(c) Alex Whitehead / Tour of Britain

Tour de Grande-Bretagne : Mathieu van der Poel rafle tout !

Cette huitième et dernière étape du Tour de Grande-Bretagne se terminait à Manchester après 166 kilomètres relativement vallonnés. Après une course difficilement contrôlée par les équipes des sprinteurs, la victoire et le général reviennent à Mathieu van der Poel (Corendon-Circus). 

Le départ est donné d’Altricham, dans la banlieue de Manchester. Le parcours forme ainsi une boucle autour de la ville du nord de l’Angleterre, et emprunte un certain nombre de difficultés. Toutefois, cela ne semble pas inspirer particulièrement les baroudeurs, car seulement trois hommes décident de partir à l’avant. Nous retrouvons le danois Emil Vinjebo (Riwal), ainsi que les locaux Matt Holmes (Madison Genesis) et Gabriel Cullaigh (Team Wiggins Le Col). A noter que les équipes des deux coureurs  britanniques disparaîtront à la fin de la saison, et disputent leur dernière course sur ce Tour de Grande-Bretagne. Derrière, la formation Corendon-Circus du leader Mathieu van der Poel contrôle étroitement l’écart, qui ne dépasse pas les trois minutes.

Les principales difficultés s’enchaînent, mais le sort de l’échappée semble déjà être scellé. Il faut dire que la course s’emballe au moment ou le peloton arrive au pied de la côte de Ramsbottom Rake (1.3km à 8.8%). Sous l’impulsion du Team INEOS, des cassures se produisent et un groupe d’une trentaine de coureurs se détache, rattrapant par la même l’échappée du jour. Mathieu van der Poel est bien là, tout comme Pavel Sivakov et Matteo Trentin. Ce n’est pas le cas de Dylan Gronewegen (Jumbo-Visma). Il reste alors une soixantaine de kilomètres, et la course se relance sous l’impulsion d’Andrey Amador (Movistar). Le costaricien attaque et part seul, tandis qu’à l’arrière il n’y a plus beaucoup d’équipiers pour contrôler. Sixième du général, Nils Politt (Katusha-Alpecin) attaque à son tour, mais il est rapidement rattrapé. Le raid solitaire d’Amador se termine également à une trentaine de kilomètres de l’arrivée.

Directement, un trio – Michal Golas (Team INEOS), Larry Warbasse (AG2R-La Mondiale), Mark Christian (Wiggins Le Col) – se détache et prend environ quinze secondes d’avance. Ils sont finalement rattrapés, et c’est un sprint qui départage les coureurs du peloton. Le leader du général Mathieu van der Poel (Corendon-Circus) est une nouvelle fois le plus rapide, et remporte l’étape ainsi que le général. Il devance Cees Bol (Sunweb) de quelques centimètres, et succède au palmarès à Julian Alaphilippe. Le néerlandais s’affirme également comme le grandissime favori des prochains Mondiaux.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.