(c) Sirotti

Vuelta : Jakob Fuglsang sort du brouillard, Primoz Roglic tient bon

Trois ascensions majeures pour boucler la deuxième semaine de la Vuelta. Avec l’arrivée au sommet de La Cubilla ainsi que les cols de San Lorenzo et de la Cobertoria, la seizième étape proposait, ce lundi, un terrain de jeu idéal pour les concurrents du général. Ces derniers se sont expliqués dans la montée finale… mais bien après les meilleurs représentants de l’échappée. A l’attaque dans le dernier col après avoir passé la journée dans un imposant groupe de tête, Jakob Fuglsang s’est imposé en solitaire. Le Danois signe, à 34 ans, sa première victoire sur un Grand Tour. Tao Geoghegan Hart a conclu deuxième, devant Luis Leon Sanchez et James Knox. Six minutes derrière le vainqueur, Primoz Roglic a encore conforté son maillot en suivant Miguel Angel Lopez et Tadej Pogacar. Alejandro Valverde s’est fait décrocher dans le final et concède une vingtaine de secondes. 

Au départ de Pravia, les coureurs jettent leurs dernières forces dans la bataille à l’aube de la journée de repos. Les premiers kilomètres de la seizième étape voient alors une succession d’attaques. Pawel Bernas (CCC) est le premier coureur à évoluer en tête, mais est vite repris. Mark Padun (Bahrain-Merida), Jonas Koch (CCC), Zdenek Stybar (Deceuninck-Quick Step) et Casper Pedersen (Sunweb) l’imitent non loin. Ce quatuor tient un certain temps avant d’être avalé par un peloton lancé à vive allure. Padun retente sa chance, cette fois avec Romain Seigle (Groupama-FDJ), Rémi Cavagna et James Knox (Deceuninck-Quick Step). Ces quatre-là s’arrachent pour creuser l’écart, mais les attaques continuent derrière eux et leur avance ne grandit pas.

Jakob Fuglsang (Astana) et Thomas De Gendt (Lotto Soudal) sortent en poursuite. Philippe Gilbert, Maximiliano Richeze (Deceuninck-Quick Step) et Tao Geoghegan Hart (Ineos) suivent, avant qu’un imposant groupe ne se dégage à son tour! Imanol Erviti (Movistar), Luis Leon Sanchez (Astana), Damien Howson (Mitchelton-Scott), Amanuel Ghebreigzabhier (Dimension Data), Nikias Arndt (Sunweb), Valerio Conti (UAE Team Emirates), Niklas Eg (Trek-Segafredo), Jonathan Lastra (Caja Rural-Seguros RGA) et Fernando Barcelo (Euskadi-Murias) prennent les fuyards en poursuite. Ce sont ensuite Geoffrey Bouchard (AG2R-La Mondiale) et Angel Madrazo (Burgos-BH), les deux premiers du classement de la montagne, qui s’enfuient à contre-temps. Tous les chasseurs reviennent sur la tête de course après quelques kilomètres d’ascension du Puerto de San Lorenzo (1ère cat., 10km à 8,5%). Au pied, Gianluca Brambilla (Trek-Segafredo) et Mikel Bizkarra (Euskadi-Murias) sortent à leur tour du peloton et parviennent à recoller ! Il y alors 22 coureurs en tête dans le premier des trois cols du jour. Le peloton ralentit enfin, après une première heure parcourue à 49km/h.

A l’approche du sommet, Bouchard et Madrazo s’attaquent. Le Français sort vainqueur de ce duel et passe leader virtuel du classement de la montagne! Lastra lâche prise dans l’ascension et l’échappée se reforme à 21 dans la descente. Il y alors 2’50” d’écart à ce stade. Jumbo-Visma conduit le peloton à une allure soutenue avant d’accorder plus de marge. Le mieux classé du groupe de tête est Knox, qui pointe à 18’42” du maillot rouge Primoz Roglic. Au pied de l’Alto de la Cobertoria (1ère cat., 8,3km à 8,2%), les fuyards bénéficient alors d’une avance de 4’24”. Le peloton réalise l’ascension à un train peu soutenu et laisse filer. L’échappée en profite et reste groupée, malgré les défaillances de Richeze, Padun et Arndt. Au sommet, Bouchard passe encore en tête devant Madrazo et conforte sa place de leader virtuel au classement de la montagne. Le peloton coupe le sommet à 7’02” des 18 coureurs encore en tête.

L’échappée s’attaque en vain dans la descente. C’est alors dans la portion de faux-plat montant qui mène au pied de l’ascension finale que le groupe se reconstitue. De Gendt, Gilbert, Seigle, Fuglsang et Bouchard s’en vont avant d’être rejoints par Geoghegan Hart, Sanchez, Knox, Conti et Barcelo. Tout est à refaire lorsque Cavagna, Madrazo, Erviti, Ghebreigzabhier et Brambilla reviennent. Ils sont alors encore nombreux à l’abord de l’Alto de la Cubilla (hors cat., 17,8km à 6,2%). A ce stade, le peloton pointe à près de neuf minutes! Dès les premiers pourcentages, Madrazo et Erviti s’écartent. Cavagna emmène le groupe jusqu’aux dix derniers kilomètres au service de ses leaders. Là, c’est Sanchez qui place une banderille. L’Espagnol est suivi par Knox, Brambilla, Fuglsang et Geoghegan Hart. Les autres sont battus.

Sanchez se met au service de son coéquipier, qui attaque à sept kilomètres du sommet. Fuglsang se détache alors avec Brambilla. Le Danois se défait de l’Italien et s’envole seul vers la victoire d’étape. Brambilla rentre dans le rang et c’est Geoghegan Hart qui s’isole en poursuite, mais en vain. Fuglsang signe, à 34 ans, la première victoire de sa carrière sur un Grand Tour! Geoghegan Hart est deuxième en retrait, devant Sanchez et Knox. Brambilla complète le top 5. Astana anime l’avant de la course, mais aussi à l’arrière lorsque Miguel Angel Lopez déclenche la bagarre des favoris. Le Colombien sort avec Tadej Pogacar, avant d’être rejoint par Primoz Roglic. Ces trois-là coupent la ligne ensemble, avec une vingtaine de secondes d’avance sur Alejandro Valverde. Leurs positions restent cependant inchangées au général avec, dans l’ordre, Roglic, Valverde, Pogacar et Lopez.

Le classement de la seizième étape :

Image

Le classement général après la seizième étape :

 Image

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Memorial Marco Pantani : Alexey Lutsenko encore gagnant !

La désormais traditionnelle épreuve en hommage au grimpeur illustre Marco Pantani, a une nouvelle fois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.