(c) Sirotti

Pavel Sivakov : « Je ne m’attendais pas à vivre une si belle saison »

Pavel Sivakov n’en finit plus d’impressionner. Après sa victoire sur le Tour des Alpes, le coureur russe de 22 ans s’était classé neuvième du Giro. Ineos lui a ensuite concocté un programme allégé avec la Route d’Occitanie, qu’il a terminé huitième, puis le Tour de Pologne, qu’il vient de remporter, signant son premier succès WorldTour. Il est revenu sur son début de saison tonitruant dans un communiqué publié par son équipe. « Pour être honnête, je ne m’attendais pas à vivre une si belle saison. Je me suis surpris en gagnant en Pologne. Gagner le Tour des Alpes, c’était déjà quelque chose de grand pour moi, devant des gars comme Nibali et Majka. Je n’aurais jamais imaginé pouvoir jouer ma carte au général sur le Giro, encore moins finir dans le top 10. »

Après une première saison WorldTour passée sans éclat, hormis la sixième place du chrono final du Tour de Suisse, Sivakov a définitivement passé un cap en 2019. Une progression qu’il expliquait par une préparation parfaite. « J’ai connu un très bon hiver en Australie. J’étais là-bas pendant six semaines, à m’entraîner et à courir. C’était vraiment différent de l’an dernier où j’ai galéré trois mois à cause d’une blessure. J’ai senti que j’avais franchi un palier dès le début de saison. Pour l’instant, c’est vraiment une super année pour moi! »

Malgré l’enchaînement des bons résultats, Sivakov voulait prendre son temps. Il ne sera alors pas au départ de la Vuelta, comme il nous le confiait déjà à l’arrivée du Tour de Pologne. « C’est mieux de ne pas précipiter les choses. Les gars qui marchent bien en Pologne font souvent la Vuelta, mais j’ai parlé avec l’équipe et nous avons décidé qu’il était mieux pour moi d’en rester au Giro et de finir la saison avec d’autres belles courses. Ma carrière est encore longue. Je n’ai que 22 ans et j’aurais le temps plus tard de faire deux Grands Tours dans une saison. Il est préférable de se retenir un peu, même si ce n’est pas évident! Quand les choses vont bien, c’est facile de se laisser emporter et d’en faire trop. »

Sivakov devrait alors plutôt prendre la route du Tour d’Allemagne avant d’enchaîner sur le Tour de Grande-Bretagne et les Mondiaux. « Ce sera la meilleure préparation pour les Mondiaux, sur les mêmes routes! Aussi, je veux travailler mon contre-la-montre d’ici à la fin de saison. Ce sera un bon test et un bel objectif. Je n’ai jamais fait le Tour de Grande-Bretagne, mais forcément, je n’en ai entendu que du bien dans l’équipe. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.