(c) Zoé Soullard / Tour du Limousin

Tour du Limousin : Francesco Gavazzi sort du chaos, le général pour Benoît Cosnefroy

La dernière bataille ! Le 52e Tour du Limousin se terminait ce samedi, par une nouvelle étape accidentée, longue de 177,4 kilomètres entre Confolens et Limoges. Les concurrents de Benoît Cosnefroy ont bien tenté de renverser le général en lançant la course de loin, mais en vain. Le jeune Français remporte son premier classement général tandis que Francesco Gavazzi a levé les bras dans la préfecture de la Haute-Vienne. Arrivé deuxième, Guillaume Martin monte sur le podium final, juste derrière Lilian Calmejane.

Après une première tentative infructueuse, la deuxième est la bonne. Julien El Farès (Delko Marseille Provence) et Kristian Sbaragli (Israel Cycling Academy) s’en vont en duo sous le soleil limousin. L’Italien est 6e du général, mais le peloton ne réagit pas. Déjà vu à l’avant sur l’épreuve et auteur d’un bel effort lors de la deuxième étape, Morné van Niekerk (St Michel-Auber 93) sort en contre. Il est imité par Sergio Martin (Caja Rural-Seguros RGA). Les deux hommes se retrouvent et mènent la poursuite, alors que le peloton laisse filer. Ils parviennent à recoller après le premier sprint intermédiaire, que règle Sbaragli avant de se relever. Le peloton passe avec 4’45” de retard sur le trio El Farès-Martin-Van Niekerk et avale rapidement Sbaragli.

Les trois échappés restants ne présentant pas de danger, le peloton laisse complètement filer. Il y a alors 7′ d’écart au sommet de la Côte de Mortemart, première difficulté du jour, à 120 kilomètres du but. La différence excède même les dix minutes à 100 unités de la ligne, avant qu’Euskadi-Murias et Vital Concept-B&B Hotels n’orchestrent une réaction. L’allure s’accélère et les concurrents de Benoît Cosnefroy (AG2R-La Mondiale) ne tardent pas à se dévoiler. Le peloton se rapproche à six minutes à 80 kilomètres de l’arrivée avant une soudaine accélération. Le trio de tête n’est pas vraiment prévenu et reste sur le même rythme : la différence diminue alors à 4′ au pied de la Côte de Beausoleil, la dernière et plus difficile ascension du jour.

Les attaques fusent directement avec notamment Guillaume Martin (Wanty-Gobert), le 4e du général. AG2R-La Mondiale prend les commandes et maintient le groupe emmené par Martin à portée de fusil. Les audacieux sont alors vite revus. Sous l’effet des attaques, l’échappée ne compte plus que 2’50” de marge à 60 kilomètres de l’arrivée. C’est alors au tour de Lilian Calmejane (Total Direct Energie), le 2e du général, de placer une banderille, mais il se relève rapidement. Dès son retour au sein du peloton, Cyril Gautier (Vital Concept-B&B Hotels), Marco Minnaard (Wanty-Gobert), Olivier Le Gac (Groupama-FDJ) et Pierre Gouault (Natura4Ever-Roubaix Lille Metropole) s’en vont en chasse de la tête de course. Gouault est le mieux classé d’entre eux. Il pointe à 1’17” du maillot jaune.

AG2R-La Mondiale organise la poursuite et contrôle leur marge à l’entame des trois tours du circuit final, long de douze kilomètres. Le quatuor de chasse recolle à l’échappée dans la première boucle alors que Van Niekerk paye ses efforts et se fait décrocher. On retrouve alors Minnaard, Le Gac, Gouault, Gautier ainsi que El Farès et S. Martin en tête. Les attaques se poursuivent à leur trousse dans le deuxième tour tandis que le peloton approche à 30″. Romain Le Roux (Arkéa-Samsic) et Mauricio Moreira (Caja Rural-Seguros RGA) attaquent ainsi le groupe maillot jaune et rejoignent rapidement la tête. L’échappée reformée ne s’entend pas et s’attaque durement avant même l’entrée dans le dernier tour. La tâche des coéquipiers de Cosnefroy est ainsi facilitée. Ils arrivent à la cloche avec un écart stabilisé à 30″.

Les fuyards sont revus à dix kilomètres de l’arrivée, alors que les coureurs placés au général enchaînent les attaques. On voit alors à nouveau Guillaume Martin, Lilian Calmejane, puis Rui Vinhas (W52-FC Porto) tenter leur chance. Cosnefroy se retrouve isolé, mais résiste. Le maillot jaune ne quitte pas les premières positions et suit chaque attaque, jusqu’à dégoûter ses rivaux. C’est alors un homme distancé au général qui reçoit le feu vert : Anthony Pérez (Cofidis) s’en va seul à sept unités du but et va tenter de l’emporter en solitaire. Les équipes des sprinteurs Mikel Aristi (Euskadi Basque Country-Murias) et Kristian Sbaragli (Israel Cycling Academy) prennent la barre.

Pérez réalise un bel effort, mais se fait reprendre à 2,7 kilomètres de la ligne. C’est ensuite Quentin Pacher (Vital Concept-B&B Hotels) qui s’enfuit et emmène avec lui Rui Vinhas (W52-FC Porto), le 5e du général ! Le Portuguais pointe à seulement 28″. Les deux hommes passent ensemble sous la flamme rouge, mais se font avaler dans les derniers hectomètres. La dernière étape se joue finalement sur un sprint, marqué par une grosse chute, notamment de Vinhas et Aristi. C’est alors Francesco Gavazzi (Androni Giocatolli) qui sort du chaos et l’emporte aisément. Il devance Guillaume Martin sur une pointe, tandis que Cosnefroy remporte le général en terminant troisième. Au classement final, il devance Calmejane de 15″ et Martin de 17″.

Le classement de la dernière étape : 

Image
Le classement général final : 
1. Benoît Cosnefroy (AG2R-La Mondiale) en 18h14’14”
2. Lilian Calmejane (Total Direct Energie) à 15″
3. Guillaume Martin (Wanty-Gobert) à 17″
4. Mikel Aristi (Euskadi-Murias) à 20″
5. Rui Vinhas (W52-FC Porto) à 32″
6. Pierre Rolland (Vital Concept-B&B Hotels) à 34″
7. Sébastien Reichenbach (Groupama-FDJ) m.t.
8. Elie Gesbert (Arkéa-Samsic) m.t.
9. Julien Simon (Cofidis) à 40″
10. Pierre Idjouadiene (Natura4Ever-Roubaix Lille Metropole) à 41″

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Mondiaux : Les sélections confirmées

Les sélections se dévoilent une à une pour l’épreuve en ligne des championnats du monde. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.