(c) Sirotti

Bauke Mollema dénonce le comportement des motos sur la route du Giro

Bauke Mollema est remonté. Pas contre ses collègues coureurs, mais contre l’organisation de la course italienne. Dans un tweet posté après l’étape d’hier, le coureur de la Trek-Segafredo se plaint en effet de la proximité constante des motos avec le peloton, proximité pouvant provoquer un effet d’aspiration et donc permettre au peloton d’accélérer pour reprendre l’échappée. En plus de dénoncer ce fait de course, il s’interroge également sur les problèmes de sécurité que cela entraîne. C’est donc pour cela qu’il se réjouit publiquement de la victoire de Dario Cataldo, parti à l’avant dès le début de la course avec Mattia Cattaneo, et devançant au final de quelques secondes le premier groupe des favoris.

« Très content de la victoire de l’échappée, écrit-il. Sinon, le gagnant aurait dû envoyer des fleurs aux motos de la télévision, qui restaient toujours 10 ou 30 mètres devant le peloton. Sérieusement l’UCI, est-ce une course WorldTour ? Ou alors la sécurité et le fair-play sont quelque chose de secondaire en Italie ? »

Recevant de nombreuses réponses, le néerlandais précise dans le tweet suivant qu’il n’est pas le seul à porter cette opinion, et que de nombreux coureurs et de nombreuses équipes se sont déjà plaints à ce sujet, sans résultats jusqu’à maintenant. Précisant qu’il n’a personnellement jamais bénéficié de l’aide des motos, il termine en demandant à ce que cette situation ne se reproduise plus, et en appel alors directement à l’UCI.

Il y a quelques semaines, Gianni Bugno, président de l’Association internationale des coureurs, pointait déjà ce problème. « La sécurité des coureurs est fondamentale, de même que le bon déroulement de la course. Les motos ne doivent alors pas influer sur le résultat de la course. Nous demandons une plus grande attention pour ce problème intolérable , qui engendre des risques pour la sécurité des athlètes et influence le déroulement des courses.  »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.