Grand Prix de Denain : Mathieu van der Poel dompte les pavés et la concurrence

Dans un Grand Prix de Denain remanié, et enfin riche des vingt kilomètres de pavés déjà prévus l’an passé – avant modifications dues à la météo -, c’est le prodige néerlandais Mathieu van der Poel qui est allé s’imposer en solitaire, le tout après une superbe démonstration. Visiblement aucunement gêné par son impressionnante chute sur la Nokere Koerse, mercredi, le champion des Pays-Bas a accéléré une première fois à 40 kilomètres de l’arrivée, rejoignant l’échappée matinale où figurait deux coéquipiers, avant de faire la différence dans le tout dernier secteur de la journée, à huit bornes de la ligne. Le champion du monde de cyclo-cross a ensuite tenu en respect, jusqu’à la ligne, un petit peloton d’une quarantaine d’unités réglé par Marc Sarreau (Groupama-FDJ) devant Timothy Dupont (Wanty-Groupe Gobert). Mathieu van der Poel remporte son deuxième succès de l’année sur route, après une étape du Tour d’Antalya, et met surtout tout le monde en garde à l’approche des grandes Classiques Flandriennes à venir…

Sur ce Grand Prix de Denain nouvelle formule, c’est un large groupe d’échappés, comptant pas moins de quinze coureurs, qui se forme à l’avant dans les trente premiers kilomètres de course. On retrouve alors en tête Tom Wirtgen (Wallonie-Bruxelles), Quentin Jauregui (AG2R-La Mondiale), Thibault Guernalec, Maxime Daniel (Arkéa-Samsic), Damien Touzé (Cofidis), Lasse Norman Hansen, Jimmy Janssens (Corendon-Circus), Przemyslaw Kasperkiewicz (Delko Marseille Provence), Mathieu Burgaudeau, Alexandre Pichot (Direct Energie), Guillaume Boivin, Mihkel Räim (Israel Cycling Academy), Stijn Steels (Roompot-Charles), Piet Allegaert (Sport Vlaanderen Baloise) et Bart De Backer (Vital Concept-B&B Hotels). Dans un premier tiers de course peu fourni en pavés (un seul secteur), le peloton muselle les échappés sous la minute pendant un petit moment avant de laisser l’écart grimper à deux minutes, à l’entrée dans la deuxième boucle. Dans celle-ci, les secteurs bien connus de Wallers et d’Haveluy sont franchis, puis les coureurs en finissent avec ce deuxième circuit. Reste alors près de 110 kilomètres à parcourir et neuf secteurs à franchir.

Le peloton entame dès lors la troisième boucle, longue de quarante kilomètres, avec un retard réduit à 1’30 par les formations Wanty-Groupe Gobert et Groupama-FDJ. Stijn Steels abandonne lui sa place à l’avant à la suite d’une crevaison et doit réintégrer le paquet. Dans ce troisième circuit, trois secteurs pavés sont franchis, ceux d’Avesnes-le-Sec, de Wasnes-au-Bac à Marcq-en-Ostrevant et d’Abscon. Aucun réel changement n’est observé et c’est avec une mage plus ou moins stabilisée que les 14 échappés s’en vont entamer le premier tour du circuit final, à près de 65 kilomètres de l’arrivée. Le peloton passe une bonne minute plus tard, mais sans Yoann Offredo (Wanty-Groupe Gobert), victime d’une chute et conduit à l’hôpital. La Groupama-FDJ garde les rênes et grignote encore un peu sur l’échappée dans le premier secteur de ce circuit final, celui d’Avesnes-le-Sec. Aussi, le peloton se réduit à une soixantaine de coureurs à cinquante bornes du but. Néanmoins, les équipiers de Marc Sarreau sont seuls à travailler face à une échappée dense qui continue d’être unie, même si elle perd Jaurégui.

