© Sirotti

Quick Step finit sa saison sur une victoire symbolique

Le succès de Fabio Jakobsen sur la dernière étape du Tour de Guangxi est remarquable pour deux raisons. D’une, avec cette 73e victoire Quick Step réalise une saison absolument historique et remporter la dernière journée de compétition du calendrier 2018 des équipes WorldTour en est un beau symbole. De deux, en s’imposant avec Fabio Jakobsen, un des 14 coureurs de l’équipe à s’être imposé cette année, la formation belge montre clairement que même sans Fernando Gaviria, dont l’avenir est toujours incertain (lire ici), elle est capable de gagner énormément. Et Jakobsen en est l’une des parfaites illustrations. Tout juste 22 ans, première année dans le WorldTour et déjà 7 victoires (dont deux à Guangxi)… dont le fameux Grand Prix de l’Escaut, considéré comme un “championnat du Monde” du sprint même si la nouvelle version inaugurée cette année a un peu changé la donne avec des bordures.

Ça a été une saison incroyable pour moi et la plus grande saison de l’histoire de Quick Step alors la conclure ainsi est immense joie, déclarait Jakobsen sur le site de son équipe. Si en tant que néo-pro vous gagnez sept fois dans l’année, vous pouvez être content et vous satisfaire de la façon dont les choses se sont passées. Cette victoire me motive encore plus pour 2019. J’espère continuer ma progression, devenir plus rapide et gagner encore plus de victoires pour l’équipe“.

L’une des facultés de l’équipe Quick Step, qui peut aussi compter sur un autre jeune talent très prometteur du sprint comme Álvaro Hodeg (tout juste 22 ans et 5 victoires cette saison) et bien sûr sur Elia Viviani (18 victoires cette saison dont au Giro et à La Vuelta), c’est aussi sa force collective et sa capacité à jouer sur plusieurs tableaux et en cas d’emballage massif, à délivrer ses sprinteurs dans de parfaites conditions.

L’étape n’était pas facile avec la pluie et les deux ascensions dans les 50 derniers kilomètres mais mes équipiers étaient toujours à mes côtés, en même temps qu’ils faisaient en sorte de revenir sur l’échappée dans les derniers kilomètres quand la vitesse était déjà très élevée” continue Jakobsen qui pouvait justement compter sur la présence de Rémi Cavagna dans le groupe de tête. Cavagna qui terminera d’ailleurs quatrième du général final. ” (Dans le sprint), j’avais Philippe (Gilbert) et Davide (Martinelli). Ils ont fait un excellent train pour me déposer dans la roue de Pascal (Ackermann) (Bora – Hansgrohe) à 300 mètres de la ligne. J’ai juste eu à livrer mon sprint et je suis content d’avoir, non seulement remporté l’étape mais aussi le classement par points qui est mon premier maillot de leader dans une course de niveau WorldTour“.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Vuelta : Astana enlève le chrono, Miguel Angel Lopez premier leader

Astana réussit son entrée en matière. La formation kazakhe a réglé le contre-la-montre par équipes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.