(c) Sirotti

Liège-Bastogne-Liège : Jakob Fuglsang tient sa revanche, et son Monument

Troisième de l’Amstel Gold Race, deuxième de la Flèche Wallonne, Jakob Fuglsang a remporté le titre tant attendu ce dimanche, sur Liège-Bastogne-Liège. A l’attaque dans la Côte de la Roche-aux-Faucons, le Danois a écrasé ses rivaux sur les pourcentages les plus violents de l’ultime difficulté. Il s’est ensuite envolé, à 34 ans, vers le gain de son premier Monument. Davide Formolo a pris la deuxième place, devant un premier groupe de chasse réglé par son coéquipier Maximilian Schachmann. 

Le départ est donné dans le froid, sous une pluie intense. Cela ne décourage pas les coureurs offensifs qui se lancent directement à l’assaut de la Doyenne. Julien Bernard (Trek-Segafredo), Tobias Ludvigsson (Groupama-FDJ), Andrea Pasqualon (Wanty-Gobert), Jérémy Maison (Arkéa-Samsic) et Dries Van Gestel (Sport Vlaanderen-Baloise) sont les premiers attaquants du jour. Le dernier cité ne tient pas le choc et laisse très rapidement filer l’échappée à quatre unités. Derrière, un premier duo de poursuite se dégage avec Kevin Deltombe (Sport Vlaanderen-Baloise) et Mathijs Paasschens (Wallonie-Bruxelles). Ces deux-là effectuent rapidement la jonction pour porter à six le nombre d’échappés. Ce sont ensuite Kenny Molly (Wallonie-Bruxelles) et Lilian Calmejane (Total Direct Energie) qui partent à contre-temps. Ils rallient la tête de course après un bel effort : au bout de 25 kilomètres, l’échappée est alors constituée de huit coureurs. Le peloton évolue lui à une allure très modérée, et concède rapidement un écart conséquent. A ce stade, il y a déjà 7’25”.

L’échappée prend jusqu’à 10’35” de marge au km40. Là, le peloton orchestre une première réaction sous l’impulsion des Deceuninck-Quick Step, et notamment Rémi Cavagna. Lotto Soudal place également Sander Armée. Les fuyards sont alors ramenés à 6’40” au sommet de la Côte de la Roche-en-Ardennes (2,8km à 6,2%), la première des onze ascensions du jour. L’écart tombe jusqu’à 5’55”, avant que le peloton ne décide de redonner de la marge aux fuyards. Ces derniers en profitent et prennent jusqu’à 8′ d’avance au pied de la Côte de Saint-Roch (1km à 11,2%), à 135 kilomètres du but. Le peloton réalise alors l’ascension à vive allure, et se rapproche à 7’15” au sommet, alors que plusieurs coureurs commencent à lâcher prise. Les formations Lotto Soudal et Deceuninck-Quick Step conduisent toujours le paquet. L’accélération se confirme ensuite. En trente kilomètres, les deux formations belges ramènent la tête de course à moins de quatre minutes. Cette forte accélération casse même le peloton. Alejandro Valverde (Movistar) est notamment piégé. Le champion du monde s’arrête et décide d’abandonner.

Sous une pluie toujours bien présente, les échappés voient le peloton fondre sur eux. Ils attaquent la Côte de Mont-le-Soie (1,7km à 7,9%), avec seulement 2’15” de marge alors qu’il reste encore 95 kilomètres. Jérémy Maison craque dans l’ascension et laisse l’échappée poursuivre à sept coureurs. Julien Bernard attaque pour passer le sommet en tête, et prolonge son effort. Comme le peloton se rapproche à 1’40”, le Français décide de se lancer dans un cavalier seul. Il attaque alors la Côte de Wanne (3,6km à 5,1%) avec 15″ d’avance sur ses anciens compagnons de fuite et 1’20” sur le premier peloton. Il passe une nouvelle fois en tête au sommet, avec un écart inchangé, alors que le peloton avale Kevin Deltombe.

Bernard passe sans encombre la difficile Côte de Stockeu (1km à 12,5%), puis celle de la Haute Levée (3,6km à 5,6%). Au contraire, cette dernière marque la fin de l’échappée pour Lilian Calmejane et Andrea Pasqualon qui se font reprendre. Non loin, le peloton revoit ensuite Kenny Molly, Tobias Ludvigsson et Mathijs Paasschens. Là, un groupe d’une vingtaine de coureurs parmi lesquels Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step) ou Greg Van Avermaet (CCC) se dégage du peloton. Dernier rescapé de l’échappée initiale, Julien Bernard en fait les frais. Il est repris au km185 après son joli numéro. Le peloton réagit rapidement et reprend les fuyards, il n’y a plus d’échappée au pied du Col du Rosier (4,4km à 5,9%).

