(c) Sirotti

Vuelta : Philippe Gilbert roi des bordures, Primoz Roglic limite les dégâts

Une étape complètement folle a vu le jour en ce mercredi, marquée par un fort vent, l’étape s’est transformée aux allures de classiques proposant des bordures dès le kilomètres 0. La fraction reliant Aranda de Duero à Guadalajara sur une distance de 219km s’est révélé être finalement l’une des plus exigeantes de cette Vuelta. Une étape qu’on pouvait penser de transition s’est transformée en une véritable bataille, aussi bien pour l’étape que pour le général. En s’isolant à l’avant avec 7 coureurs, la formation Deceuninck QuickStep a effectué un coup de maître. Parmi les favoris placés à l’avant, on y trouve Nairo Quintana, Wilco Kelderman et James Knox sont les grands gagnants du jour. 51 coureurs étaient présents en tête de course dans les premiers kilomètres. Malgré une tentative d’Alejandro Valverde derrière, le champion du monde n’arrive pas à distancer le leader de l’épreuve. La course se stabilise alors, le rythme est si élevé que personne n’arrive à attaquer. Le Wolfpack effectue le travail à la perfection, avec dans un premier temps l’attaque de Zdenek Stybar suivi d’un nouveau numéro de Philippe Gilbert qui vient décrocher une nouvelle victoire d’étape, Rémi Cavagna 3ème. Derrière le groupe des favoris d’une quinzaine de coureurs passe la ligne à 5’28”. 

Dès le kilomètre 0, la guerre débute au sein du peloton. Rapidement un peloton de 51 coureurs se dégagent à l’avant et  forment le groupe de tête : Rojas, Erviti, Oliveira, Quintana (Movistar), Latour, DillierJaurégui, Venturini (AG2R La Mondiale), G. Izagirre, LL Sanchez (Astana), Haussler, Teuns (Bahrain Merida), S. Bennett (Bora-Hansgrohe), Koch, Van Hooydonck (CCC Team), Gilbert, Capecchi, Cavagna, DeclerqKnox, Jakobsen, Stybar (Deceuninck QuickStep), Craddock, Docker, Martinez (EF), van der Sande (Lotto Soudal), Chaves, Bewley, Howson, Smith (Mitchelton-Scott), Boasson Hagen, King, Tiller, Venter (Dimension Data), Poels, Geoghegan Hart, StannardDoull (Ineos), Kelderman, Arndt, Pedersen, Power, Walscheid (Team Sunweb), Degenkolb, Kirsch (Trek Segafredo), Marcato, Molano, Troia (UAE Team Émirates), Bol (Burgos BH), Serrano (Caja Rural) et Bagües (Euskadi).

Au fil des kilomètres la sélection se fait par l’arrière, les coureurs se font distancer à un à un, autant dans le groupe de tête que dans le peloton. À 90km de l’arrivée, le groupe de tête n’est plus composé que d’une trentaine d’hommes : 30 leaders à l’avant : Composition de la tête de course :Rojas, Erviti, Oliveira, Quintana (Movistar), Dillier (AG2R La Mondiale), LL Sanchez (Astana), Teuns (Bahrain Merida), S. Bennett (Bora-Hansgrohe), Koch (CCC Team), Gilbert, Capecchi, Cavagna, Declerq, Knox, Jakobsen, Stybar (Deceuninck QuickStep), Craddock, Docker (EF), Chaves, Bewley, Howson, Smith (Mitchelton-Scott), Boasson Hagen, King, Tiller, Venter (Dimension Data), Poels, Geoghegan Hart, Stannard, Owain Doull (Ineos), Kelderman, Arndt, Pedersen, Power, Walscheid (Team Sunweb), Degenkolb (Trek Segafredo), Molano, (UAE Team Émirates). Dans le peloton il ne reste également que très peu d’hommes. Les formations Astana, UAE Team Émirates, Jumbo Visma et Bora-Hansgrohe se mettent à la planche pour limiter les écarts !

Fabio Jakobsen se retrouve distancé à l’avant de la course, sous l’impulsion des coureurs, le champion des Pays-Bas n’arrive pas à suivre. Le Français Nicolas Edet (Cofidis), est lui distancé du peloton. À 40km de l’arrivée, dans une ascension, la formation Movistar décide de faire exploser ce qu’il reste du groupe des favoris, Primoz Roglic (Jumbo Visma) se retrouve sans équipiers ! Alejandro Valverde (Movistar) tente alors sa chance avec son équipier Marc Soler. Tout rentre dans l’ordre sous l’impulsion de l’Astana mais il ne reste qu’une vingtaine de coureurs dans le peloton.

Le tempo alors devient plus régulier, la formation kazakhe tente de limiter les dégâts à l’arrière, en vain. À l’avant, personne n’est capable d’attaquer, le rythme est beaucoup trop important. À 2km de l’arrivée, Zdenek Stybar tente sa chance en solitaire, il ne sera repris qu’à 500m de la ligne par un Sam Bennett surpuissant mais anticipant un peu trop son effort. Surgi alors Philippe Gilbert qui dépose ses compagnons d’échappée et s’en va remporter un second triomphe sur cette Vuelta. L’Irlandais finit second derrière un très bon Rémi Cavagna. Il faudra alors faire les comptes à l’arrivée, le groupe des favoris passe alors la ligne avec 5’28” de retard sur le vainqueur du jour. Nairo Quintana est alors propulsé à la seconde place du classement général.

Le classement de la 17ème étape : 

Le classement général après la 17ème étape :

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Memorial Marco Pantani : Alexey Lutsenko encore gagnant !

La désormais traditionnelle épreuve en hommage au grimpeur illustre Marco Pantani, a une nouvelle fois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.