(c) Sportida_com / Tour of Slovenia

Tour de Slovénie : Pascal Ackermann le plus rapide

Comme attendu, c’est un sprint qui a conclu la première étape du Tour de Slovénie, ce mercredi. Néanmoins, la course a été très animée dans la dernière heure avant que l’emballage ne soit finalement réglé par un Pascal Ackermann (Bora-hansgrohe) très costaud, devant les Italiens Giacomo Nizzolo (Dimension Data) et Simone Consonni (UAE Team Emirates). L’Allemand décroche sa sixième victoire de l’année et se pare également du maillot de leader.

L’échappée du jour, dans cette première étape du Tour de Slovénie, se crée dès les toutes premières minutes. Trois coureurs du pays se projettent à l’avant et le peloton laisse partir : Aljaž Jarc (Adria Mobil), Matic Grošelj (Ljubljana Gusto Santic) ainsi qu’Aleš Pirih (Slovénie). Après une quinzaine de kilomètres, leur avance atteint les quatre minutes et c’est à cet instant que les équipes de sprinteurs commencent à pointer le bout de leur nez pour contrôler la situation. C’est plus particulièrement la Dimension Data de Mark Cavendish et Giacomo Nizzolo qui place un homme à rouler et l’écart est même réduit à trois minutes après 40 bornes de course. Puis, pendant une petite heure, la situation n’évolue plus. Ce n’est qu’à l’approche de la mi-course, au km80, que le paquet augmente encore un peu plus le tempo et revient à deux minutes du trio échappé.

Un trio qui n’est plus que duo à 70 kilomètres de la ligne, Aleš Pirih n’étant plus en mesure de suivre ses compatriotes en tête. Quelques minutes plus tard, c’est Grošelj qui cède à son tour et Jarc s’en va seul à l’abordage de la deuxième difficulté du jour, vers Planina. Il remporte naturellement le maximum de points au sommet, à 55 kilomètres du but, s’assure le maillot de meilleur grimpeur, tandis que Grošelj parvient à prendre la seconde place une grosse minute plus tard juste devant le peloton, où des attaques font irruption. Charles Planet (Novo Nordisk) s’y reprend à deux fois pour s’extirper, bientôt rejoint par Sebastian Schönberger (Neri Sottoli-Selle Italia-KTM). Mais les contres affluent et on retrouve également Diego Ulissi (UAE Team Emirates), Michael Schwarzmann (Bora-hansgrohe), Enrico Gasparotto (Dimension Data), Iuri Filosi (Delko Marseille Provence), Matteo Busato (Androni-Sidermec), Ildar Arslanov (Gazprom-Rusvelo), Matthias Krizek (Felbermayr-Simplon Wels), Francesco Manuel Bongiorno (Neri Sottoli-Selle Italia) à l’offensive.

Dans la descente qui suit le Grand Prix de la montagne, ces derniers se lancent donc à la poursuite de l’homme de tête, et le rattrapent d’ailleurs à environ 45 bornes de la ligne. C’est dès lors une toute autre course qui débute et les sprinteurs voient leur tâche se compliquer. Plus encore pour Mark Cavendish, à la peine sur le sommet de la difficulté et incapable de tenir sa place dans le peloton. Un peloton qui se voit rapidement repousser à plus d’une minute alors que l’échappée met un petit moment à mettre en place une vraie collaboration. Une fois effective, celle-ci leur permet de consolider leur avantage sur la meute des sprinteurs. À 25 kilomètres, l’écart est d’une petite minute puis quelques petites côtes se présentent sur la route des échappés, et certains décident d’en remettre une couche. C’est d’abord le cas de Schönberger et Busato, bientôt rejoints par Ulissi, Arslanov, Gasparotto et Schwarzmann.

Dans le peloton, la sélection s’effectue clairement suite au rythme de la Bahrain-Merida mais aussi de la Mitchelton-Scott. Et les choses s’enflamment quelque peu à une quinzaine de kilomètres de la ligne lorsque quelques leaders sortent eux-mêmes du paquet. Le peloton s’effiloche et de nombreux coureurs perdent contact. À la bascule, les coureurs s’en vont chercher une première fois la ligne d’arrivée et, le peloton revenant tout près, Schwarzmann décide d’attendre son leader Pascal Ackermann. Au passage sur la ligne, on ne retrouve donc plus que cinq hommes à l’avant : Ulissi, Arslanov, Gasparotto, Busato et Schönberger. Une dizaine de secondes derrière, le peloton temporise, se reforme et souffle quelque peu avant d’entamer les treize derniers kilomètres du jour. Un peu plus loin, sous le panneau des 10 bornes, le quintette compte 15 secondes sur un petit peloton alors emmené par Mitchelton-Scott et Bora-hansgrohe.

Le travail des deux formations citées est fructueux puisqu’un regroupement s’opère à six kilomètres malgré une belle résistance des cinq échappés. Le sprint se prépare alors, avec les coéquipiers de Pascal Ackermann, mais aussi ceux de Davide Cimolai (Israel Cycling Academy). Malgré tout, Žiga Ručigaj (Ljubljana Gusto Santic) tente sa chance en solitaire à un peu plus de deux kilomètres de la ligne. Sa tentative ne dure qu’une trentaine de secondes et UAE Team Emirates le ramène dans le rang avant la flamme rouge. Israel Cycling Academy prend un moment les rênes mais aucun train ne s’impose et le sprint est finalement lancé à 500 mètres par Luka Mezgec en personne (Mitchelton-Scott). Le Slovène ne surprend personne et c’est ensuite UAE qui tente de mettre sur orbite Simone Consonne. Sauf que c’est Pascal Ackermann qui déboule et qui s’en va, en costaud, remporter cette première étape. Giacomo Nizzolo et Simone Consonni, deuxième et troisième, ne peuvent que constater les dégâts.

Classement de la première étape

1 Pascal Ackermann (BORA – hansgrohe) t.m.t
2 Giacomo Nizzolo (Dimension Data)
3 Simone Consonni (UAE-Team Emirates)
4 Luka Mezgec (Mitchelton-Scott)
5 Andrea Vendrame (Androni Giocattoli – Sidermec)
6 Rui Oliveira (UAE-Team Emirates)
7 Grega Bole (Bahrain Merida)
8 Jérémy Leveau (Delko Marseille Provence)
9 Kristian Sbaragli (Israel Cycling Academy)
10 Umberto Marengo (Neri Sottoli – Selle Italia – KTM)

Général après la première étape

1 Pascal Ackermann (BORA – hansgrohe)
2 Giacomo Nizzolo (Dimension Data) à 0’04
3 Simone Consonni (UAE-Team Emirates) à 0’06
4 Diego Ulissi (UAE-Team Emirates) à 0’07
5 Aljaž Jarc (Adria Mobil) m.t
6 Matteo Busato (Androni Giocattoli – Sidermec) à 0’08
7 Matthias Krizek (Felbermayr – Simplon Wels) à 0’09
8 Luka Mezgec (Mitchelton-Scott) à 0’10
9 Andrea Vendrame (Androni Giocattoli – Sidermec) m.t
10 Rui Oliveira (UAE-Team Emirates) m.t

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour de Guangxi : Matteo Trentin en a « un peu marre d’être troisième »

A l’arrivée de la première étape du Tour de Guangxi, Matteo Trentin semblait déjà frustré …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.