Le podium de l'édition 2018. (c) Boucles Drome Ardèche

Romain Bardet : « Un grand plaisir »

C’est ce qu’on peut appeler un retour en fanfare. Romain Bardet n’a pas amusé la galerie pour sa reprise de la compétition, après une participation avortée à la Ruta del Sol, la semaine passée, faisant suite à un accident domestique ayant engendré une coupure sur l’avant-bras, près du poignet. C’est donc avec plusieurs points de suture – cachés par les manches longues nécessaires ce samedi – que le grimpeur auvergnat s’est présenté sur la Classic de l’Ardèche aujourd’hui. Cela n’a eu aucun impact sur sa performance, puisque ce sont ses jambes qui ont parlé dans l’avant-dernière difficulté du jour, lorsqu’il posé les bases de sa très belle victoire en solitaire.

“Depuis lundi [seulement], j’ai pu m’entraîner correctement, a-t-il exposé à La Chaine L’Equipe au pied du podium. J’avais donc fait pas mal de fraîcheur mais je ne savais pas où j’en étais. J’ai voulu tester les jambes après un gros travail collectif. Je tire d’ailleurs mon chapeau à Hubert [Dupont] et Nans [Peters], qui ont controlé la course à deux. Ensuite je me suis dit « il faut y aller ». Je ne pensais pas partir tout seul mais les jambes ont bien répondu donc j’en ai profité pour poursuivre l’effort et je savais que derrière, Alexis [Vuillermoz], Pierre [Latour], Cyril [Gautier], Mika [Chérel] et les autres feraient les joints pour ne pas que ça rentre. C’est super de ré-attaquer comme ça ».

Particulièrement décisif auprès d’un Tony Gallopin victorieux sur le Grand Prix La Marseillaise, il y a près d’un mois, Romain Bardet n’a donc finalement cumulé aucun retard au cours des semaines passées. Solide dans les montées ce samedi, c’est malgré tout dans la descente des Côteaux du Cornas qu’il a construit sa victoire, grignotant près de 30 secondes sur ses poursuivants. Quatre ans après son succès, également en solitaire, sur la Drôme Classic, Romain Bardet inscrit son nom au palmarès de l’autre épreuve des “Boucles Drôme Ardèche”.

“C’est un grand plaisir, a-t-il assuré. Ce sont les courses géographiquement les plus proches de la maison et j’ai à chaque fois envie de bien faire. On est vraiment soutenu, on est un peu l’équipe locale aussi avec beaucoup de Dromois. On prend du plaisir, on aime ces circuits et tant mieux quand ça sourit. Demain [sur la Drôme Classic], on va essayer de continuer sur la lancée avec deux nouveaux coureurs qui rentrent, en l’occurence Samuel Dumoulin qui l’a déjà gagné, et Axel Domont qui sera sur ses routes. On sera très motivé à l’idée de refaire une grosse course.” En attendant, grâce au succès de son leader, la formation terre-et-ciel peut savourer son sixième bouquet de l’année, déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.