Tour de Luxembourg : Christophe Laporte double la mise, Justin Jules deuxième en tombant

Après un très court prologue, la première étape en ligne du Tour de Luxembourg proposait, ce jeudi, 191,3 kilomètres pour relier la capitale à Hautcharage. Situées en début de parcours, les trois difficultés répertoriées au classement de la montagne n’ont pas empêché les sprinteurs de se disputer la gagne. C’est alors Christophe Laporte, le maillot jaune, qui s’est imposé au terme d’un sprint parfaitement chaotique. Deuxième, Justin Jules a passé la ligne à terre après avoir tenté de le remonter en s’engouffrant dans un trou de souris. Après enquête, les commissaires ont jugé que Laporte n’était pas responsable. Le représentant de la Cofidis s’offre donc une deuxième victoire en deux jours, après celle acquise sur le prologue, et conforte son avance au général.

Quatre hommes se dégagent du peloton en début d’étape. Raul Alarcon (W52-FC Porto), Loïc Vliegen (Wanty-Gobert), Szymon Rekita (Leopard Pro Cycling) et Robin Carpenter (Rally UHC) forment la première échappée du Tour de Luxembourg 2019. Le dernier cité profite de sa présence à l’avant pour faire le plein de points de la montagne sur les trois difficultés situées en début de parcours. Il s’empare de fait du maillot de meilleur grimpeur, qu’il portera lors de la deuxième étape. Seulement, le peloton ne laisse pas de marge au quatuor de tête. La Cofidis de Christophe Laporte, vainqueur du prologue et maillot jaune, contrôle.

Une fois sa mission accomplie, Carpenter se laisse décrocher et se fait vite rejoindre par le peloton. Vliegen imite son ancien compagnon de fuite et laisse l’échappée poursuivre en duo. Alarcon et Rekita résistent bien et entrent sur le circuit final en tête. Reste alors deux tours de 11,2 kilomètres à couvrir, avec une avance de seulement 30 secondes. Les deux passages sur la ligne précédant l’arrivée distribue des bonifications, alors le peloton accélère franchement à l’approche du premier. Une manœuvre qui permet à Anthony Pérez (Cofidis) d’empocher la dernière seconde à distribuer, mais surtout à Alessandro Tonelli (Bardiani-CSF) d’attaquer et d’opérer seul la jonction avec la tête.

C’est alors un trio qui passe une dernière fois sur la ligne avant l’arrivée, Rekita réglant le sprint devant le dernier venu. Derrière, le peloton se rapproche dangereusement et finit par opérer la jonction à six kilomètres du but. C’est alors la formation Wallonie-Bruxelles qui prend les commandes du peloton et imprime un train très soutenu. Seulement, ils présument de leur force et leur train explose sous la flamme rouge. L’avant du peloton se retrouve totalement désorganisé, ce qui donne un sprint chaotique. Adrien Petit (Total Direct Energie) lance de loin, mais se fait déborder par le leader du général Christophe Laporte. Justin Jules (Wallonie-Bruxelles) tente de le remonter dans un trou de souris, mais il n’y a pas la place. Jules tombe, mais coupe la ligne, au sol, en deuxième position derrière Laporte. Eduard Grosu (Delko Marseille Provence) conclut troisième devant Petit. Les commissaires n’ont pas trouvé à redire sur le sprint : le résultat est donc maintenu.

Le classement de la première étape : 
1. Christophe Laporte (Cofidis) en 4h48’31”
2. Justin Jules (Wallonie-Bruxelles) t.m.t.
3. Eduard Grosu (Delko Marseille Provence)
4. Adrien Petit (Total Direct Energie)
5. Kenneth Van Rooy (Sport Vlaanderen-Baloise)
6. Sjoerd van Ginneken (Roompot-Charles)
7. Loïc Vliegen (Wanty-Gobert)
8. Aksel Nommela (Wallonie-Bruxelles)
9. Andrea Pasqualon (Wanty-Gobert)
10. Edward Planckaert (Sport Vlaanderen-Baloise)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.