(c) Route d'Occitanie

Route d’Occitanie : Arnaud Démare répond présent

Soutenu toute la journée par son équipe Groupama-FDJ, Arnaud Démare a conclu le gros travail de ses collègues ce vendredi dans la deuxième étape de la Route d’Occitanie. Grand favori en cas d’arrivée massive, le Picard a assumé son statut et décroché la victoire devant Chris Lawless (Team Ineos) et Moreno Hofland (EF Education First). Alejandro Valverde (Movistar) reste leader du général. 

Ce vendredi sur la Route d’Occitanie, quinze kilomètres sont suffisants pour voir l’échappée du jour de dessiner. Elle comprend Loïc Chetout (Cofidis), déjà à l’avant la veille, Kévin Le Cunff (St-Michel-Auber 93), Angelo Tulik (Total Direct Energie) et Clément Carisey (Israel Cycling Academy). Assez vite, le quatuor prend deux minutes d’avance, mais la formation Groupama-FDJ d’Arnaud Démare ne tarde pas à se positionner en tête de peloton pour maintenir les fuyards à portée de fusil. L’équipe Movistar du leader Alejandro Valverde met également un homme à rouler et l’écart est ainsi stabilisé autour des trois minutes après la première heure de course. Sur un parcours quelque peu accidenté, les hommes de tête vont chercher le premier des deux GPM de la journée après 60 bornes environ. Chetout passe en tête et conforte son maillot de meilleur grimpeur tandis que le peloton continue de naviguer à 3 minutes. À l’entrée dans les 100 derniers kilomètres, l’écart tombe même à deux minutes alors que Le Cunff récupère sa place dans l’échappée après une crevaison.

La Groupama-FDJ continue son travail dans la deuxième partie de course mais perd un homme en la personne de Roman Seigle, contraint à l’abandon. À l’avant, Chetout s’attache à passer en tête du deuxième GPM, à environ 80 kilomètres de la ligne, avant de se relever définitivement et d’attendre le peloton, pas loin derrière. À 70 bornes du but, on ne retrouve donc plus que trois échappés, à savoir Tulik, Le Cunff, Carisey, et leur avance s’amaigrit à 1’30. Au panneau indiquant les cinquante derniers kilomètres, l’écart est maintenu dans ces proportions. Les équipiers d’Arnaud Démare opèrent un tempo régulier et ne souhaitent pas revenir trop vite sur le trio. Ce n’est donc qu’à 35 bornes du but que l’avance des échappés se réduit à la minute. Mais les choses s’animent quelque peu alors que la pluie fait son apparition.

Thomas Vaubourzeix (Natura4Ever-Roubaix-Lille Métropole) et Lucas De Rossi (Delko Marseille Provence) sortent du peloton, bientôt imité par Yoann Paillot (St-Michel-Auber 93). Et les trois fuyards matinaux décident eux d’entamer, enfin, leur résistance. L’effet immédiat est visiblement. À 30 kilomètres de la ligne, l’écart remonte à 1’30. La Groupama-FDJ doit donc réellement s’employer pour s’assurer d’un sprint massif à l’arrivée. L’équipe de Marc Madiot réagit bien et au premier passage sur la ligne, à 27 bornes du but, l’écart repasse sous la minute. Pendant ce temps, Paillot revient lui sur Vaubourzeix et De Rossi en chasse. Ces intercalés ne parviennent toutefois pas à rejoindre les hommes de tête, qui conservent eux 50 secondes d’avance sur le peloton à l’entrée dans les 20 derniers kilomètres. Et les échappés matinaux font mieux que de résister. Cinq bornes plus loin, il y a encore une minute d’écart. La Groupama-FDJ comprend le danger et hausse clairement le ton grâce à des hommes plus frais. L’écart tombe ainsi à 30 secondes sous l’arche des dix derniers kilomètres et le sprint massif parait dès lors bien plus probable.

Les échappés lâchent leurs dernières forcent dans la bataille, mais la tendance est contre eux. À 7 kilomètres, l’écart est réduit à 20 secondes alors qu’il n’y a plus d’intercalés. La Groupama-FDJ travaille absolument seule jusque dans les quatre derniers kilomètres, mais la Delko Marseille Provence fait alors son apparition. De nouvelles formations viennent rouler dans le final et l’écart n’est plus que de dix secondes à trois bornes du but. Finalement, c’est sous la flamme rouge que le trio doit rendre les armes et la Groupama-FDJ prend les rênes pour Arnaud Démare. Dans un final sinueux, ça joue des coudes et une chute se produit sur la droite de la chaussée. Ramon Sinkeldam lance son leader parfaitement à 200 mètres de la ligne et Arnaud Démare, tout en puissance et en contrôle, parvient à contenir ses rivaux pour s’imposer. Il devance Christopher Lawless (Team Ineos) et Moreno Hofland (EF Education First). 

Classement de la deuxième étape

1 Arnaud Démare (Groupama – FDJ)
2 Chris Lawless (Team INEOS) t.m.t
3 Moreno Hofland (EF Education First)
4 Sacha Modolo (EF Education First)
5 David González (Caja Rural – Seguros RGA)
6 Evaldas Šiškevičius (Delko Marseille Provence)
7 José Joaquín Rojas (Movistar)
8 Julien Duval (AG2R La Mondiale)
9 Michael Bresciani (Bardiani – CSF)
10 Lorrenzo Manzin (Vital Concept – B&B Hotels)

Général après la deuxième étape

1 Alejandro Valverde (Movistar)
2 Eddie Dunbar (Team INEOS) à 0’04
3 Élie Gesbert (Arkéa Samsic) à 0’08
4 Tony Gallopin (AG2R La Mondiale) à 0’12
5 Iván Ramiro Sosa (Team INEOS) m.t
6 Rigoberto Urán (EF Education First) m.t
7 Alex Aranburu (Caja Rural – Seguros RGA) à 0’17
8 Rein Taaramäe (Total Direct Energie) à 0’20
9 Giovanni Carboni (Bardiani – CSF) à 0’44
10 Pavel Sivakov (Team INEOS) m.t

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour d’Espagne : Le direct de la 8e étape (Logroño > Alto de Moncalvillo)

Suivez le Tour d’Espagne 2020 en direct avec l’app VeloPro.fr sur votre mobile ou tablette …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.