(c) Sirotti

Ben King : « La plus belle de ma carrière »

Ben King (Dimension Data) a signé sa première victoire sur un grand tour, ce mardi lors de la quatrième étape du Tour d’Espagne. Parti dans la bonne échappée dès le premier kilomètre de course, le coureur américain de 29 ans s’est présenté avec Nikita Stalnov (Astana) sous la flamme rouge et l’a devancé au sprint au sommet de la montée d’Alfacar.

Racontez-nous la montée finale. 

J’ai attaqué au pied de la dernière ascension pour faire le sprint intermédiaire, car à ce moment j’avais le général dans un coin de ma tête. Nous avons pris un petit écart alors nous avons poursuivi notre effort en mode contre-la-montre. Je ne savais pas à quel niveau j’étais par rapport aux autres coureurs de l’échappée, alors je pensais seulement à survivre en tête jusqu’au dernier moment, et là j’avais confiance en mon sprint. Je savais que si j’étais encore avec Stalnov à un kilomètre de l’arrivée, alors je pourrais le battre au sprint. Il a bien essayé de me convaincre de jouer le général. Il m’a dit qu’il roulerait avec moi seulement si je lui laissais l’étape, je lui ai répondu qu’il était fou !

Comment qualifiez-vous cette victoire ?

C’est la plus belle de ma carrière. C’est vraiment fantastique de se fixer un objectif en début de saison et de l’atteindre. J’avais dit au début de l’année que je voulais gagner une étape de grand tour. Je me suis entraîné pour ça, j’y ai cru sans relâche… J’ai fait tellement de sacrifices pour être ici et avoir cette opportunité, ma femme aussi a fait beaucoup de sacrifices. Je suis un peu sous le choc et en même temps, je veux remercier tout le monde dans l’équipe, ma famille, tous les gens impliqués de près ou de loin. Cette victoire est pour eux.

Avez-vous eu peur du retour de Pierre Rolland dans le final ? 

Je savais qu’il devrait faire un gros effort pour nous rejoindre. Pierre Rolland est un coureur de classe. Nous étions dans la même équipe auparavant, c’est un bon ami et un incroyable coureur, mais je savais qu’il devrait fournir un très gros effort pour revenir alors que moi je sauvegardais mon énergie. J’étais confiant à l’idée que s’il revenait sur nous, je pourrais faire la différence au sprint.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Esteban Chaves : « Il se passe toujours des choses surprenantes sur la Vuelta »

Esteban Chaves entrevoit le bout du tunnel. Le grimpeur colombien de poche revient sur la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.