Omar Fraile (Astana) et Tanel Kangert (EF) se lancent alors à l’attaque, à 65 kilomètres du but. Ils sont pris en chasse par un groupe de huit coureurs. La jonction s’effectue dans l’ascension : Bjorg Lambrecht (Lotto Soudal), Benoît Cosnefroy (AG2R-La Mondiale), Damiano Caruso (Bahrain-Merida), Michael Albasini (Mitchelton-Scott), David De La Cruz (Sky), Winner Anacona, Carlos Verona (Movistar) et Alessandro De Marchi (CCC) garnissent alors la tête de course. Cet imposant groupe est pris en chasse par la Deceuninck-Quick Step, qui n’a pas de représentant à l’avant. Ils passent le Col du Maquisard (2,5km à 5%) ensemble et se présentent au pied de la Côte de La Redoute (2km à 8,9%) avec 40″ d’avance.

L’ascension mythique, la 9e de la journée, condamne Anacona, Verona et Albasini dans le groupe de tête. A l’arrière, Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step) montre ses limites sur les pourcentages les plus violents, mais s’accroche. Kangert profite lui des passages sévères pour attaquer ses compagnons de fuite et fait la bascule au sommet avec 5″ d’avance. Le peloton est alors pointé à 40″. Voyant que ses poursuivants ne recollent pas, l’Estonien prolonge son effort et relègue le groupe de chasse à 20″. Ce dernier est finalement avalé par le peloton, à 27 kilomètres du but. Kangert se maintient alors seul en tête, avec 20″ de marge sur le peloton, au pied de la Côte des Forges (1,3km à 7,8%). Patrick Konrad (Bora-hansgrohe) attaque à son tour et rejoint l’Estonien en tête. Après le sommet de cette avant-dernière difficulté, Tim Wellens (Lotto Soudal) et Daryl Impey (Mitchelton-Scott) se lancent en poursuite du duo. Ils effectuent la jonction à 21 kilomètres de la ligne pour former un quatuor en tête.

Derrière, l’équipe Astana, en surnombre, impose un train soutenu. Le quatuor de tête est repris juste après le pied de la Côte de la Roche-aux-Faucons, la dernière difficulté du jour. Jakob Fuglsang (Astana) place alors une attaque décisive. Il est suivi par Michael Woods (EF) et Davide Formolo (Bora-hansgrohe). Sur les pourcentages les plus sévères, le Danois se débarrasse d’abord de Woods, puis de Formolo et s’envole vers le sacre à 15 kilomètres de la ligne. Malgré une petite frayeur dans la dernière portion descendante, Fuglsang n’a pas été inquiété et rallie l’arrivée en vainqueur. 27″ après le Danois, Davide Formolo prend le premier accessit. Le groupe de poursuite a été réglé par Maximilian Schachmann pour la troisième place. Adam Yates signe alors une belle quatrième place, devant Michael Woods et David Gaudu.

Le top 20 de Liège-Bastogne-Liège : 
1. Jakob Fuglsang (Astana) en 6h37’37”
2. Davide Formolo (Bora-hansgrohe) à 27″
3. Maximilian Schachmann (Bora-hansgrohe) à 57″
4. Adam Yates (Mitchelton-Scott) m.t.
5. Michael Woods (EF) m.t.
6. David Gaudu (Groupama-FDJ) m.t.
7. Mikel Landa (Movistar) m.t.
8. Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida) à 1′
9. Dylan Teuns (Bahrain-Merida) à 1’05”
10. Wout Poels (Sky) à 1’26”
11. Tim Wellens (Lotto Soudal) à 1’29”
12. Michal Kwiatkowski (Sky) m.t.
13. Patrick Konrad (Bora-hansgrohe) m.t.
14. Jay McCarthy (Bora-hansgrohe) m.t.
15. Carlos Betancur (Movistar) m.t.
16. Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) m.t.
17. Laurens De Plus (Jumbo-Visma) m.t.
18. Tadej Pogacar (UAE-Team Emirates) m.t.
19. Guillaume Martin (Wanty-Gobert) m.t.
20. Daniel Martinez (EF) m.t.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

VeloPro.fr change provisoirement de formule

Cela fait maintenant 5 saisons que VeloPro.fr vous propose tous les jours un suivi continu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.