(c) Sirotti

Mondiaux – Espoirs Hommes : Nils Eekhoff déclassé, Samuele Battistella empoche l’or

Les Espoirs se disputaient le titre mondial ce vendredi soir, sur 173 kilomètres entre Doncaster et Harrogate. Dans des conditions difficiles, les coureurs ont livré une course intense, sans aucun répit. Après qu’une échappée de douze coureurs a animé l’épreuve, la grande explication a débuté à cinquante kilomètres du but dans la montée de Greenhow Hill. Cette dernière a permis à un groupe d’une vingtaine d’hommes de s’enfuir, couronnant Nils Eekhoff à la pédale au terme d’une course folle. Samuele Battistella et Stefan Bissegger complétaient le podium, tandis que le local Tom Pidcock devait se contenter de la quatrième place. C’était avant que les commissaires de course ne décident de disqualifier Eekhoff. Tombé en début de parcours, le Néerlandais a été mis hors course pour un abri trop prolongé derrière sa voiture. L’or revenait alors sur tapis vert à Battistella devant Bissegger et Pidcock. 

Les coureurs s’élancent sous une pluie battante, dans le vent, à l’assaut du maillot arc-en-ciel. Les attaques fusent dès le départ, mais le peloton réprime les premières tentatives. C’est alors en plusieurs fois qu’un groupe de costauds parvient à s’extraire. Hviderberg et Haller sont les initiateurs du mouvement. Ils sont rejoints par Wright, Holstad, Kron et Dewulf puis Balfour, Jacobs, Covi, Healy, Aniolkowski, Van den Berg et Kelemen.

Alors qu’il avait initié le bon coup, Hviderberg est distancé sur crevaison et laisse les fuyards poursuivre à douze. Derrière, les Américains veillent au grain en tête de peloton et ne laissent jamais plus de 1’10” d’écart. Il n’y a alors que 50” de différence à 100 kilomètres du but ! Le peloton est étiré en poursuite et conserve l’échappée à distance respectable.

La situation est inchangée jusqu’à la principale difficulté du jour, la montée de Greenhow Hill, à 50 kilomètres de la ligne. L’échappée y explose et le peloton se rapproche. Ne reste plus en tête que Covi, Kron, Balfour et Dewulf, mais ils sont repris au sommet alors que l’allure s’accélère encore. Le peloton casse en deux et les Américains sont piégés ! Tout comme Jasper Philipsen, l’un des grands favoris du jour. Ils sont alors une bonne vingtaine d’hommes en tête. Le groupe s’entend et distance le peloton principal.

Sajnok et Andersen faussent d’abord compagnie au groupe au fruit d’une belle attaque et s’en vont en duo. Ils entrent en tête sur le circuit final d’Harrogate, long de 13,8 kilomètres à boucler deux fois. Derrière eux, le groupe de poursuite ne cesse de s’attaquer alors que le reste du peloton semble résigné. L’écart est mince et Battistella, Foss, Pidcock et Bissegger parviennent à reprendre le duo de tête. Les six coureurs échappés se présentent dans la ligne droite finale lorsqu’Andersen est victime d’un ennui mécanique. Ils ne sont alors plus que cinq à l’amorce du dernier tour, avec 16” d’avance sur le groupe de poursuite et 1’45” sur le peloton des battus.

Dans le dernier tour, un trio sort du groupe de poursuite avec Higuita, Eekhoff et Kron. Ces trois-là s’entendent parfaitement et profitent d’un moment de tergiversation des hommes de tête. Ils recollent sous la flamme rouge et portent à sept le nombre de candidats au sacre ! C’est alors Eekhoff qui règle un sprint très serré malgré une chute subie en début de parcours. Le Néerlandais devance Samuele Battistella et Stefan Bissegger. A domicile, Tom Pidcock échoue au pied du podium. Premier Français, Mathieu Burgaudeau se classe dixième en terminant dans le groupe de chasse.

Plus d’une demi-heure après la course, les commissaires décidaient de disqualifier Eekhoff pour un abri trop prolongé derrière sa voiture pour revenir après sa chute. Battistella montait alors finalement sur la première marche du podium, devant Bissegger et Pidcock. 

Le top 10 :

1. Samuele Battistella (Italie) en 3h53’52”
2. Stefan Bissegger (Suisse) m.t.
3. Thomas Pidcock (Grande-Bretagne) m.t.
4. Sergio Higuita (Colombie) m.t.
5. Andreas Kron (Danemark) m.t.
6. Tobias Foss (Norvège) m.t.
7. Pascal Eenkhoorn (Pays-Bas) à 38”
8. Mikkel Bjerg (Danemark) m.t.
9. Mathieu Burgaudeau (France) m.t.
10. Torjus Sleen (Norvège) m.t.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.