(c) Sirotti

Romain Bardet : « Beaucoup plus de fraîcheur et d’envie »

C’est un Romain Bardet souriant et détendu que nous avons retrouvé à l’hôtel de la délégation tricolore ce vendredi soir. D’ordinaire leader de l’équipe AG2R, le grimpeur terre-et-ciel est l’un des trois atouts majeurs désignés de l’équipe de France pour l’épreuve en ligne des Mondiaux d’Innsbruck ce dimanche. Après un break de trois semaines consécutif au Tour de France, Bardet a repris du rythme au Tour d’Allemagne puis sur les courses d’un jour italiennes. Il a mis l’accent sur sa fraîcheur et sa motivation avant de se lancer à la conquête du maillot arc-en-ciel. « Je suis super content d’être là, avec l’équipe de France, de sentir un groupe motivé et déterminé sur ce qu’il y a à faire, a-t-il d’abord savouré. C’est une belle aventure : à nous de la remplir de succès dimanche. »

Romain Bardet : « Travailler ensemble en bonne intelligence »

En préparation du Mondial, Romain Bardet s’est notamment classé deuxième du Tour de Toscane il y a dix jours. Il mettait surtout l’accent sur sa préparation intense à domicile, loin de toutes compétitions. « Je me suis beaucoup entraîné, j’ai fait beaucoup d’entraînements à la maison, longs et intenses. Le carnet de courses n’était pas super adapté, il n’y avait pas de course par étapes montagneuse, donc il a fallu beaucoup travaillé à la maison pour compenser, a-t-il détaillé. Du coup, je pense que j’ai beaucoup plus de fraîcheur et d’envie que d’habitude. On aura la réponse dimanche et après le Tour de Lombardie pour voir si c’était la meilleure préparation. »

Sur la collaboration avec Julian Alaphilippe et Thibaut Pinot, les deux autres locomotives des Bleus à Innsbruck, Bardet a insisté sur la bonne entente et la communication nécessaire pour obtenir le meilleur résultat ce dimanche. « Il faudra travailler ensemble en bonne intelligence, parler entre nous pendant la course pour pouvoir privilégier la meilleure carte et avoir le bon coureur français dans le bon coup. Julian est notre meilleure carte en cas d’arrivée groupée au pied de la dernière ascension, annonçait-il ensuite, expliquant que tous les scénarios étaient envisageables. Il est l’un des grands favoris de ce Mondial, mais il a la chance d’avoir sept coéquipiers de qualité pour l’épauler. »

L’intégralité de sa réaction est à écouter ci-dessous.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.