(c) Route d'Occitanie

Route d’Occitanie : Ivan Sosa s’impose, Valverde fait de la résistance

Cette quatrième étape de la Route d’Occitanie reliait Arreau à l’Hospice de France sur un parcours montagneux de près de 173 kilomètres. Au programme, la Hourquette d’Ancizan, le Port de Balès et la montée finale vers l’arrivée. La course a été animée, et consacre finalement Ivan Sosa (Team INEOS), qui se montre le plus véloce dans le dernière rampe. Valverde conserve son maillot. 

Le départ réel est donné à 11h25 sous un beau soleil. La première côte arrive dès les premiers kilomètres, et la bataille fait rage pour prendre la bonne échappée. Alors que certains coureurs sont lâchés (Dernier, Holler, G.Navarro, Vaubourzeix, Le Cunff) et que les premiers abandons sont à décompter (Carstensen, Wolf, Baldo), un groupe d’une quinzaine de coureurs parvient à sortir au sommet de la bosse. Nous retrouvons alors José Joaquim Rojas (Movistar), Stéphane Rossetto (Cofidis), Sebastian Henao (INEOS), Julen Amezqueta (Caja Rural – RGA), Hubert Dupont et Nans Peters (AG2R – La Mondiale), Franck Bonnamour (Arkea – Samsic), Delio Fernandez (Delko Marseille), Oscar Rodriguez, Sergio Samitier et Fernando Barcelo (Euskadi – Murias), Pierre Rolland (Vital Concept – B&B Hotels), Francesco Romano (Bardiani CSF) et Hernan Aguirre (Interpro Cycling). Ils abordent la Hourquette d’Ancizan (10km à 7.8%) avec environ 1’20” d’avance. Derrière, Jonathan Hivert et Cyril Gautier sortent du peloton pour essayer de revenir, mais ils sont pointés à quasiment deux minutes et sont vite repris. A l’arrière de la course, un gruppetto se forme avec notamment Arnaud Demare, alors que devant Rossetto, Rolland et Peters décident d’attaquer et de partir à trois.

Le trio franchit le sommet avec une maigre avance, et c’est Rossetto qui passe en tête. Dans la descente, Peters est lâché et est repris par les poursuivants. Le duo de tête aborde donc la vallée avec environ une minute d’avance, et Rossetto passe également en tête de la côte de Capvern-les-Bains. A l’arrière de la course, les abandons se multiplient, alors que le peloton est toujours emmené par les formations Ineos et Movistar. Il pointe environ à 3’30” du duo de tête. Les kilomètres dans la plaine défilent, et le duo Rolland-Rossetto reprend du temps et aborde les contreforts du Port de Balès (19km à 6%) avec plus de 2’30 d’avance sur les poursuivants. Dans le groupe de chasse, la formation Euskadi-Murias décide de mettre un gros rythme, ce qui a pour effet de drastiquement réduire l’écart en quelques kilomètres. Plusieurs coureurs sont distancés, notamment Rojas et Romano. Le regroupement général s’opère à mi-pentes, et Oscar Rodriguez tente directement de partir. Il est contrôlé par Aguirre, mais cette accélération a pour effet de réduire encore le groupe de tête.

Alors que le peloton se rapproche, Pavel Sivakov (Team Ineos) sort en costaud. Le russe retombe quelques minutes plus tard sur Sebastian Henao, qui se sacrifie pour lui. En tête de course, Rodriguez et Peters parviennent enfin à s’isoler, mais ils assistent au retour de Sivakov juste avant le sommet. Hubert Dupont et Aguirre parviennent également à revenir, et ce groupe de tête aborde la descente avec une avance inférieure à la minute sur le groupe des favoris composé de seulement huit coureurs. Sont présents Valverde, Dunbar, Sosa, Carboni, Gallopin, Uran, Dombrowski et Pedredo. Au bas de la descente, ce groupe rattrape un Hernan Aguirre qui n’a pas réussi à suivre le rythme, alors que Madouas parvient quand à lui à revenir. Le désormais quatuor de tête compte alors 50 secondes d’avance. Sur des routes qu’il connait parfaitement, Pavel Sivakov assure la grande majorité du travail, et met Peters et Rodriguez dans la difficulté. Le coureur du Team INEOS fait forte impression, et résiste seul au rythme imposé par le groupe des favoris. A trois kilomètres du but, le trio de tête compte toujours 25 secondes d’avance.

Des pentes plus difficiles se profilent alors, et le trio est rapidement repris malgré un dernier essai solitaire de Rodriguez. Le groupe est toujours emmené par Dombrowski, qui a fait toute la montée en tête. La première attaque est l’oeuvre d’Ivan Sosa à  2 kilomètres de l’arrivée. Il démarre fort et creuse directement un écart conséquent. Seul Uran est capable de suivre, alors que Valverde tente de revenir progressivement. Le champion du monde parvient à réduire l’écart, mais Ivan Sosa relance une nouvelle fois à l’approche du final. Mais le vétéran espagnol a de la ressource, et parvient à recoller juste avant le sprint. Il semble toutefois un peu juste lors de l’ultime accélération de Sosa, qui démarre à 150 mètres de la ligne et s’impose devant Valverde et Uran. L’espagnol est toujours leader.

Le top 10 :

1 SOSA Iván Ramiro (Team INEOS)  4:54:47
2 VALVERDE Alejandro (Movistar Team)  ,,
3 URÁN Rigoberto (EF Education First) à 0:03
4 RODRÍGUEZ Óscar (Euskadi Basque Country – Murias) à 0:19
5 DOMBROWSKI Joe (EF Education First)  à0:24
6 GALLOPIN Tony (AG2R La Mondiale)  ,,
7 DUNBAR Eddie (Team INEOS) à 0:34
8 CARBONI Giovanni (Bardiani – CSF)  à 0:40
9 MADOUAS Valentin (Groupama-FDJ) à 1’24
10 PETERS Nans (AGR2R La Mondiale) à 1’31

Autres infos qui pourraient vous intéresser

VeloPro.fr change provisoirement de formule

Cela fait maintenant 5 saisons que VeloPro.fr vous propose tous les jours un suivi continu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.