Dans les deux derniers secteurs du circuit, ceux de Mastaing et Abscon, la Groupama-FDJ voit enfin d’autres équipes remonter et montrer le bout de leur nez, dont la Trek-Segafredo et Corendon-Circus. Et justement, sur le second secteur cité, le Luxembourgeois Alex Kirsch lance les hostilités. Il est immédiatement prise en chasse par le champion des Pays-Bas Mathieu van der Poel, et les deux hommes se font la malle. En l’espace de quelques minutes, le duo parvient à rejoindre les échappés, où Van der Poel retrouve deux solides équipiers qui se mettent immédiatement au travail. Derrière, au sein du peloton, c’est la Roompot-Charles de Lars Boom qui prend ses responsabilités. Néanmoins, à l’entame du dernier tour (33 km), les treize échappés matinaux, désormais accompagnés de Kirsch et Van der Poel, comptent tout de même trente secondes d’avance. Dans les kilomètres qui suivent, la Roompot-Charles a beau faire le forcing, la tendance reste en faveur de l’échappée, qui augmente même son avance ! Il faut la rescousse de l’équipe AG2R-La Mondiale pour stabiliser l’écart, voire le réduire quelque peu avant le premier des trois secteurs du circuit. Celui-ci, à Avesnes-le-Sec, se présente à 22 bornes du but et le groupe de tête l’entame avec un peu plus de 20 secondes d’avance. Et la course explose dès lors de toutes parts.

Le peloton, mené grand train par la Roompot-Charles, se scinde dès les premiers pavés tandis que les coéquipiers de Mathieu van der Poel livrent leurs dernières forces pour leur leader avant de s’écarter. Mais c’est Kirsch qui accélère en tête, alors que derrière, Marc Sarreau produit une énorme accélération pour tenter de faire la jonction avec la tête de course. Le jeune homme de la Groupama-FDJ maintient un gros effort pendant l’entièreté du secteur, mais à la sortie, il compte encore 8-10 secondes de retard sur le groupe van der Poel-Kirsch. Il décide alors d’attendre la première partie du peloton, située à vingt secondes. À 15 bornes du but, neuf coureurs figurent encore en tête alors qu’une quarantaine d’unités viennent former un peloton de choses à 15-20 secondes. Kirsch et Van der Poel sont contraints de faire eux-même le tempo en tête. L’écart est alors maintenu jusqu’à l’avant-dernier secteur, à Mastaing, que Boivin entame en tête, mais où Van der Poel produit une nouvelle accélération qui écart tout le monde sauf Kirsch et Raïm ! Derrière eux, le reste de l’échappée est avalé par le peloton. À 10 bornes du but, l’écart est encore de dix secondes en faveur de ce trio, qui peut entamer le dernier secteur, de 1200m, en tête.

Mathieu van der Poel l’entame en tête, mais n’accélère que dans la seconde moitié et en ressort finalement seul, à 8 kilomètres de la ligne. Se présente alors un ultime contre-la-montre pour le champion des Pays-Bas, dont l’avance est alors 10 secondes sur Raim, Kirsch et … Vandenbergh, sorti du peloton, pointé lui à 20 secondes. À 5 kilomètres, les écarts sont relativement stabilisés, et même si le peloton revoit le trio de poursuivants, Mathieu van der Poel continue de dégager une belle puissance. À trois bornes du but, le coureur de la Corindon-Circus compte encore 20 secondes sur le peloton, mal organisé et surtout en manque d’effectif pour mener une chasse efficace. Alors, c’est finalement avec une marge suffisante que Van der Poel passe sous la flamme rouge. Il continue toutefois de se livrer pleinement jusqu’au bout, si bien qu’il vient à passer la ligne avachi sur son vélo, complètement exténué. Il parvient tout de même à lever un bras et à célébrer un superbe succès, acquis quelques secondes devant un peloton réglé par Marc Sarreau (Groupama-FDJ) et Timothy Dupont (Wanty-Groupe Gobert). 

Classement

1 Mathieu van der Poel (Corendon – Circus)
2 Marc Sarreau (Groupama – FDJ) à 0’03
3 Timothy Dupont (Wanty – Groupe Gobert) m.t
4 Matteo Moschetti (Trek – Segafredo) m.t
5 Emiel Vermeulen (Natura4Ever – Roubaix Lille Métropole) m.t
6 Justin Jules (Wallonie-Bruxelles) m.t
7 Pierre Barbier (Natura4Ever – Roubaix Lille Métropole) m.t
8 Bram Welten (Arkéa Samsic) m.t
9 Samuel Dumoulin (AG2R La Mondiale) m.t
10 Romain Cardis (Direct Energie) m.t

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour d’Espagne : Le direct de la 15e étape (Mos > Puebla de Sanabria)

Suivez le Tour d’Espagne 2020 en direct avec l’app VeloPro.fr sur votre mobile ou tablette …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.