© Sirotti

Patrick Bevin : “Une belle façon de commencer la saison avec CCC Team”

Même si on le savait doté d’une belle petite pointe de vitesse, Patrick Bevin n’était sans doute pas cité parmi les favoris du jour sur cette deuxième étape du Tour Down Under avec un plateau de sprinteurs extrêmement relevé. Le Néo-Zélandais, tout récent Champion national du chrono, ramène une sacrée belle victoire à sa formation CCC Team dans un sprint un peu désordonné où il a parfaitement su tirer son épingle du jeu.

Je pense que sur une arrivée comme celle-ci je peux jouer ma carte, expliquait-il lors de l’interview flash. J’arrive ici en bonne forme à l’évidence, j’étais hier dans l’échappée, ce qui m’a aussi permis de prendre des bonifications. Je ne vais pas non plus dire que gagner la deuxième étape était vraiment attendu mais ce type de finish difficile, à ‘faible’ allure me convient bien. J’ai pris une bonne ligne et (Luis Léon) Sánchez (qui a lancé son sprint de loin) m’a donné un bon point de mire et après… De ma position si je fini premier, je fini premier et si je me fais rattraper, c’est ainsi mais les jambes étaient bonnes.

Mes équipiers ont aussi fait un super travail. À 2 kilomètres de l’arrivée, quand il y en avait un peu partant, Fran (Francisco Ventoso) m’a repositionné dans les bonnes roues. Après je n’avais plus qu’à tracer ma voie dans le peloton. C’est une belle façon de commencer la saison avec CCC Team. C’est aussi ma première victoire WorldTour. C’est énorme“.

En plus de la victoire d’étape, Bevin s’empare du maillot de leader et profite même des 5” de bonifications glanées hier pour s’octroyer 5” d’avance sur Elia Viviani (Deceuninck – Quick Step) au général. Même si Bevin n’est pas vraiment un spécialiste de Willunga Hill, il y a tout de même terminé dixième en 2016 et avec la forme qu’il a en ce moment, rien ne dit qu’il ne soit pas capable de réaliser une performance similaire à celle de Daryl Impey l’an passé.

C’est encore une longue semaine. Nous avons eu deux étapes faciles et il faudra déjà voir demain. Ce sera une étape difficile. Avoir le maillot de leader va changer un peu la tactique. Nous allons avoir plus de pression mais nous sommes en bonne position pour tirer profit des quatre prochaines étapes“.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.