Crédits photo : (c) Sirotti

Mark Cavendish : « J’ai travaillé dur »

Atteint d’une mononucléose au mois de mars, Mark Cavendish a récemment repris la compétition lors du Tour de Slovénie. La réactions de son corps à la reprise de la compétition et ses sensations ont permis à son équipe de donner un avis favorable au Britannique quant à sa participation à la Grande Boucle. Ainsi, il prendra le départ samedi de son onzième Tour de France, lui qui n’a pas loupé une seule édition depuis sa première participation en 2007. Dans un communiqué de sa formation, il faisait état du dur travail qu’il a dû fournir pour être au départ à Düsseldorf avec un dossard sur le dos. « Comme cela a été largement rapporté, ce fut très difficile pendant quelques mois pour revenir de la maladie qui m’a touché plus tôt dans la saison, explique-t-il. Malgré ce contretemps et mon manque de temps de course, j’ai travaillé incroyablement dur à la fois pour m’assurer que je pourrais d’abord me débarrasser de la maladie et dans le but de développer ma condition en m’entraînant autant que possible pour débuter le Tour. »

Peut-être encore un peu juste, Cavendish s’est rassuré en Slovénie en signant notamment un podium le dernier jour à Novo Mesto. Il a toutefois vu l’étendu du travail qui lui restait à fournir lors du championnat de Grande-Bretagne qu’il n’a pas terminé. Mais le Tour reste la course la plus importante pour l’homme de l’Île de Man et il ne pouvait la manquer. « En étant totalement honnête, si ce n’était pas le Tour de France, nous aurions peut-être adopté une approche différente concernant ma reprise. Je pense toutefois que je le dois à moi-même, à l’équipe, à nos sponsors et surtout au Tour lui-même, compte tenu de son histoire et de tout ce qu’il représente, ainsi que de l’attachement émotionnel que je lui porte. » Auteur de 30 victoires sur le Tour, la mission de Mark Cavendish sera d’en signer au moins une de plus pour se rapprocher un peu plus du record d’Eddy Merckx (34) qui est désormais à portée de main

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Esteban Chaves : « Il se passe toujours des choses surprenantes sur la Vuelta »

Esteban Chaves entrevoit le bout du tunnel. Le grimpeur colombien de poche revient sur la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.