(c) Sirotti

Mikel Landa : « On ne peut plus parler de gagner le Tour, mais le podium est toujours jouable »

Mikel Landa monte en puissance. Tombé lors de l’étape des bordures, le Basque s’était retrouvé avec un débours de plus de deux minutes en plus du temps déjà concédé sur le chrono par équipes. Nairo Quintana s’annonçait alors comme le leader naturel de la Movistar. Il n’en a rien été. Meilleur sur le chrono de Pau, meilleur au sommet du Tourmalet, Landa a encore été supérieur à son compère colombien sur la route de Foix ce dimanche, ce dernier ayant décidé de tenter sa chance en échappée. A l’attaque dans l’avant-dernière difficulté du jour, Landa s’est dévoilé de loin et a pu creuser l’écart grâce à une belle stratégie collective. Dans la descente qui menait au pied de l’ultime ascension, il a alors pu compter sur le soutien de Marc Soler et Andrey Amador qui étaient dans l’échappée du jour. Ces deux coéquipiers lui ont permis de creuser l’écart sur les favoris et de revenir sur les poursuivants du vainqueur Simon Yates. Il s’en est vite défait avant de voir revenir Thibaut Pinot dans le final. Landa a alors coupé la ligne en troisième position, dans la roue du leader de la Groupama-FDJ. Il remonte au 7e rang du classement général, à 4’54” du maillot jaune Julian Alaphilippe.

Lire aussi > Julian Alaphilippe : « Je commence un peu à payer l’addition »

« Hier je me suis retrouvé sans jambes dans le final pour jouer la gagne de l’étape. Mais aujourd’hui, j’avais de bonnes sensations. J’ai voulu tenter quelque chose de différent pour rebondir. La stratégie de mettre trois coureurs dans l’échappée était établie ce matin. C’est ce que nous avons réussi à faire et, grâce à cela, j’ai pu retrouver des coéquipiers qui ont ensuite tout donné pour moi. Je leur suis très reconnaissant, saluait Landa à l’arrivée. Je savais que ça allait être difficile d’aller contester l’étape à Simon Yates, mais je suis plutôt content de mon résultat. J’ai perdu beaucoup de temps le jour de ma chute et on ne peut plus parler de gagner le Tour de France, mais je crois que le podium est toujours jouable et j’aimerais bien aller chercher une victoire d’étape. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Benoît Cosnefroy : « J’avais des jambes de feu »

Troisième en ouverture en attaquant à plusieurs reprises, troisième le lendemain au sprint, Benoît Cosnefroy …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.