(c) Sirotti

Tour des Alpes : Pello Bilbao ouvre le bal

Dans une courte mais néanmoins intense étape d’ouverture ce lundi, sur le Tour des Alpes, Pello Bilbao est allé chercher son premier succès depuis 2016, cela, comme un signe, un an après la victoire de son ancien coéquipier Michele Scarponi sur cette même épreuve. Le coureur basque a produit son effort dans la descente suivant l’ultime ascension de la journée, qui a bien émietté le peloton, et a ensuite réussi à conserver plusieurs secondes sur ses poursuivants dans la petite remontée finale. Il s’est d’ailleurs imposé devant son coéquipier Luis Leon Sanchez et le jeune Ivan Sosa (Androni-Sidermec) tandis que Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) a réglé le reste des favoris pour la quatrième place, à moins de dix secondes. Bilbao se pare évidemment du maillot de leader après cette victoire. 

Dans cette courte étape d’ouverture du Tour des Alpes 2018, 135 kilomètres au programme « seulement », il en faut une petite vingtaine pour voir l’échappée du jour prendre forme devant le peloton. Neuf coureurs parviennent à s’insérer dans le groupe de tête : Aleksejs Saramotins (Bora-hansgrohe), Natnael Berhane (Dimension Data), Alexey Rybalkin (Gazprom-RusVelo), Davide Ballerini (Androni-Sidermec), Matthias Krizek (Felbermayr-Simplon Wels), Pascal Eenkhoorn (LottoNL-Jumbo), Joan Bou (Nippo-Vini Fantini), Marco Friedrich (Tirol Cycling Team) et Alex Turrin (Willier-Triestina). Immédiatement, ce sont les équipes Sky et Groupama-FDJ qui se positiennent aux avants-postes du peloton pour contrôler l’écart, à environ deux minutes. Cet écart est maintenu pendant un bon moment avant que l’échappée ne prenne à peine plus de large à la mi-course, avec un avantage porté à trois minutes. Alors, dans la longue vallée menant au pied de l’ascension de Serrada, les coéquipiers de Chris Froome et de Thibaut Pinot continuent d’imprimer un rythme régulier afin de garder les fuyards à portée de fusil. En tête, justement, l’échappée perd deux éléments à l’entrée dans les quarante derniers kilomètres : Rybalkin et Friedrich.

Ce sont donc sept hommes qui, quelques minutes plus tard, se présente au pied du juge de paix de la journée : la montée de Serrada, longue (19,3 km) mais aux pourcentages relativement abordables (5,4% de moyenne), avec une seconde partie plus ardue que la première. En tête, dès les premières pentes, Natnael Berhane augmente quelque peu l’allure et condamne cette fois-ci Saramotins et Eenkhoorn. Dans le peloton, c’est la Groupama-FDJ qui se charge d’emmener à un rythme de plus en plus vif.  Finalement, après la première partie de la montée, on ne retrouve plus que cinq hommes en tête de course, avec un avantage réduit à quarante secondes sur un peloton où la sélection s’effectue tout doucement par l’arrière. Les coéquipiers de Thibaut Pinot haussent l’allure à une quinzaine de kilomètres du but, quand les pentes se durcissent, et il ne faut plus que quelques minutes avant que l’échappée ne doive rendre les armes. C’est le cas à environ douze bornes du but, soit environ six du sommet de la difficulté majeure de la journée. À la suite de ce regroupement, c’est Sébastien Reichenbach (Groupama-FDJ) qui part à l’offensive et contraint d’autres équipes à travailler. Le Suisse est contré par Giulio Ciccone (Bardiani-CSF) et repris par Pello Bilbao (Astana).

C’est finalement l’Italien qui se montre le plus costaud et qui prend ses distances avec les deux autres attaquants. Dans le peloton, c’est la Sky qui prend les rênes, mais cela n’empêche pas Thibaut Pinot, en personne, de passer à l’attaque.  Le Français prend quelques mètres mais ne peut réellement s’appuyer sur Reichenbach, à la limite, et continue donc de tester ses jambes pendant quelques instants. Toutefois, son ancien coéquipier Kenny Elissonde est à la planche en tête d’un peloton qui se réduit à une bonne vingtaine d’hommes et le Franc-Comtois doit couper son effort et retrouver sa place parmi les autres favoris. À 10 bornes, Ciccone se retrouve donc seul avec une petite marge de quinze-vingt secondes sur un petit peloton toujours maitrisé par la Sky. L’équipe britannique attend finalement le dernier kilomètre d’ascension pour clairement accélérer, par l’intermédiaire d’Elissonde. Le peloton explose et Chris Froome ne tarde pas à placer son attaque attendue, à quelques encablures du sommet. Seuls Thibaut Pinot, Domenico Pozzovivo et George Bennett parviennent à s’accrocher, mais la bascule se fait quelques instants plus tard, et un groupe de contre d’une demi-douzaine d’hommes, mené par Astana, peut faire la jonction.

Ciccone est avalé à la suite de ses multiples accélérations et c’est un groupe de près de 20 hommes qui se dirige vers la ligne. Dans la descente, Astana tente d’accélérer par l’intermédiaire de Pello Bilbao, qui prend d’ailleurs quelques mètres d’avance avant la remontée finale. Alors que l’organisation est brouillonne et peu efficace derrière lui, le Basque peut même prend près de dix secondes d’avance avant la flamme rouge. Derrière, Chris Froome tente d’emmener mais Bilbao conserve une belle avance à l’entrée dans les 400 derniers mètres, en légère montée. Ivan Sosa (Androni-Sidermec) tente le tout pour le tout avec une attaque à quelques hectomètres de la ligne, mais Luis Leon Sanchez (Astana) veille aux intérêts de son coéquipier en tête et l’accompagne. C’est de toute façon déjà trop tard. Bilbao ne faiblit pas dans le final et s’en va remporter cette première étape avec six secondes d’avance sur son acolyte Sanchez, qui bat Sosa au sprint. Dans la foulée arrive Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) qui prend la quatrième place devant tous les autres favoris de l’épreuve. 

Classement de la première étape

1 Pello Bilbao (Astana)
2 Luis Leon Sanchez (Astana) à 0’06
3 Ivan Ramiro Sosa (Androni – Sidermec – Bottecchia) m.t
4 Thibaut Pinot (Groupama – FDJ) à 0’10
5 Christopher Froome (Team Sky) m.t
6 Domenico Pozzovivo (Bahrain Merida) m.t
7 George Bennett (LottoNL-Jumbo) m.t
8 Giulio Ciccone (Bardiani – CSF) m.t
9 Ben Hermans (Israel Cycling Academy) m.t
10 Fabio Aru (UAE-Team Emirates) à 0’14

Général après la première étape

1 Pello Bilbao (Astana)
2 Luis Leon Sanchez (Astana) à 0’10
3 Ivan Ramiro Sosa (Androni – Sidermec – Bottecchia) à 0’12
4 Thibaut Pinot (Groupama – FDJ) à 0’20
5 Christopher Froome (Team Sky) m.t
6 Domenico Pozzovivo (Bahrain Merida) m.t
7 George Bennett (LottoNL-Jumbo) m.t
8 Giulio Ciccone (Bardiani – CSF) m.t
9 Ben Hermans (Israel Cycling Academy) m.t
10 Fabio Aru (UAE-Team Emirates) à 0’24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.