Tim Wellens : « J’ai pris beaucoup de risques »

Tim Wellens est décidément imprenable sur le Trofeo Serra de Tramuntana. Pour la troisième année consécutive, le coureur de la Lotto-Soudal a remporté cette manche spécifique du Challenge de Majorque. On pouvait toutefois le sentir venir. Cinquième jeudi, deuxième vendredi, le Belge de 27 ans avait déjà affiché sa belle forme au cours des deux premières courses de la compétition espagnole. Ce samedi, il a finalement réussi à allier tous les ingrédients pour conclure et ouvrir son compteur 2019. Sans doute aussi que la météo, très défavorable, ne l’a pas autant désavantagé que certains. « Je suis très très content, a-t-il souligné après son succès. Ce n’est jamais simple de gagner, mais aujourd’hui, il faisait très froid. J’en ai un peu souffert, comme tout le monde à mon avis. J’avais surtout très froid aux mains, à cause du vent et de la pluie également. Mais personnellement, je réalise de meilleurs résultats quand il fait froid que lorsqu’il fait chaud, donc ce n’était pas si terrible finalement ».

S’il n’a pas accompagné le vainqueur de la veille, Emanuel Buchmann (Bora-hansgrohe), lorsque celui-ci a démarré dans le Puig Major, il a toutefois réussi à la faveur de la descente et des premières rampes du dernier talus, à 15 kilomètres du but. C’est finalement peu après le sommet du Coll del Blenda, à cinq bornes de la ligne, qu’il s’est défait de l’Allemand : “Dans la dernière descente, j’ai pris beaucoup de risques et ça suffi pour empocher la victoire. Nous avions l’objectif de partir de Majorque avec au moins une victoire en poche. Nous n’avions pas ciblé le trophée d’aujourd’hui plus qu’un autre, mais l’équipe m’a super bien aidé aujourd’hui en faisant un gros rythme, ce qui m’avantage toujours. En tous cas, nous avons cette victoire dans l’équipe et demain nous pourrons tenter d’en décrocher une autre avec Jasper De Buyst.”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.