquième boucle. Le trio de poursuivants doit alors combler un trou de 5-6 secondes.Le champion du monde lui-même sonne la charge et opère la jonction à la mi-course. Vermeersch recolle également, Sweeck s’en rapproche, mais Adams maintient tout de même la pression avant de commettre une petite faute et de laisser le relais à Hermans. À 4 tours du but, les cinq hommes de tête sont désormais bien détachés, 15 secondes devant Tom Pidcock, le premier chasseur. C’est le moment choisi par Van Aert pour placer sa première accélération. Le Belge prend de suite quelques mètres d’avance tandis que ses adversaires semblent coincer. La tendance se confirme dans les minutes qui suivent. Van Aert prend le large pendant qu’Hermans prend le dessus dans la poursuite. Alors, c’est tout seul que le champion du monde entame les trois derniers tours, 12 secondes devant Hermans, Sweeck et Vermeersch. Adams semble lui payer ses efforts.

Seul en tête, Wout van Aert ne faiblit absolument pas. Bien au contraire, ses rivaux accusent le coup et se retrouvent même à 30 secondes au moment d’entamer le dernier quart d’heure de course. Une petite temporisation de le trio de poursuite permet même à Adams, pourtant à bout, de faire la jonction. Quoiqu’il en soit, Wout van Aert aborde sereinement le dernier tour tandis que ses poursuivants, emmenés par Laurens Sweeck, coupent la ligne près d’une minute plus tard ! La bataille pour le podium demeure bel et bien l’unique source de suspense pour cette fin de course. Les accélérations se succèdent, sans pour autant faire de dégâts. Les coureurs de Pauwels Sauzen, Sweeck et Adams, tentent tour à tour de s’isoler. Le premier cité n’y parvient pas, le second a plus de réussite. Vermeersch craque et Sweeck a du mal à s’accrocher. Et finalement, tandis que Van Aert franchit tranquillement la ligne et profite de son succès, Hermans parvient à reprendre Adams de justesse et de le griller au sprint. Les deux hommes complètent le podium du jour.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.