Bretagne Classic : Sep Vanmarcke s’impose en solitaire au terme d’une course palpitante

Journée radieuse pour cette édition 2019 de la Bretagne Classic anciennement nommée Grand Prix de Plouay. Les coureurs se sont joués la victoire sur les routes bretonnes autour de Plouay sur une distance de plus de 250km. La course a explosé à 60km de l’arrivée dans le premier secteur ribin, seuls les hommes forts étaient alors capables de suivre le rythme. Au fil des côtes, la sélection s’est fait par l’arrière. Le champion d’Europe, Elia Viviani, qui semblait être un des favoris du jour au vu du scénario de course, ne pourra finalement pas disputer la victoire. Un trio d’attaquants va plutôt se jouer la gagne avec Jack Haig (Mitchelton Scott), Tiesj Benoot (Lotto Soudal) et Sep Vanmarcke (EF Education First). C’est finalement Vanmarcke qui a lévé les bras, en attaquant à 800m de la ligne. 

Un quatuor français prend rapidement le large, composé d’Anthony Perez (Cofidis), Romain Sicard (Total Direct Énergie), Romain Combaud (Delko Marseille Provence) et Johan Le Bon (Vital Concept B&B Hotels). Ils possèdent plus de 10 minutes d’avance à 200 kilomètres de l’arrivée. C’est à 180km de l’arrivée que le peloton décide de commencer la chasse. Les coureurs débutent la traverser de petites routes à 130km de l’arrivée, l’écart est désormais de 6’ minutes pour les quatre hommes de têtes. C’est Laurens Ten Dam (CCC Team) qui impose un gros tempo à l’avant du peloton. À 100km de l’arrivée, l’équipe du vainqueur sortant Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale) fait chuter l’écart à 2’30’’.

Le regroupement général survient très tôt, une autre course débute alors à 75km de l’arrivée. A l’arrière, des équipiers sont déjà distancés. Benoit Cosnefroy (AG2R-La Mondiale) décide de placer une attaque tranchante en tête de peloton et celui-ci explose. Christophe Laporte (Cofidis) est distancé tout comme Bryan Coquard (Vital Concept B&B Hotels).

Le peloton explose à nouveau dans le premier secteur ribin. A l’avant, on aperçoit Sep Vanmarcke (EF Education First) ou encore Tim Wellens (Lotto Soudal). Une dizaine de coureurs sont victimes de crevaison. Le vainqueur sortant, Oliver Naesen est notamment piégé, tout comme Matteo Trentin (Mitchelton Scott). En tête de course, un groupe de cinq coureurs s’extirpent du peloton, sont alors présents : Benoit Cosnefroy, Rudy Molard (Groupama FDJ), Jack Haig (Mitchelton Scott), Simon Clarke (EF Education First) et Petr Vakoc (Deceuninck QuickStep). Mais les deux deniers athlètes sont distancés sur chute.

C’est au tour de Greg van Avermaet (CCC Team) de porter une attaque à 58km de l’arrivée, le champion olympique met en difficulté tout le monde et s’isole avec Florian Sénéchal (Deceuninck-Quick Step) qui ne collabore pas. Carlos Betancur (Movistar) revient sur le duo. Tout se recompose à nouveau en tête sous l’impulsion du Wolfpack qui roule pour Elia Viviani, encore présent en tête. Il reste alors 34 candidats à la victoire. L’Italien peut compter sur Mikkel Honoré, Florian Sénéchal et Bob Jungels. À 40km de l’arrivée, le champion d’Europe semble être emmené dans un fauteuil. Cinq kilomètres plus tard on indique un second peloton à 30″.  En tête de course c’est le champion du Luxembourg qui prend les commandes. Sans augmenter le rythme, il met en difficulté de nombreux coureurs.

Un trio essaie de rentrer de l’arrière, et quel trio ! Matteo Trentin, Oliver Naesen et Michael Valgren (Dimension Data) tentent de faire la jonction. Alors que le groupe est sur le point de recoller à l’arrière du groupe, Valentin Madouas (Groupama FDJ) attaque ! Tim Wellens relance à son tour. Elia Viviani est alors en difficulté dans la côte de Marta. Une vingtaine de coureurs composent le groupe de tête qui ne cesse de subir des attaques. Un trio s’échappe à nouveau, en facteur, avec Jack Haig (Mitchelton Scott), Tiesj Benoot (Lotto Soudal) et une nouvelle fois Sep Vanmarcke (EF Education First). Il n’y a pas de véritable entente dans le peloton. L’écart frôle la minute sous la cloche, à 14km de l’arrivée, et les favoris s’enterrent à l’arrière.

L’écart ne faiblit pas pour les 3 hommes de têtes. Ils vont se jouer la victoire sur cette 53ème édition de la Bretagne Classic. Derrière, Pierre-Luc Périchon (Cofidis) et Greg van Avermaet tentent de sortir pour une place d’honneur. Dans l’ultime ascension de la Côte de Ty Marrec, aucun coureur à l’avant n’ose se montrer. Vanmarcke choisit d’accélèrer à 800m de la ligne et personne n’est capable de le suivre. Il tient jusqu’au bout et devance son compatriote sur la ligne. Haig complète le podium. Auteur d’une course admirable, Benoit Cosnefroy termine septième.

Le top 10 de la Bretagne Classic :
1. Sep Vanmarcke (EF Education First) en 6h12’23”
2. Tiejs Benoot (Lotto Soudal) à 3″
3. Jack Haig (Mitchelton Scott) m.t.
4. Michael Valgren (Dimension Data) à 20″
5. Amund Grøndhal Jansen (Jumbo Visma) m.t.
6. Greg van Avermaet (CCC Team) m.t.
7. Benoit Cosnefroy (AG2R La Mondiale) m.t.
8. Tim Wellens (Lotto Soudal) m.t.
9. Florian Sénéchal (Deceuninck QuickStep) m.t.
10. Eduard Prades (Movistar) m.t.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.