(c) Giro di Sicilia

Guillaume Martin : « C’est spécial pour moi de gagner à l’Etna »

Ils ne sont pas nombreux à avoir lever les bras au sommet de l’Etna. Mais Guillaume Martin fait désormais partie de ceux-là. Si ce n’est pas la première victoire du Français chez les pros (c’est la septième, ndlr), c’est en revanche la plus impressionnante, au moins au niveau du cadre. Le bouquet en lui-même, le grimpeur de la Wanty-Groupe Gobert est allé le chercher après une attaque très tranchante, mains en bas du guidon, à 1,5 kilomètre de l’arrivée. Personne n’a alors pu rester dans sa roue et l’ancien vainqueur du Tour de Toscane, du Circuit de la Sarthe et du Tour du Gévaudan passait volontiers au-delà de son relatif échec concernant la victoire finale.

« Je suis vraiment content, a-t-il assuré avant de monter sur le podium. Ce serait bête d’être déçu simplement car je manque la victoire au général. C’est quand même une victoire aujourd’hui ! C’est vrai que j’aurais aimé faire le doublé, et on a essayé avec l’équipe. On a fait une course offensive, on a emmené au début de l’ascension finale, puis Odd Christian Eiking a placé une belle attaque qui a forcé l’équipe Rally à travailler. Ensuite, j’ai attaqué à mon tour mais Brandon McNulty était vraiment très fort. Quand je l’ai compris, je me suis alors focalisé sur la victoire d’étape. J’ai essayé de bien jouer tactiquement, puis j’ai tout donné dans les derniers 1500 mètres, j’ai réussi et je suis très heureux ».

Son bonheur du jour résultait naturellement de la victoire, mais également du lieu loin d’être anodin où elle a été conquise. « C’est vrai que l’Etna est l’une de ces ascensions qui font partie de l’Histoire du cyclisme, a-t-il ajouté. Je suis aussi très heureux de gagner sur cette édition qui marque le retour du Tour de Sicile. J’ai également un lien particulier avec cette montée car j’étais ici même l’an passé pour un camp d’entraînement en altitude. Et j’ai également écrit un livre sur la philosophie et le cyclisme, dans lequel des philosophes comme Platon et Socrate montent l’Etna. C’est spécial pour moi de gagner ici. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.