(c) Sirotti

Remco Evenepoel : « Je ne peux tout simplement pas y croire »

Remco Evenepoel lui-même avait du mal à réaliser la portée de son exploit au passage de la ligne. Le jeune phénomène belge venait, à 19 ans, de remporter la Clásica San Sebastián. Alors que Deceuninck-Quick Step semblait taillée autour du tenant du titre Julian Alaphilippe ou Enric Mas, c’est Evenepoel qui a surgi pour sa première course d’un jour au plus haut niveau. Le champion du monde juniors est sorti du peloton avec Toms Skujins à vingt kilomètres du but. Le duo s’est constitué un pécule de quarante secondes sur le plat avant d’entamer le redoutable Alto de Murgil. Evenepoel s’est alors défait de son compagnon de fuite sur les pourcentages les plus durs, tout en tenant la meute des favoris en respect. En tête au sommet, il a basculé dans la descente avec une marge inchangée pour aller cueillir la victoire en solitaire.

« C’est incroyable… Je ne peux tout simplement pas y croire, lâchait le jeune homme à l’arrivée. Peut-être que demain en voyant les images, je réaliserai que ce n’était pas un rêve. Je suis venu ici sans attente, on était là pour Julian. L’emporter, c’est juste fou. Je rêvais de gagner cette course une fois dans ma carrière et je l’ai fait pour ma première année chez les pros! C’est encore plus beau que mon titre de champion du monde. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour de France 2020 : Le direct de la 17e étape (Grenoble>Col de la Loze)

Suivez le direct du Tour de France 2020 avec l’app VeloPro.fr sur votre mobile ou …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.