(c) Sirotti

Vuelta : Movistar reconnait la supériorité de Roglic mais ne se résigne pas

Trois jours après avoir été assommée par Primoz Roglic lors du contre-la-montre de Pau, la formation Movistar comptait sur la terrible ascension de Los Machucos, vendredi, pour refaire un peu de son retard par rapport au Slovène désormais paré du maillot rouge. C’est tout l’inverse qui s’est finalement produit hier. Alejandro Valverde et Nairo Quintana ont été dans l’incapacité de distancer le coureur de la Jumbo-Visma, qui s’est au contraire fait la malle avec son jeune compatriote Tadej Pogacar sur les pentes  finales vertigineuses, repoussant ainsi à une demi-minute les protégés d’Eusebio Unzue sur la ligne d’arrivée. À une grosse semaine du terme, Roglic compte désormais 2’25 d’avance sur le champion du monde, son actuel dauphin, et 3’33 sur le Colombien, provisoirement cinquième du général.

“Pour l’instant, Roglic est l’homme le plus en forme du peloton et Pogacar affiche également une condition impressionnante dans les montagnes, a lucidement constaté Valverde. En observant Roglic se déplacer dans le groupe des favoris, j’ai senti qu’il allait essayer d’accélérer à un moment donné pour faire une différence, et c’est ce qu’il a fait. Dans les derniers kilomètres, une fois les Slovènes partis, Nairo et moi-même avons essayé de garder notre rythme, en donnant juste notre maximum et en essayant de perdre le moins de temps possible”. C’est pourtant son compère sud-américain qui avait plus tôt lancé les hostilités, mais cela s’est révélé insuffisant. “Nous avons essayé, mais Roglic a montré qu’il était le plus fort de cette Vuelta jusque là, a confirmé Quintana. J’ai essayé de placer cette attaque à mi-ascension car j’étais le moins bien placé au général et que je me sentais bien à ce moment-là. C’est facile de rester dans les roues et de voir ce qui se passe, mais dans mon cas, j’ai voulu essayer, car si on n’essaie pas, on ne sait jamais vraiment ce dont on est capable.”

Désormais, il appartient à la Movistar de trouver la stratégie miracle pour faire plier le maillot rouge, à moins d’espérer un coup de moins bien du Slovène en dernière semaine. “Qu’est-ce que nous pouvons faire désormais ? On verra. Nous avons perdu un peu de temps aujourd’hui, mais peut-être serons nous capables de lui faire mal lors des prochaines étapes – ou peut-être pas, a soufflé Valverde. Nous allons continuer de voir au jour le jour, comme nous l’avons fait sur cette Vuelta jusqu’à présent”. “Nous avons pu voir comment chacun se comportait, et on va devoir essayer d’autres stratégies, a concédé Quintana pour conclure. Nous verrons s’il est possible d’entreprendre une attaque de loin. De nombreuses étapes décisives sont à venir, mais ce ne sera pas facile, la situation est complexe à cet instant. La seule chose que je sais, c’est que nous allons continuer à essayer.”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Fernando Gaviria : « Un soulagement de gagner après des mois difficiles »

Fernando Gaviria a renoué avec le succès à l’arrivée de la première étape du Tour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.