© Sirotti

Tour de France : Rotterdam veut de nouveau un Grand Départ

La ville de Rotterdam veut de nouveau accueillir le Grand Départ du Tour de France. La dernière fois c’était en 2010 et ça avait coûté à la ville la bagatelle de 10 millions d’euros… pour 30 millions d’euros de retour direct sur investissement (sans parler des retours indirects). Autant dire que le jeu en vaut la chandelle dans un pays où l’amour de la petite reine est sans égal. Toutefois le projet est aussi stratégique avec la réaménagement d’une partie de la ville et la construction d’un nouveau stade que la municipalité veut mettre en valeur. Cette dernière sait toutefois que les prix risque d’être plus élevés qu’en 2010 et cherche donc aussi d’autres villes néerlandaises pour s’associer au projet. Ce devrait être entre 2023 et 2025. L’objectif reste comme en 2010 d’avoir un prologue à Rotterdam et le départ de la première étape.

Cette année là Fabian Cancellara avait remporté le prologue alors que la première étape le lendemain menait les coureurs de Rotterdam à Bruxelles (victoire de Alessandro Petacchi). Le Tour est repassé plus récemment à Rotterdam, en 2015. Le Grand Départ avait eu lieu à Utrecht avec un contre-la-montre (Rohan Dennis vainqueur) puis une étape entre Utrecht et la Zeeland, restée célèbre grâce aux bordures. Rotterdam était traversée en milieu d’étape pour rejoindre le front de mer.

À défaut d’avoir plus qu’une seule grande épreuve sur leur territoire, l’Amstel Gold Race (il y a aussi le BinckBank Tour, partagé avec la Belgique), les Pays-Bas sont friands de Grands Tours. Sur les dix dernières années ils ont organisés le Grand Départ de La Vuelta 2009 de Assen, le Grand Départ du Giro 2010 à Amsterdam et du Tour de France 2010 à Rotterdam, Le Grand Départ du Tour 2015 de Utrecht et enfin le Grand Départ du Giro 2016 d’Apeldoorn. Utrecht devrait aussi prochainement accueillir un Grand Départ de La Vuelta, peut-être en 2020 (lire ici), ce qui en ferait la première ville à avoir accueilli des étapes des trois Grands Tours puisqu’en 2010, lors du Grand Départ du Giro d’Amsterdam, la deuxième étape arrivait à Utrecht.

Paradoxalement, les routes néerlandaises sont parmi les moins adaptées aux courses cyclistes en raison des innombrables aménagements routiers… en partie destinés à favoriser la circulation des vélos dans la vie de tous les jours. C’est aussi l’une des raisons pour laquelle le Tour de France n’a pas l’habitude de s’éterniser lorsqu’il y organise un Grand Départ. Toutefois la Zeeland, outre le vent, a aussi l’avantage d’être majoritairement dépourvue de ces aménagements peu compatibles avec le cyclisme professionnel.

Source : Rijnmond

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.