Grand Prix de Zottegem : Piotr Havik l’emporte en costaud

Au terme d’une course débridée autour de Zottegem, ce mardi, le Néerlandais Piotr Havik (Beat Cycling Club) a fait parler sa puissance pour se détacher en solitaire dans le dernier tour de circuit. Profitant d’abord d’un secteur pavé pour rejoindre le trio de tête, il est ensuite parvenu à s’isoler grâce à trois derniers kilomètres effectués à toute allure. Il s’est alors imposé en solitaire, quelques longueurs devant Andre Greipel (Arkéa-Samsic) qui a pris la deuxième place au sprint devant Christophe Noppe (Sport Vlaanderen-Baloise). 

Les premiers kilomètres de cette édition 2019 du Grand Prix de la ville de Zottegem sont particulièrement nerveux. Les tentatives d’échappées sont d’ailleurs toutes neutralisées lors des vingt premières bornes, et c’est alors une chute, incluant notamment Jimmy Turgis (Vital Concept-B&B Hotels) qui vient décanter la course. Elle scinde en effet le peloton en plusieurs morceaux et un premier groupe se retrouve très vite avec une demi-minute d’avance. Plusieurs équipes sont sur-représentées et le rythme ne décroit pas. À l’entame du premier des huit tours du circuit local, comprenant le secteur pavé de Lippenhovenstraat et la côte de Grotenbergestraat, la trentaine d’hommes échappés obtient même plus d’une minute d’avance sur le second peloton. En poursuite, ce sont principalement les formations Total Direct Energie et Cofidis, piégées par la cassure, qui se chargent d’imprimer le tempo. Un véritable duel s’installe donc entre les deux premiers groupes sur la route. À l’avant, les formations Wanty-Groupe Gobert, Corendon-Circus, Israel Cycling Acadmy sont les plus entreprenantes et maintiennent un gros tempo. Et si dans un premier temps, le deuxième peloton parvient à se rapprocher à seulement une trentaine de secondes, il plafonne ensuite aux environs de la mi-course et se montre incapable de combler les ultimes hectomètres.

Alors, à cinq tours de l’arrivée, soit un peu plus de 90 kilomètres, le groupe mené par les équipes françaises est repoussé à quasiment deux minutes ! À l’avant, néanmoins, la coopération n’est plus optimale et plusieurs coureurs s’extraient à la faveur des différentes difficultés. Ils sont d’abord neuf, bientôt rejoints par dix autres pour former, a priori, l’échappée décisive : Tom Devriendt, Frederik Backaert, Jérôme Baugnies (Wanty-Gobert), Joeri Stallaert, Roy Jans, Gianni Vermeersch Otto Vergaerde (Corendon-Circus), Benjamin Perry, Mihkel Räim, Zakkari Dempster (Israel Cycling Academy), Clément Russo, André Greipel (Arkéa-Samsic), Mathijs Paasschens, Aksel Nommela (Wallonie-Bruxelles), Piotr Havik (BEAT Cycling Club), Alex Colman (Canyon dhb p/b Bloor Homes), Christophe Noppe, Dries Van Gestel (Sport Vlaanderen-Baloise), Cyrille Thiery (Suisse) et Michiel Dieleman (Cibel). Dès lors, l’entente redevient bonne et efficace à l’avant, tandis que le second « peloton », également très réduit, coince à plus d’une minute et trente secondes. À trois boucles du terme, soit peu avant les cinquante derniers kilomètres, la gagne semble promise au groupe de tête, où les coureurs de la Wanty-Groupe Gobert sont particulièrement actifs. Un tour plus tard, l’écart est maintenu à plus d’une minute sur le second peloton et les premières offensives peuvent ainsi débuter à l’avant.

La première est l’oeuvre de Frederik Backaert, mais le rouleur belge voit sa tentative assez rapidement neutralisée. C’est alors son compère Tom Devriendt qui passe à son tour à l’attaque peu avant le dernier tour de circuit. Il est d’abord pris en chasse par Ben Perry, mais les deux hommes rentrent finalement dans le rang peu après l’entame de la dernière boucle locale grâce au travail de la Corendon-Circus et d’Arkéa-Samsic. La bagarre pour la victoire du jour est en tout cas clairement lancée et les attaques se succèdent parmi la quinzaine de coureurs de tête. La plus franche est l’oeuvre de Vermeersch, Dempster et Jarrier à près de huit kilomètres de la ligne. Le Français tient le coup cinq minutes mais se fait décrocher dans l’ultime secteur pavé et c’est alors Piotr Havik, auteur d’une belle attaque, qui le supplée à l’avant. Mais à peine revenu, à trois bornes de la ligne, le Néerlandais produit une nouvelle grosse accélération qui condamne d’abord Dempster, et c’est ensuite Vermeersch qui craque sous la puissance du coureur batave. Celui-ci se construit un avantage de 7-8 secondes sur le reste du groupe et s’emploie dans les deux derniers kilomètres pour le conserver. Ce qu’il fait admirablement, le tout pour s’imposer en solitaire, quelques instants devant Andre Greipel (Arkéa-Samsic) qui règle le sprint pour la deuxième place devant Christophe Noppe (Sport Vlaanderen-Baloise).

Classement

1 Piotr Havik (Beat Cycling Club)
2 André Greipel (Arkéa-Samsic)
3 Christophe Noppe (Sport Vlaanderen-Baloise)
4 Joeri Stallaert (Corendon-Circus)
5 Tom Devriendt (Wanty-Groupe Gobert)
6 Otto Vergaede (Corendon-Circus)
7 Mikhel Raim (Israel Racing Academy)
8 Aksel Nommela (Wallonie-Bruxelles)
9 Jérome Baugnies (Wanty-Groupe Gobert)
10 Cyrille Thiery (Suisse).

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Memorial Marco Pantani : Alexey Lutsenko encore gagnant !

La désormais traditionnelle épreuve en hommage au grimpeur illustre Marco Pantani, a une nouvelle fois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.