(c) Sirotti

Vuelta : Michael Woods s’impose au bout de l’échappée

Encore une victoire pour l’échappée. La 17e étape a été animée ce mercredi par un imposant groupe de tête duquel est sorti le vainqueur. Auteur d’une attaque sur les pourcentages les plus durs de l’ultime ascension, Michael Woods (EF-Drapac) remporte l’étape devant Dylan Teuns (BMC).
La bataille pour le classement général a aussi eu lieu dans la dernière montée et a vu Nairo Quintana (Movistar) et Steven Kruisjwijk (LottoNL-Jumbo) perdre du temps. Enric Mas (Quick-Step) s’est lui montré le plus frais des candidats au maillot rouge avec Alejandro Valverde (Movistar). Simon Yates (Mitchelton-Scott) a concédé huit secondes aux deux Espagnols, mais conserve le maillot rouge. 

Une bataille intense marque le début de cette 17e étape. De nombreux coureurs ont fait le contre-la-montre en préservant leurs forces et sont prêts à tout donner ce mercredi pour se glisser à l’avant de la course. Il faut attendre quinze kilomètres et la fin de la première ascension du jour pour voir un imposant groupe se dégager. Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida), Omar Fraile (Astana), Alessandro De Marchi, Dylan Teuns (BMC), Thomas De Gendt (Lotto Soudal), Alexandre Geniez (AG2R), Lukas Pöstlberger, Rafal Majka (Bora), Andrey Amador (Movistar), Amanuel Ghebreigzabhier (Dimension Data), Mike Woods, Simon Clarke (EF-Drapac), Ilnur Zakarin (Katusha), David De La Cruz, Jonathan Castroviejo (Sky), Jai Hindley (Sunweb), Jesus Herrada, Stephane Rossetto (Cofidis), Bauke Mollema (Trek), Cristian Rodriguez (Caja Rujal) et Hector Saez (Euskadi-Murias) ouvrent la route dans un premier temps.

Cinq coureurs sont piégés et se retrouvent en poursuite des 21 qui ouvrent la route. Le groupe de chasse ne s’entend pas : alors que le peloton laisse filer, les cinq intercalés ne refont pas de terrain sur l’échappée. Pieter Serry (Quick-Step) décide alors de se lancer seul en chasse et fait la jonction après un bel effort. Il est imité non loin par Merhawi Kudus (Dimension Data) avant que les trois rescapés du groupe, Franco Pellizotti (Bahrain-Merida), Valerio Conti (UAE) et José Mendes (Burgos-BH), ne rejoignent la tête à leur tour. Ils sont alors 26 coureurs au sein de l’échappée et le peloton laisse filer. L’écart monte jusqu’à 8’15” à 75 kilomètres de l’arrivée au sommet de Balcon de Bizkaia.

De Gendt profite une nouvelle fois de sa présence à l’avant pour passer en tête des grimpeurs. Après deux difficultés, il se rapproche à une unité de Luis Angel Maté (Cofidis). Malade ces derniers jours, l’Espagnol avait pris le maillot lors de la première étape. Alors que la Mitchelton-Scott contrôlait tranquillement l’écart autour des 7’30”, Euskadi-Murias vient rouler en tête de peloton à 55 kilomètres de l’arrivée. Les Basques, qui évoluent aujourd’hui sur leurs terres, font chuter l’écart à 5’30” à 40 unités du but. De Gendt passe en tête de la troisième difficulté du jour et devient le virtuel meilleur grimpeur.

L’échappée maintient 5’10” d’écart à 30 kilomètres du but. L’équipe Astana vient alors durcir l’allure en tête de peloton, la sélection s’opère par l’arrière et de nombreux coureurs sont distancés. L’avance de l’échappée continue de diminuer, mais cela n’empêche pas De Gendt de poursuivre sa collecte des points de la montagne. L’échappée maintient finalement son avance autour des quatre minutes au pied de la dernière difficulté : le Balcon de Bizkaia (7,3km à 9,7%).

Le groupe de tête s’explique dans cette dernière difficulté. De La Cruz, Majka, Teuns et Woods se montrent les plus forts et s’expliquent sur les pourcentages les plus violents. Auteur d’une attaque décisive dans les 500 derniers mètres, Woods s’envole seul vers la victoire. Il franchit la ligne avec cinq secondes d’avance sur Teuns, son premier poursuivant.

Chez les favoris, Nairo Quintana (Movistar) et Steven Kruijswijk (LottoNL-Jumbo) craquent dès les premiers hectomètres d’ascension et terminent ensemble à 1’04” d’Alejandro Valverde (Movistar). Le jeune Enric Mas (Quick-Step) a réglé son aîné au sprint : les deux Espagnols se sont montrés les plus forts. Simon Yates (Mitchelton-Scott) perd huit petites secondes, mais conserve son maillot rouge.

Le top 10 de l’étape : 
1. Michael Woods (EF-Drapac) en 4h09’48”
2. Dylan Teuns (BMC) à 5″
3. David De La Cruz (Sky) à 10″
4. Rafal Majka (Bora) à 13″
5. Ilnur Zakarin (Katusha) à 38″
6. Alessandro De Marchi (BMC) à 44″
7. Amanuel Ghebreigzabhier (Dimension Data) à 48″
8. Jesus Herrada (Cofidis) à 51″
9. Jai Hindley (Sunweb) à 55″
10. Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida) à 1’48”

Le top 10 du général : 
1. Simon Yates (Mitchelton-Scott) en 69h05’34”
2. Alejandro Valverde (Movistar) à 25″
3. Enric Mas (Quick-Step) à 1’22”
4. Miguel Angel Lopez (Astana) à 1’36”
5. Steven Kruijswijk (LottoNL-Jumbo) à 1’48”
6. Nairo Quintana (Movistar) à 2’11”
7. Ion Izagirre (Bahrain-Merida) à 4’09”
8. Rigoberto Uran (EF-Drapac) à 4’36”
9. Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) à 5’31”
10. Tony Gallopin (AG2R) à 6’05”

 

 

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Strade Bianche 2020 : Le direct commenté

    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.