EN DIRECT
© Sirotti

Romain Bardet : « Un Tour très ouvert »

Avoir été deuxième du Tour l’an passé, n’avoir que 26 ans et être Français n’est pas forcément un cadeau. Romain Bardet sait qu’il y a beaucoup d’attente sur ses épaules. Déjà il y a quelques jours il prévenait qu’il ne venait pas pour gagner le Tour de France. Une façon d’alléger la pression mais de manière générale le coureur d’AG2R est à l’aise avec celle-ci. Malgré sa deuxième place Bardet peut aussi s’appuyer sur le fait qu’il ne fait à priori pas partie des top favoris comme Christopher Froome (Team Sky), Richie Porte (BMC) ou encore Nairo Quintana (Movistar). Ce qui peut lui laisser plus de liberté. Mais jusqu’où pourra-t-il aller ?

Depuis le début du mois de juin, Bardet se refuse à afficher un objectif chiffré : « Les années se suivent et ne se ressemblent pas » commentait-il il y a quelques jours. Néanmoins l’Auvergnat arrive serein sur les routes du Tour. « Je pense avoir progressé par rapport à l’an passé, racontait-il ce matin en conférence de presse. Il y a des attentes qui sont supérieures. Je prend le départ de mon cinquième Tour de France, le quatrième où j’ai l’optique du classement général. Je sais à quoi m’attendre. Rappelez-vous l’an dernier, on avait annoncé que l’objectif à moyen terme était de faire un podium sur un Grand Tour. C’est venu dès l’an dernier et c’est tant mieux puisque ça a validé tout une démarche d’entraînement, de progression, de structuration de l’équipe. Maintenant on est arrivé à un rythme de croisière et l’objectif est d’être à ce niveau de performance année après année. Je prends cette attente comme une pression plutôt positive. On a la chance d’être énormément encouragé sur le bord des routes et on va s’en servir dans les moments difficiles »

Pour autant Bardet, fidèle à lui-même, à l’aise avec la pression mais refusant toujours poliment et avec le sourire d’en dévoiler trop, n’expliquera pas en quoi il se sent plus fort. Il pointera juste, en écho de ce que disait le directeur général de son équipe, Vincent Lavenu, les évolutions de son équipe AG2R La Mondiale. « L’équipe n’a jamais été aussi forte autant sur le plat qu’en montagne. Le déterminant du résultat brut n’est pas seulement la performance physique mais on a aussi dans l’équipe l’expérience nécessaire pour faire basculer les choses à notre avantage. » Il est vrai que depuis le podium de Jean-Christophe Péraud en 2014 (où Bardet avait fait sixième), l’équipe savoyarde bataille chaque année avec les meilleurs du classement général et se forge donc une solide expérience. En plus d’un recrutement judicieux avec Mathias Frank et Oliver Naesen par exemple, Bardet pourra s’appuyer sur une équipe de premier choix dans laquelle même l’absence de Mikaël Chérel pourrait être palliée par les récents gros progrès du nouveau Champion de France du contre-la-montre, Pierre Latour.

Bardet met aussi en garde contre un parcours qui favorisera plus les attaquants comme lui. « Ce n’est pas parce qu’il n’y a que trois arrivées au sommet qu’il n’y aura pas d’écarts sur les autres étapes, notamment celles arrivant en bas de descente. Il faudra bien se méfier de ça aussi. Je pense que ça peut justement pousser les favoris à être d’avantage entreprenant notamment dans la course puisqu’il y aura moins d’occasions d’attendre le schéma stéréotypé de la course de côte. Cela doit amener les favoris à bouger avant. le parcours est moins lisible, plus accidenté mais ça ne changera pas non plus du tout ou tout d’une année à l’autre. » Une donnée à ajouter au fait que comme le dit Bardet, « il y a une pléiade de favoris, il y a au moins dix coureurs qui joueront le général. Cette densité de prétendants devrait offrir un Tour très ouvert ». Un Tour où le rivalité entre les top favoris et notamment la rivalité Froome/Porte pourrait sourire au coureur AG2R et ce donc sur un parcours qui convient sans doute mieux à son profil offensif. Ce Tour s’annonce passionnant.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Elia Viviani : « Les gars ont été fantastiques »

La confiance est revenue chez Elia Viviani. À un peu plus de deux semaines du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.