(c) Sirotti

Giro : Richard Carapaz ne cache pas ses envies de podium

Quatrième l’an passé, Richard Carapaz aborde le Giro 2019 avec une grande confiance. Pour sa dernière course préparatoire, il a remporté le Tour des Asturies, écrasant la concurrence lors de l’étape reine. La présence de Mikel Landa à ses côtés pour conduire la Movistar en Italie n’empêchait pas l’Equatorien d’afficher ses désirs de podium. « C’est un grand défi que j’aborde avec la volonté de me battre pour le podium. Il y aura de grands rivaux et cela rend la course encore plus excitante, se réjouissait-il auprès de Ciclo21. Personnellement cela me donne encore plus de confiance. J’aime me mesurer aux plus grands noms pour voir qui est le plus fort. J’ai une confiance totale et le but est de répéter ou de faire encore mieux que l’an dernier. »

Lire aussi > Mikel Landa : « J’ai vécu des mois difficiles, mais maintenant je me sens très bien »

Il faut dire que le grimpeur de 25 ans avait surpris son monde sur l’édition 2018 du Giro. Constamment à la lutte avec les meilleurs, il avait notamment remporté l’étape de Montevergine di Mercogliano. « Un sourire me vient lorsque je me souviens de cette étape. J’avais pu me battre avec les meilleurs et lever les bras sur la ligne. C’est la plus belle chose qui pouvait m’arriver, se souvenait-il avec émotion dans une vidéo tournée par la Movistar. J’imaginais une évolution différente pour ma carrière, je ne pensais pas être capable d’accrocher un tel succès si tôt. Je pensais plutôt réussir un ou deux ans plus tard. C’est arrivé plus tôt que prévu et ça a changé mon état d’esprit de coureur. »

Pour rivaliser cette année, Carapaz sait qu’il devra afficher des progrès lors des trois exercices chronométrés. L’an passé, il avait concédé une minute d’entrée sur les 10 kilomètres du premier chrono disputé à Jérusalem et près de trois sur les 34,2 kilomètres du second. « La dernière semaine du Giro présente de longues ascensions, des pentes sévères. Les quatre derniers jours sont remplis de montagne, cela rajoute du piment. Il y aura également beaucoup de chronos, se méfiait-il finalement. J’ai fait beaucoup d’efforts pour m’y préparer. Comme ce n’est pas mon point fort, je sais que ça demande un travail supplémentaire. Avec trois chronos, il faudra être fort pour conserver ses chances au général. »

 

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.